Les Forums jeunesse s’inquiètent de leur survie

Des rumeurs persistantes font craindre aux 19 Forums jeunesse régionaux du Québec que le couperet tombe bientôt sur eux. Les présidents de ces organismes déplorent unanimement l’opacité du gouvernement quant à ses intentions. Leur sort devrait être connu mercredi.

« Nous sommes sans nouvelles depuis quelques semaines de ce qu’il adviendra de nous, de notre financement et de la poursuite de nos activités », écrivent les présidents, dans une lettre ouverte envoyée au Devoir. De nombreuses sources leur laissent entendre que le gouvernement se questionne sur l’avenir de ces organismes, sous prétexte qu’ils ne cadrent pas dans la « nouvelle gouvernance régionale ». « Ce ne sont que des informations officieuses qui se multiplient, mais nous n’avons toujours pas l’heure juste du gouvernement, qui reste muet à nos demandes de rencontres », déplore Élise-Ariane Cabirol, présidente de la table de concertation des forums jeunesse régionaux du Québec.

La nouvelle gouvernance régionale se concrétisera à travers l’adoption du projet de loi 28, qui prévoit notamment l’abolition des Conférences régionales des élus (CRE), auxquelles certains Forums étaient associés. « Nous nous sommes tous incorporés afin de pouvoir continuer à fonctionner sans les CRE », dit-elle.

Par et pour les jeunes

En entrevue avec le Devoir, Mme Cabirol rappelle que les forums visent à aider les jeunes de 35 ans et moins à participer concrètement aux décisions qui les touchent et à s’investir dans l’avenir de la société. Plus de 300 jeunes siègent de façon bénévole dans les différentes instances, développant des « expériences clés » d’administrateurs. Depuis 15 ans, un financement public de 10 millions permet aux organismes de créer des projets divers, tels que des consultations publiques, des ateliers et forums de discussion, où des arguments sont étayés et ensuite relayés aux décideurs. « Dans le contexte démographique actuel du vieillissement de la population et dans l’optique où les jeunes sont très peu représentés dans les postes électifs, nous croyons plus que jamais dans l’importance de notre mandat de mise en valeur de la participation citoyenne », soulignent les auteurs de la missive.

Jamais au cours des derniers mois il n’a été question d’abolir les Forums jeunesse, souligne Mme Cabirol. Au contraire, la jeune femme affirme que le Secrétariat à la jeunesse du Québec a récemment réitéré sa vision des Forums comme de véritables « fers de lance pour le développement des jeunes du Québec ». Une autre rumeur voudrait que le budget consenti aux Forums soit acheminé aux municipalités régionales de comté (MRC).

En confiant des sommes pour les jeunes à des élus municipaux dont la moyenne d’âge est bien loin de celle de son public cible, le gouvernement Couillard « s’attaque au coeur de notre philosophie du par et pour les jeunes », explique la porte-parole. « Il faut permettre aux jeunes d’identifier eux-mêmes les priorités et pistes d’actions qu’ils souhaitent voir se concrétiser. » Des élus se seraient rencontrés cette fin de semaine pour discuter du sort des Forums, et une décision devrait être prise d’ici mercredi.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.