Québec a caché un coussin financier de 2,3 milliards dans ses dépenses

Le ministre des Finances, Carlos Leitão
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre des Finances, Carlos Leitão

Dans sa mise à jour économique et financière présentée en décembre dernier, le ministre des Finances, Carlos Leitão, n’a pas divulgué des « marges de prudence » pour une valeur de 2,3 milliards, a révélé le vérificateur général (VG).

Cette astuce comptable permet au gouvernement Couillard de dégager une forme de provision pour éventualités, que l’on retrouve dans les budgets classiques, mais sans mettre des sommes de côté. Bref, le gouvernement affiche un coussin qui est compris dans ses dépenses courantes : autant dire qu’il n’existe pas.

Si des « marges de prudence » étaient vraiment là pour faire face aux imprévus, la croissance des dépenses du gouvernement — de 1,2 % en 2015-2016 et de 2,2 % en 2016-2017 — passerait à 0,3 % et à 1,5 % respectivement. Ce gel apparent des dépenses en 2015-2016, l’année où l’équilibre budgétaire sera atteint, confinerait à l’austérité.

Mais ce truc innovateur a permis au président du Conseil du trésor de tenir un discours lénifiant jeudi quand il a réagi au rapport du VG sur cette mise à jour économique et financière. « Les marges sont des marges prudentes, des marges qui sont raisonnables justement, justement pour éviter que ces risques nous fassent tomber en déficit », a-t-il dit.

Le VG par intérim, Michel Samson, ne se formalise pas de ce traitement comptable. Tout au plus suggère-t-il que ces marges de prudence soient diffusées « de façon explicite ».

Dans l’ensemble, le rapport de Michel Samson est favorable au gouvernement, qualifiant la plupart des prévisions du ministre des Finances de « raisonnables », ce dont se sont réjouis Carlos Leitão et Martin Coiteux.

L’Assemblée nationale a par ailleurs voté à l’unanimité pour nommer la juricomptable Guylaine Leclerc, pour un mandat de dix ans, en remplacement de Michel Samson, qui a exercé un long intérim de quatre ans. La candidature de celui-ci fut rejetée par le Parti québécois. Mme Leclerc provient du secteur privé, mais elle a déjà travaillé pour le VG et la Sûreté du Québec.


 
2 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 27 février 2015 03 h 06

    Manipulation d'opinion qui se prépare...

    Cette "provision pour éventualités" existe et devrait croître jusqu'à ce que nous soyons à un an des élections générales.
    Et alors, ce trésor de guerre pris sur le dos de contribuables qui n'en peuvent plus, servira à faire des cadeaux électoraux pour leur faire oublier les coups portés.
    Tout comme les parents en font de même avec leurs enfants, c'est une technique libérale classique de manipulation de l'opinion publique.
    Les libéraux ont appris par expérience qu'il est utile de préparer les choses et les budgets qui touchent à l'opinion publique très longtemps d'avance.
    Rien de plus, mais rien de moins non-plus...
    Tourlou !

    • Marc G. Tremblay - Inscrit 27 février 2015 14 h 19

      Le véritable "coussin financier" du gouvernement du Qc se situe autour de 8 milliards, dans le fonds des générations, gérés par la Caisse de dépot qui vient d'avoir un rendement de 12%. Il me semble qu'il faut cesser de de faire du délire paranoïde (genre : Tout comme les parents en font de même avec leurs enfants...) lorsqu'il s'agit de balancer et de mettre en ordre les finances publiques.