Greenpeace rejette l’appel de Couillard

Philippe Couillard a invité Greenpeace à réaliser l’impact de ses actions sur les travailleurs et leurs familles et à proposer des solutions.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Philippe Couillard a invité Greenpeace à réaliser l’impact de ses actions sur les travailleurs et leurs familles et à proposer des solutions.

L’appel du premier ministre Philippe Couillard ne fera pas changer les pratiques de Greenpeace, a prévenu jeudi le porte-parole québécois du groupe écologiste, Nicolas Mainville.

« Il a une profonde incompréhension du rôle de Greenpeace. On accompagne les entreprises lorsqu’elles font du bon travail sur le terrain », a déclaré M. Mainville en entrevue à La Presse canadienne.

Après le maire de Saguenay, Jean Tremblay, il y a quelques jours, le chef du gouvernement libéral s’en est pris à son tour à Greenpeace, affirmant que l’organisme ne pouvait pas se laver les mains des pertes d’emplois au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« Il y a des centaines de personnes qui voient leur emploi menacé, oui, par la circonstance du papier [dont la demande] diminue, mais également par les actions directes de Greenpeace au niveau des clients de Résolu », a argué le premier ministre jeudi.

L’entreprise Produits forestiers Résolu (PFR) a perdu la certification environnementale Forest Stewardship Council (FSC) à la fin de 2013 et Greenpeace, en représailles, fait pression sur les clients de la papetière pour qu’ils changent de fournisseur.

La campagne de Greenpeace s’est révélée efficace auprès d’un gros client de Résolu, le détaillant Best Buy, et fait craindre pour l’avenir des trois usines à papier de PFR au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Appel au sens civique

De passage à Saguenay, le premier ministre a lancé un appel au sens civique des militants associés à Greenpeace.

« J’aimerais ça vous entendre parler du monde un peu, a dit M. Couillard, en point de presse. Réalisez les impacts de vos actions sur les travailleurs, pour les familles, et proposez des solutions. La solution ne peut pas être : “ Ce n’est pas grave, ils se trouveront d’autres emplois. ” Ce n’est pas comme ça que ça marche dans une région comme la nôtre [Saguenay–Lac-Saint-Jean] ni celle de la Mauricie. »

M. Couillard a aussi averti les militants qu’ils se trompent s’ils pensent pouvoir stopper l’exploitation de la forêt boréale ou nom de la conservation du territoire ou de la protection du caribou forestier, deux thèmes soulevés par Greenpeace dans sa campagne contre Produits forestiers Résolu.

« Si l’objectif de certains est de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’exploitation forestière de la forêt boréale au Québec, ils peuvent oublier ça, il va y avoir de l’exploitation responsable, durable, de la forêt boréale au Québec. Deuxièmement, si l’objectif est de protéger le caribou forestier en faisant disparaître des centaines d’emplois, ça n’arrivera pas », a tranché M. Couillard.

« On trouvera un plan pour le caribou forestier, dont, soit dit en passant, 75 % [se trouvent] au-dessus de la limite nordique des forêts, il ne faut pas non plus dramatiser la situation », a-t-il ajouté.

S’armer de patience

Le respect du plan de rétablissement du caribou forestier et un différend territorial opposant le gouvernement du Québec, les Cris et les Innus sont deux facteurs expliquant la perte de la certification FSC. Dans ce second cas, Québec a nommé l’ancien premier ministre Lucien Bouchard comme médiateur entre Résolu, le gouvernement et les communautés autochtones.

Un règlement sera trouvé, mais la patience est de mise, a fait valoir le premier ministre.

La sortie de M. Couillard fait suite à celle, hautement médiatisée, du maire Tremblay, qui a accusé Greenpeace de « terrorisme » économique contre les projets porteurs d’emplois pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.