PKP songe à une plainte officielle

Pierre Karl Péladeau, qui prend ici la pose avec un étudiant de l’Université Laval, se targue de recevoir des dons moyens moins élevés qu’Alexandre Cloutier et Bernard Drainville.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Pierre Karl Péladeau, qui prend ici la pose avec un étudiant de l’Université Laval, se targue de recevoir des dons moyens moins élevés qu’Alexandre Cloutier et Bernard Drainville.

Le candidat à la direction du Parti québécois Pierre Karl Péladeau interpelle le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) au sujet d’actes de « harcèlement » et d’« intimidation » journalistiques commis à l’encontre de donateurs à sa campagne.

L’équipe PKP 2015 songe à déposer « une plainte en bonne et due forme » contre La Presse, alléguant que le quotidien de la rue Saint-Jacques « intervient » dans la campagne à la chefferie du PQ. « Ils intimident les donateurs en appelant à leur résidence privée afin de leur demander de justifier leur don. Des gens se sont plaints », a affirmé l’attaché de presse Marc-André De Blois dans un entretien téléphonique avec Le Devoir.

Le favori dans la course au PQ avait lui-même dénoncé un « niveau de harcèlement […] inédit, au moyen d’un billet sur Facebook plus tôt cette semaine. Une telle démarche ne peut que décourager les citoyens d’exercer leur légitime droit de financer les partis politiques et les citoyens qui ont fait le choix de représenter leurs compatriotes », a-t-il écrit, s’interrogeant sur la pertinence de révéler l’identité sur le site Web du DGEQ de chacun des donateurs à un candidat à la succession de Pauline Marois, ou encore à un parti politique.

« Pourquoi les journalistes de La Presse ne demandent-ils pas aux Desmarais — la famille qui contrôle Power Corporation du Canada et ses journaux […] — pourquoi font-ils si fréquemment et si généreusement leurs contributions au Parti libéral du Québec ? », a-t-il ajouté.

La spécialiste en stratégie Web Michelle Blanc avoue candidement qu’elle n’aurait pas donné 500 $ à M. Péladeau si elle avait eu le moindre soupçon qu’il aurait été souligné dans les médias. « Notre vote est secret, mais notre don, qu’il ne soit qu’un petit 200 dollars ou 500 dollars, devient maintenant un geste médiatique et médiatisé. Ayoye ! » a-t-elle écrit sur son blogue.

La « chasse aux donateurs » menée actuellement par les médias en incitera plus d’un à s’abstenir de faire un don politique, explique-t-elle au Devoir.

Une campagne populaire

L’actionnaire de contrôle de Québecor a amassé des dons totalisant 115 399 $, selon les données compilées par le DGEQ. Il est suivi de Bernard Drainville (43 231 $), Alexandre Cloutier (39 587 $) et Martine Ouellet (31 506,88 $). Le seul non-élu de la campagne à la chefferie du PQ, Pierre Céré, se retrouve en queue de peloton. Le « cinquième candidat » a amassé 12 062,76 $, soit près de dix fois moins que M. Péladeau.

Le député de Rosemont, Jean-François Lisée, a quant à lui amassé 12 472 $. Il avait effectué des dépenses oscillant autour de 20 000 $ avant de plier l’échine le vendredi 23 janvier dernier. « On doit ramasser encore au moins 10 000 $ pour couvrir nos dépenses. Si vous avez 100 $, on en aurait besoin », avait-il lancé à la blague.

Pierre Karl Péladeau a recueilli des dons moyens de 150 $, comparativement à 160 $ pour Bernard Drainville et Alexandre Cloutier. Seuls Martine Ouellet et Pierre Céré ont reçu des dons moyens inférieurs à PKP, soit respectivement 120 $ et 105 $.

Le camp du magnat de la presse se targue d’avoir amassé le don médian le plus bas, voulant casser l’image d’un candidat appuyé surtout par des gens fortunés.

Cette situation pourrait toutefois changer. Le député de Saint-Jérôme tiendra un nouveau cocktail de financement à 500 $ le billet d’entrée — la contribution maximale permise par électeur durant une campagne à la direction d’un parti politique — à l’hôtel Château Laurier de Québec le 24 mars prochain.

17 % des dons non conformes

Par ailleurs, près d’un don sur cinq (17 %) à un camp ou un autre a été jugé non conforme par le DGEQ. « On s’assure que les informations qui sont sur le formulaire tiennent debout ; [par exemple] si l’adresse du donateur est exacte. Dans certains cas, elle ne l’est pas », explique le porte-parole du DGEQ, Denis Dion. « Parfois, il n’y a pas d’argent dans le compte », ajoute-t-il.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

Dons récoltés

Pierre K. Péladeau : 115 399 $

Bernard Drainville : 43 231 $

Alexandre Cloutier : 39 587 $

Martine Ouellet : 31 506,88 $

Pierre Céré : 12 062,76 $

Total : 241 786,64 $

Source : Directeur général des élections du Québec
4 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 mars 2015 06 h 22

    … ajouter ?

    « Le candidat à la direction du Parti québécois Pierre Karl Péladeau interpelle le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) au sujet » (Marco Bélair-Cirino, Le Devoir)

    Oui, en effet, il est de convenance que les médias, présumément responsables d’actes mécompréhensibles, soient avisés en matières de publication de noms-montants (appuis, dons) et d’intimidation possible aux personnes qui donnent des sous ; des actes susceptibles de miner tout autant le fonctionnement dit politique que l’exercice de la démocratie et de la citoyenneté !

    D’avis contesté ou non souhaité, il est et demeure comme important et inspirant, et en tout temps-espace, de préserver, pour des motifs de sécurité et d’équilibre de société, l’anonymat de toute personne appelée à élire (apposer un « x ») ou à faire-élire (donation ou propagande) !

    Entre-temps, quoi penser …

    … ajouter ? - 5 mars 2015 -

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 5 mars 2015 15 h 01

    Je sens de l'animosité dans ce texte

    Pourquoi parle-t-on de M. Drainville, Mme Ouellet, M. Céré, M.Cloutier...
    alors que le journaliste dit "...le camp du magnat de la presse se targue... etc"
    ou : "...l'actionnaire de contrôle de Québecor a amassé...etc." ???

    • Cyr Guillaume - Inscrit 5 mars 2015 19 h 37

      Moi aussi, c'est fou comme les antiPKP sont partout n'est-ce-pas? Et je ne suis pas surpris des basseses de Power et de ses sbires de la presse...J'encourage M.Péladeau à aller de l'avant, et porter plainte.

  • Denise Groulx - Inscrite 6 mars 2015 09 h 44

    Eh bien moi, je vais donner!

    Evidemment, je ne suis pas une personne médiatisée mais, je vais donner mon pauvre petit montant. Ils ne me baillônneront pas.