Khadir dénonce l’esprit «colonisé» de Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard se complaît dans son « esprit colonisé », même s’il est très éduqué et cultivé, estime le député de Québec solidaire Amir Khadir, après le dévoilement de la nouvelle mouture du Plan Nord cette semaine par le gouvernement libéral.

À son avis, l’esprit colonisé qui règne depuis trop longtemps au Québec « place la loi des mines au-dessus de la loi divine » et ce sont les élites qui sont contaminées par cette mentalité. Tout le gouvernement est ainsi sous influence d’un lobby minier qui assoit la « dictature économique » des multinationales, a déploré M. Khadir.

Le député de Québec solidaire réagissait au nouveau Plan Nord du gouvernement Couillard, dont les cibles sont presque deux fois moins ambitieuses que sa version initiale, présentée il y a quatre ans. D’ici à 2035, Québec prévoit des investissements totaux de 50 milliards. En contrepartie, le gouvernement devrait injecter près de 2,7 milliards, une somme qui devrait surtout être destinée à l’amélioration des infrastructures au nord du 49e parallèle.

« C’est honteux pour le Québec » de payer de sa poche pour attirer les grandes entreprises étrangères, à l’instigation du lobby minier, qui perpétue « l’esprit colonisé » chez les décideurs, à commencer par le premier ministre, a déclaré M. Khadir dans une entrevue téléphonique à La Presse canadienne.

« Lorsque M. Couillard vient nous présenter le Plan Nord, il témoigne du fait que, encore une fois, même un premier ministre aussi bien éduqué et cultivé a une culture colonisée sur le plan de la gestion des ressources naturelles, parce qu’il opère dans cette culture politique », a-t-il dit.

Il y voit le travail du lobby minier tout-puissant, qui rôde constamment dans les corridors de l’Assemblée nationale, et qui propage l’idée que les groupes miniers sont « rois et maîtres de tout ».

« Tous les hommes de décision se soumettent à la dictature économique imposée par les multinationales minières depuis 100 ans maintenant », a dit M. Khadir.

Même plan

La nouvelle version du Plan Nord est à peu de chose identique à celle présentée par le gouvernement Charest, estime le député de Mercier : beaucoup de saccages, pas de protection de l’environnement, des investissements massifs de l’État pour ouvrir des routes et accorder des tarifs avantageux, peu de redevances ou d’impôts, et restauration des sites abandonnés à grands frais par les contribuables. « Ça lève le coeur pour le citoyen ordinaire des régions », a-t-il résumé.

Il soutient que c’est d’autant plus honteux pour le Québec en période d’austérité de prendre l’argent des contribuables pour subventionner les minières.

M. Khadir a d’ailleurs critiqué les propos du premier ministre, qui a reconnu que la dernière année avait été exigeante pour les Québécois, en raison des compressions entraînées par le retour à l’équilibre budgétaire.

« C’est toujours commode de parler d’une année exigeante, mais ce n’est pas exigeant pour soi-même, pour un homme riche comme Philippe Couillard, qui fait partie du 1 % de la population qui nage dans les centaines de milliers, voire les millions de dollars, de l’argent qu’il a en banque ici ou peut-être dans des paradis fiscaux », a-t-il dit.

Un an exactement après l’élection du gouvernement libéral, la classe politique au complet est entachée par le discrédit, a tiré comme bilan M. Khadir, parce que les partis font le contraire de leurs engagements une fois qu’ils forment le gouvernement. Lui-même dit avoir ressenti de l’hostilité quand on le présentait comme député à des gens qui ne connaissaient pas sa formation.

Le gouvernement Couillard n’est pas pire que le gouvernement précédent de Pauline Marois, a-t-il ajouté. C’est du pareil au même pour l’essentiel, et l’austérité a commencé sous le ministre péquiste des Finances Nicolas Marceau, juge le député de Mercier. À certains égards, les péquistes étaient pires, prend-il la peine d’évoquer.

29 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 10 avril 2015 00 h 28

    " Le gouvernement Couillard n’est pas pire que le gouvernement précédent de Pauline Marois, a-t-il ajouté. " (M. Khadir)

    En lisant cette citation de M. Khadir, j'ai eu l'impression que le député de Mercier a de la misère avec les nuances.

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 avril 2015 14 h 29

      À Patrick Boulanger ,

      PQ -PLQ, même combat !

      «En lisant cette citation de M. Khadir, j'ai eu l'impression que le député de Mercier a de la misère avec les nuances.» - PB

      Comme le disait Léo-Paul Lauzon, il n'y a plus qu'une lettre qui sépare le PQ du PLQ.. Et pour illustrer mon propos, j'aurais pus vous présenter les bugets d'austérité du PQ, son Plan Nord ou ses attaques à l'aide sociale..

      Mais laissz-moi vous montrer tout l'odieux de cette coupure de 12 millions dans le transport adapté des personnes handicapées.

      Et tout ça, pendant que le Québec graissait les entreprises de 10 milliards par année!

      Christian Montmarquette

      Référence :

      Des compressions tous azimuts :

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/365848/de

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 10 avril 2015 22 h 38

      @ M. Montmarquette

      M. Montmarquette, j'ai trouvé le chiffre 5.5 milliards de ce que prévoyait couper le PLQ dans son avant-dernier budget (comment cela s'est-il réellement concrétisées?). Avez-vous des chiffres par rapport aux coupes totales du PQ durant son dernier mandat?

