Couillard présente un nouveau Plan Nord de 22 milliards

Accompagné d’une dizaine de ministres, le premier ministre a dévoilé mercredi les détails de sa promesse formulée lors de la dernière campagne électorale.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Accompagné d’une dizaine de ministres, le premier ministre a dévoilé mercredi les détails de sa promesse formulée lors de la dernière campagne électorale.

Le gouvernement Couillard entend injecter 1,3 milliard de dollars d'ici cinq ans dans la relance du Plan Nord, essentiellement pour «créer un climat favorable aux investissements» dans le secteur minier au nord du 49e parallèle.

«Nous avons fait en sorte que le Plan Nord réunisse les conditions essentielles pour attirer les investisseurs d'ici et de l'extérieur intéressés par des projets de développement et de mise en valeur du potentiel économique des territoires nordiques», a fait valoir Philippe Couillard mercredi matin, dans le cadre d'une longue présentation tenue en compagnie de plusieurs membres de son cabinet.

Une de ces conditions est évidemment l'accès pour les entreprises à ce territoire de 1,2 million de kilomètres carrés. «Il est du devoir de l'État» d'investir des fonds publics pour développer les infrastructures de transport, a ainsi affirmé M. Couillard.

Le Plan Nord échappe d'ailleurs aux politiques d'austérité gouvernementales. Le gouvernement entend injecter pas moins d'un milliard de dollars dans le développement des infrastructures de transport (routes, aéroports, etc.) d'ici 10 ans. Près de 700 millions de dollars serviront au prolongement de la route 138, mais aussi à la réfection de la route 389.

Quelque 75 millions de fonds publics ont déjà été dépensés au cours de la dernière année dans des «initiatives porteuses», dont une étude pour un nouveau chemin de fer. Deux études précédentes ont conclu que celui-ci n’était pas nécessaire.

Une enveloppe de 425 millions est aussi prévue d'ici 2020 dans le cadre des investissements dans la Société du Plan Nord, chargée d'articuler la mise en oeuvre de ce chantier économique.

Dans le plus récent budget, d'autres mesures de «soutien» à l'industrie ont été prévues, notamment un élargissement des crédits à l'exploration, mais aussi un report de la hausse du coûts des claims miniers.

Par ailleurs, Québec prévoit diverses mesures sociales dans le but, notamment, de soutenir le développement des communautés autochtones.

Pour la «prospérité du Québec»

Pour Québec, il est toutefois clair que le soutien de l'État et l'injection de fonds publics seront porteurs, puisque le gouvernement estime que le Plan Nord constitue un «élément central pour assurer la prospérité du Québec».

Selon les chiffres présentés mercredi par un premier ministre flanqué de plusieurs membres de son cabinet, le gouvernement espère «engendrer» des investissements de 22 milliards d'ici cinq ans, mais aussi créer 10 000 nouveaux emplois.

Conscient du caractère cyclique du secteur minier, le gouvernement Couillard a inscrit des prévisions sur 20 ans dans son récent budget. Celles-ci comprennent des investissements «publics et privés» de 50 milliards d’ici 2035, dont au moins 2,8 milliards de la part de l’État.

Ces projections sont un peu plus modestes que celles du «chantier d’une génération» de Jean Charest. La première mouture du Plan Nord, lancée en 2011, misait sur des investissements de 80 milliards de dollars sur 25 ans, dont pas moins de 47 milliards pour des projets d’Hydro-Québec.

Les données compilées par Le Devoir indiquent que, pour l’année 2014-2015, le gouvernement a obtenu 65 millions de dollars de redevances. Le budget précédent estimait que les redevances pour cette même année atteindraient 139 millions.
 
Pendant ce temps, la valeur brute des ressources exploitées dépassait les 8 milliards, comme c’est le cas chaque année depuis 2011. Mais il est impossible de savoir quel est le montant des redevances payées par chacune des 26 mines en exploitation au Québec.
 
Le Québec doit aussi, en parallèle, assumer la totalité de la facture pour la restauration des 700 sites miniers abandonnés. Celle-ci s’élève à 1,2 milliard.