Course à la direction du PQ: Sol Zanetti ouvre timidement son jeu

Même s’il ne l’a pas admis ouvertement, Sol Zanetti a reconnu implicitement qu’il entretient une certaine communion de pensée avec Martine Ouellet.
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir Même s’il ne l’a pas admis ouvertement, Sol Zanetti a reconnu implicitement qu’il entretient une certaine communion de pensée avec Martine Ouellet.

Le chef d’Option nationale refuse d’endosser formellement l’un des aspirants chefs du Parti québécois, mais il a bien l’intention de se «positionner sur les idées».
 

En entrevue avec La Presse canadienne, vendredi, M. Zanetti a indiqué qu’il faisait «attention» de ne pas accorder son appui à un candidat engagé dans la course à la direction.
 

Mais même s’il ne l’a pas admis ouvertement en entrevue, M. Zanetti a reconnu implicitement qu’il entretient une certaine communion de pensée avec Martine Ouellet.

 

Sol Zanetti a salué « son engagement à vouloir faire un référendum dans le cadre d’un premier mandat », une stratégie susceptible, selon lui, de favoriser le ralliement des forces souverainistes.

« Si le PQ décide d’aller dans ce sens-là, je pense que ça va être bon pour éventuellement entamer le dialogue avec les autres partis indépendantistes », a-t-il souligné.

Conversations dans Richelieu

Cependant, pour le moment, M. Zanetti entretient plutôt des conversations avec les électeurs de Richelieu, où il a décidé de se présenter dans le cadre de l’élection partielle qui se tiendra dans cette circonscription le 9 mars.
 

Le chef d’Option nationale entend profiter de sa campagne pour «convaincre les gens de promouvoir l’indépendance et d’adhérer à ce projet de société» en misant sur des conférences, des assemblées de cuisine et du porte-à-porte.

 

Il a ajouté qu’à ce jour, ses interlocuteurs se montraient réceptifs. «Les citoyens sur le terrain m’accueillent très bien», a-t-il dit.

M. Zanetti ne semble toutefois pas entretenir de grandes illusions quant au résultat du scrutin du mois prochain.
 

Sans grande surprise, Sol Zanetti a mentionné qu’il entend profiter de sa campagne pour « convaincre les gens de promouvoir l’indépendance et d’adhérer à ce projet de société » en misant sur des conférences, des assemblées de cuisine et du porte-à-porte.

« Je pense que ce serait phénoménal d’envoyer un premier député élu sous la bannière d’Option nationale à Québec [mais] la visée du parti est à long terme. On est en train de préparer la relève du mouvement indépendantiste. […] C’est dans cette optique-là qu’on se présentera à chaque élection qu’il va y avoir », a-t-il expliqué.

1 commentaire
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 16 février 2015 06 h 59

    Conseil d'Amie...

    Si j'ai bien compris, les séparatistes n'ont jamais eu que la fixette de ne plus être sous la tutelle d'Ottawa par qui ils se sentent, souvent à raison, traités en parent pauvre, alors que nous consistons à la base près de la moitié de la population du pays, lors de la première réunion officielle du Haut et du Bas-Canada. Le PQ croit fermement que nous nous gouvernerions mieux nous-même, mettrions davantage notre précieuse Francophonie à l'abri de la Menace anglo-saxonne, et permettrait un meilleur Rayonnement de notre Culture à l'international.

    Chacun a cependant par la suite sa Vision de ce que devrait devenir le Québec, voilà pourquoi ils sont au moins trois ou quatre autres petits partis indépendantistes. Avec Québec Solidaire, rendu à l'Assemblée, ça fait pas mal de Nationalistes qui ne sont pas péquistes.

    Si je suis un peu au fait, la finalité du PQ est la Souverainneté. FIN-alité!!!

    Une fois séparés, on peut le dissoudre. Les membres d'option national peuvent reformer leur parti ainsi que Québec Solidaire et les autres, et les anciens du PQ peuvent eux-mêmes se subdiviser en plus petit partis ou rester ensemble et se renommer " Avenir Québec" pour rajeunir le parti.

    Une chose est sûre, s'ils veulent vraiment un Pays, les séparatistes, je leur conseille vigoureusement de s'unir pour leur but commun et une fois atteint, il auront tout le loisir de se diviser et s'accuser mutuellement d'etre les Calamités responsables de la dramatique Périclitation du Québec.

    Aussi, je ne crois pas comme Zanetti que Ouellet soit un bon choix avant l'Avatar. PKP est le seul qui pourrait réalistement rallier assez de québécois pour avoir une Majorité. Le seul qui pourrait aller chercher le vote absolument essentiel des indécis.

    Si vous voulez votre Pays, l'heure est venue de dire " PKP pour Tous, et Tous pour PKP!"

    Vous vous battrez ensuite pour ne pas restés collés à un Roi qui contrôle aussi toute l'Information et le Divertissement dans le Beau Pays.