    • Christian Montmarquette - Abonné 11 avril 2015 10 h 52



      À Patric Boulanger,

      Je pense que l'essentiel à retenir M. Boulanger plutôt que de de nous enfarger dans des colonnes de chiffres, c'est que le PQ et le PLQ sont deux partis qui sont désormais de la même idéologies politique néolibérale qui défend les intérêts des riches et des entreprises au détriment des intérêts du peuple.

      Et qui plus est, que c'est le PQ qui a même été l'instigateur des politiques de déficit zéro et d'austérité sous Lucien Bouchard en 1996; et qui n'en a jamais démordu. Cela remonte même avant, avec la désinstitutionnalisation des malades mentaux dans les années 80'.

      Si vous voulez retenir, une chose.

      Retenez que le néolibéralisme est devenu structurel au PQ, et qu'il en est désormais atteint de la base jusqu'à la direction.

      Et les appuis homéopathiques à Céré comme à Ouellet le démontre.

      Il n'y a plus d'espoir pour les socio-démocrates au Parti québécois.

      Christian Montmarquette

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 11 avril 2015 12 h 41

      @ M. Montmarquette

      M. Montmarquette, j'ai l'impression qu'il va bel et bien falloir que l'on s'enfarge notamment (!) dans les colonnes des chiffres si nous voulons savoir si le PLQ n’est pas pire que le gouvernement précédent de Pauline Marois (voir mon premier commentaire auquel vous avez réagi).

    • Patrick Boulanger - Abonné 12 avril 2015 07 h 18

      @ M. Montmarquette

      M. Montmarquette, soutenir que le PQ est un parti essentiellement néolibéral est une chose et soutenir que le PLQ n'est pas pire que le gouvernement précédent de Mme Marois en est une autre.

    • Christian Montmarquette - Abonné 12 avril 2015 10 h 02


      À Patrick Boulanger

      Autant le PQ que le PLQ ont graissé l'entreprise privée de 10 milliards par année ! ..avec de l'argent public qui aurait du servir au financement services publics. (chiffres du professeur d'économie Léo-Paul Lauzon).

      Si ça ne vous suffit pas comme abus pour vous convaincre..

      - Que voulez-vous que j'y fasse?

      Christian Montmarquette

      Référence :

      «Beaux gros cadeaux de Noël aux B.S. corporatifs» - Léo-Paul Lauzon, Lundi, 30 décembre 2013

    • Patrick Boulanger - Abonné 12 avril 2015 14 h 45

      @ M. Montmarquette

      " Que voulez-vous que j'y fasse? " (M. Montmarquette)

      M. Montmarquette, j'ai l'impression que vous êtes de mauvaise foi. Deux partis politiques peuvent graisser l'entreprise privée de 10 milliards par année sans pour autant agir de la même façon durant leur mandat respectif.

    • Patrick Boulanger - Abonné 12 avril 2015 14 h 56

      @ M. Montmarquette

      " Que voulez-vous que j'y fasse?" (M. Montmarquette)

      M. Montmarquette, la chronique de M. Lauzon dont vous parlez a été écrite avant que les libéraux de M. Couillard prennent le pouvoir en 2014.

  • André Jacob - Abonné 10 avril 2015 07 h 39

    Monsieur Couillard est un ami des compagnies minières.

    Le 28 mai 2009, Monsieur Philippe Couillard et son ami Arthur Porter, ex-grand patron du Centre hospitalier de l’Université de Montréal aujourd’hui poursuivi pour fraude, ont été nommés le même jour au conseil d’administration de la Société minière Canadian Royalties. Le 15 décembre 2009 soit sept mois après leur nomination à ce conseil d’administration, la compagnie minière Jilin Jien Nickel Industry Co. Ltd résiliait l’entente Nunavik Nickel, entente entre trois villages inuits sur l’exploitation des mines de nickel dans le Grand Nord avant d’acheter, un mois plus tard, le 13 janvier 2010, la Canadian Royalties (http://www.canadianroyalties.com/fr/). Évidemment, ces faits n’expliquent pas tout au sujet de la position favorable de monsieur Couillard au développement minier, mais on peut supposer que son action dans cet univers le rend sensible aux intérêts de ces entreprises alors que l’exploitation minière semble devenir la pierre d’assise du développement du Québec dit « Plan Nord ».

  • Simon Pelchat - Abonné 10 avril 2015 07 h 54

    Pour ou contre

    La position de M. Khadir a le mérite d'être claire et sa lecture de l'esprit colonisé de nos dirigeants est particulièrement juste. En revanche, je ne ne suis pas contre l'exploitation de nos ressources minières qui sont une partie de notre patrimoine. Si nous prônions une culture de développement durable, nous pourrions faire de l'exploitation moins rentable à courte échéance pour les minières sans éthique. Certes le Québec pourrait perdre certaines minières mais cette stratégie nous aiderait à développer en parrallèle des champs d'investissement beaucoup plus prometteurs comme tout ce qui est lié au transport, à l'énergie verte, à la santé....

  • Jocelyne Lapierre - Inscrite 10 avril 2015 07 h 54

    Perte de souveraineté signifie colonialisme

    C'est le but final de la mondialisation.

  • Sylvain Auclair - Abonné 10 avril 2015 07 h 55

    Tout à fait d'accord

    Tout miser sur l'exportation de ressources naturelles est le propre des colonies.