Démission fracassante au Conseil du statut de la femme

Julie Latour reproche à Julie Miville-Dechêne d’avoir fait cavalier seul pour préparer mémoire déposé par le CSF sur projet de loi 20
Photo: Michaël Monnier Archives Le Devoir Julie Latour reproche à Julie Miville-Dechêne d’avoir fait cavalier seul pour préparer mémoire déposé par le CSF sur projet de loi 20

L’avocate Julie Latour claque la porte du Conseil du statut de la femme, dénonçant l’« asphyxie matérielle » et le « musellement intellectuel » au sein de l’organisme de promotion et de défense des droits et des intérêts des Québécoises.

« Le CSF est détourné de sa mission et je me sens empêchée d’exercer les responsabilités que l’on m’a confiées », écrit-elle dans une lettre coup de poing expédiée à la ministre responsable de la Condition féminine, Stéphanie Vallée, jeudi.

L’ancienne bâtonnière du Barreau de Montréal (2006-2007) y attaque de front la présidente du CSF, Julie Miville-Dechêne.

Elle lui reproche notamment de s’être croisé les bras après avoir été avisée de l’amputation de 458 000 $ des crédits — 12 % du budget — de l’organisation fondée en 1973. Face à ces « coupes significatives », Mme Miville-Dechêne a gardé le « silence » plutôt que de « défendre » l’organisme qu’elle dirige depuis trois années et demie, déplore Mme Latour.

Qui plus est, Mme Miville-Dechêne a mis la clé sous la porte des quatre bureaux régionaux — Saguenay, Rouyn-Noranda, Montréal et Québec —, remerciant au passage neuf employés sur 37, sans avoir préalablement « consulté le moindrement » les membres du CSF, ajoute-t-elle.

De son côté, Julie Miville-Dechêne dit avoir « fait les représentations qui se doivent à la ministre » Stéphanie Vallée afin de préserver autant que faire se peut les crédits octroyés au CSF. « C’est son point de vue que je n’aie pas protesté. J’ai dit ce que j’avais à dire [à Mme Vallée] », fait-elle valoir dans une entrevue téléphonique avec Le Devoir. « J’ai mené ça du mieux que j’ai pu. [Néanmoins] j’ai subi des compressions comme le reste de la fonction publique. J’ai dû composer avec ça. »

Elle soutient être parvenue à préserver « le coeur de la mission » du CSF, c’est-à-dire « la recherche », en gardant intacte une équipe de formée de six chercheurs et une documentaliste. « Si on n’arrive pas à faire de la recherche, on n’existe plus », dit-elle sans détour. Cela dit, « on est tous tristes et désolés que les bureaux [régionaux] aient dû [être fermés] », poursuit-elle.

Par ailleurs, l’assemblée des membres, à laquelle siégeait Mme Latour, n’est pas un conseil d’administration, précise Mme Miville-Dechêne. « Ça se prononce sur les orientations de contenu. […] Toutes les questions de gestion et d’administration relèvent exclusivement de moi et de mon comité de direction. »

Discorde autour du projet de loi 20

Mme Latour reproche aussi à Mme Miville-Dechêne d’avoir rédigé en catimini le mémoire du CSF sur le projet de loi 20, visant à favoriser l’accès aux services de médecine notamment par l’instauration de quotas de patients aux médecins.

« Comment […] peut-elle s’autoriser à déclarer, lors de son audience du 26 février dernier en commission parlementaire : “ On a réfléchi beaucoup à cette question, parce que, vous imaginez bien que, pour un conseil féministe, ce n’est pas une question facile ? ”, alors que les membres n’en savent rien ? », s’interroge Mme Latour, soulignant que près de trois mois se sont écoulés entre le dépôt du projet de loi 20 (28 novembre 2014) et l’audition de Mme Miville-Dechêne en commission parlementaire (26 février 2015).

D’autre part, l’avocate accuse à demi-mot Mme Miville-Dechêne d’avoir abdiqué ses responsabilités en « cautionn[ant] le recul manifeste pour les femmes médecins » auquel le Québec assisterait advenant un feu vert de l’Assemblée nationale à la réforme du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. « À travers les femmes médecins, c’est le perpétuel combat de toutes les femmes du Québec pour faire leur place professionnellement que l’on attaque ici. Et c’est cela que le CSF aurait dû fermement dénoncer, pas adouber aveuglément le projet de loi 20 déjà contesté de toutes parts », fait-elle valoir.

En appuyant de grands pans du projet de loi controversé, l’ex-journaliste fait preuve d’« une véritable incompréhension à la fois de l’intérêt collectif des femmes et du fait que d’autres moyens existent que ceux mis de l’avant par le projet de loi 20 » afin d’accroître l’accès à la fois des femmes et des hommes à des médecins, selon Mme Latour. « Je n’accepte pas que l’on retourne en arrière comme société, et cela, avec la bénédiction du CSF », souligne-t-elle.

Pour sa part, Mme Miville-Dechêne dit s’en être tenue le 26 février à réitérer aux élus des « prises de position assez fermes votées par l’assemblée des membres » en 2013 — avant l’arrivée de Julie Latour. « On invitait le ministre à prendre tous les moyens nécessaires pour modifier la rémunération, les pratiques médicales afin que les patients soient pris en charge. On parlait d’un ensemble de mesures incitatives et coercitives », explique-t-elle au Devoir. « Les quotas [comme ceux prévus au projet de loi 20], c’est une méthode coercitive », ajoute-t-elle. « Nous avons cru que nous avions la légitimité nécessaire. »

Le CSF a été pris de court par l’invitation du ministre Barrette à exposer ses vues sur le projet de loi 20 en commission parlementaire, admet cependant Mme Miville-Dechêne. « On a eu un manque de temps pour consulter [les 10 membres du CSF]. Ce n’était pas de gaieté de coeur. » Appelée à commenter différentes initiatives gouvernementales ou enjeux sociaux — augmentation et modulation des tarifs de garde, phénomène des « places fantômes » dans les garderies à 7,30 $, signalements d’agressions sexuelles dans la foulée de la mise au jour de l’affaire Ghomeshi — l’équipe du CSF a bénéficié de « six jours ouvrables pour écrire le mémoire » sur le projet de loi 20. « Ce n’est pas comme si on chômait », lâche Mme Miville-Dechêne. « C’est évident que plus on a de chercheurs, plus on peut faire de recherche. »

 

« Le féminisme est un humanisme et la vision préconisée par Julie Miville-Dechêne le nie catégoriquement », conclut Julie Latour dans un jugement sans appel de trois pages.

« Il n’y a pas une seule façon d’être féministe », fait remarquer quant à elle Mme Miville-Dechêne. « Je suis féministe. C’est clair que je le suis. »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.