Le contrat de Lucien Bouchard n’est pas exagéré, selon Couillard

Pour Philippe Couillard, Lucien Bouchard est le mieux placé pour dénouer le conflit, ce qui justifie que le contrat lui ait été confié.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Pour Philippe Couillard, Lucien Bouchard est le mieux placé pour dénouer le conflit, ce qui justifie que le contrat lui ait été confié.

Le premier ministre Philippe Couillard ne trouve pas exagéré le contrat de gré à gré de 500 000 $ que son gouvernement a accordé à Lucien Bouchard pour agir comme médiateur dans le différend entre l’État québécois, l’entreprise Produits forestiers Résolu et les communautés cries et innues du Lac-Saint-Jean.

Interrogé mardi à Paris, où il poursuit sa visite officielle, M. Couillard a souligné que la somme évoquée ne concernait pas que M. Bouchard, mais aussi « ceux qui l’entourent ». Pour le reste, l’importance de l’enjeu et la compétence de M. Bouchard justifient pleinement, à ses yeux, ce mandat.

« Il faut absolument régler cette question-là, plaide-t-il. C’est tellement important pour le Québec, cette question de certification des produits forestiers de Résolu, notamment dans ma région, le Lac-Saint-Jean. Il y a littéralement des milliers et des milliers d’emplois et descentaines de millions de retombées économiques en jeu. »

Pour lui, l’ancien premier ministre Bouchard est le mieux placé pour dénouer le conflit, ce qui justifie que le contrat lui ait été confié (par le truchement du cabinet Davies Ward Phillips Vineberg) de cette manière.

« Si vous regardez son parcours, son origine régionale, son expérience de négociateur, franchement, celui qui mettrait en doute ses compétences aura du mal à démontrer son point de vue. »

Le premier ministre estime que la résolution de ce conflit est « absolument fondamentale ». « Je parle au nom des travailleurs forestiers et de leurs familles, qui sont parfois traités bien légèrement dans cette affaire. Les gens du Lac-Saint-Jean ont le droit à la dignité de l’emploi. L’industrie forestière fait partie de notre ADN au Saguenay–Lac-Saint-Jean et on va continuer à la soutenir », assure M. Couillard.

L’affaire que doit résoudre Lucien Bouchard, nommé en janvier, est un véritable imbroglio, dans lequel s’entremêlent le régime forestier, les droits d’exploitation, les droits ancestraux des communautés autochtones, sur fond de « paix des braves » et de Convention de la Baie-James.

Depuis la fin de l’année dernière, le certificat d’activités de Résolu au Lac-Saint-Jean est suspendu. Les Cris et les Innus du Lac-Saint-Jean l’accusent de compromettre leurs territoires de chasse traditionnels et ont intenté une poursuite contre l’entreprise et le gouvernement du Québec pour faire valoir leurs droits.

6 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 4 mars 2015 01 h 44

    Ce grand seigneur du royaume

    Pour une fois je trouve que Couillard a raison, en fait ce n'est pas un salaire mais un contrat peut etre que si ce cher Bouchard n'avait pas toujours été si arrogant ce grand seigneur du royaume, nous serions pas autant sur nos gardes

  • Josée Duplessis - Abonnée 4 mars 2015 07 h 39

    Le propos est que l'on est en régime d'austérité et que ce qui est bon pour les uns est bon pour l'autre...
    C'est vrai qu'aux yeux du premier ministre, les enseignants valent bien moins que les gens de la haute comme on disait auparavant. Faut croire que ça n'a pas changé.

    • Jean Lapierre - Inscrit 4 mars 2015 10 h 06

      Ce qui est tordant c'est que l'austėrité ce n'est pas pour les riches y inclus ceux qui ont de l'argent dans les paradis fiscaux, ou les docteurs-ministres-députés docteurs-reministres-redocteurs, de retour à la case départ avec allocation de départ doublée d'une généreuse pension à vie. Ce premier ministre, à qui l'on prête une très grande intelligence, continue à faire la preuve d'un manque flagrant de jugement, alors que l'ex-premier ministre du premier déficit zėro s'en met plein les poches.

  • Bernard Terreault - Abonné 4 mars 2015 08 h 11

    Obligation de réussite ?

    Et si M. Bouchard ne parvient pas à faire accepter par toutes les parties une entente raisonnable, touchera-t-il quand même son demi-million ?

  • Jocelyn Cloutier - Inscrit 4 mars 2015 08 h 56

    Ces gens sont tellement compétents qu'aucune misère humaine ne peut faire fléchir leur cupidité.

    Il y a bien des choses qui ne sont pas exagérées pour Couillard contrairement à ce qu'en pense la population mais la puissance du prestige acquise lors d'une élection qui ressemble plus à un concours de Miss 'quelquechose' qu'à un exercice de démocratie étant ce qu'elle est.
    Assainir les finances publiques devait il me semble constituer le premier objectif des libéraux aux dernières élections mais semble-t-il qu'il n'y a pas eu de révolution quant au passé libéral puisque le premier objectif semble toujours être celui de garnir le portefeuille de ceux contribuent au confort politique des parvenus.
    S'il y a changement radical de chapeau au bureau du vérificateur général, pourquoi nos bons politiciens ne seraient-ils pas tenté d'en faire tout autant ?
    Favoriser ses intérêts personnels est loin d'être étranger dans le gouvernement du Québec.

  • Robert Beauchamp - Abonné 4 mars 2015 10 h 02

    Oû sont les compétences?

    Je ne doute pas des compétences de M. Bouchard, mais au-delâ de ce fait;
    est-ce que l'on devient soudainement plus compétent lorsque l'on quitte la politique?
    N'y a-t-il donc pas actuellement des ministres ou sous-ministres qui pourraient traiter cet épineux dossier et bien d'autres? Je pense que je comprends, c.a.d., quand un dossier est épineux et qu'il faille trancher, on va en sous-traitance, et on évite de se mouiller. J'aurais dû y penser avant. Tout ceci est révélateur de la trempe réelle de nos matamores maintenant condamnés au silence.
    Robert Beauchamp