Nathalie Normandeau reçoit des roses pour ses débuts à la radio

L’ex-ministre Nathalie Normandeau avait dû témoigner à la commission Charbonneau.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’ex-ministre Nathalie Normandeau avait dû témoigner à la commission Charbonneau.

Moins d’un an après son témoignage devant la commission Charbonneau, l’ex-ministre Nathalie Normandeau a fait ses débuts à la radio à Québec en évoquant brièvement cet épisode et en prévenant qu’elle n’avait plus rien à ajouter là-dessus.

Mme Normandeau coanime avec Éric Duhaime, depuis lundi, une émission quotidienne sur l’heure du midi à la station du FM-93.

« Tout ce que j’avais à dire a été dit. J’ai toujours fait mon travail de façon impeccable, intègre, honnête », a-t-elle rétorqué aux questions de son collègue, en début d’émission. « Je suis allée, j’ai répondu aux questions pendant plusieurs heures. Alors, aujourd’hui, je te regarde dans les yeux, Éric Duhaime, je te dis que tout ce que j’avais à dire a été dit. J’ai toujours fait mon travail de façon impeccable, de façon intègre, de façon honnête. […] Aujourd’hui, je t’annonce qu’on passe à un autre appel. On tourne la page. »

Moqueur, Duhaime avait fait allusion au sketch du Bye Bye dans lequel elle et d’autres témoins chantaient « Bande de tata… tatatatas… », sur l’air de la chanson d’Alex Nevsky. « Nat, je vais te poser la question que tous les Québécois se demandent. Est-ce que vous nous prenez tous pour des tatas ? »

Mme Normandeau a commencé par dire qu’elle avait « adoré » le Bye Bye et que celle qui l’imitait — la comédienne Hélène Bourgeois-Leclerc — était « absolument excellente ».

Elle a ensuite dit à Éric Duhaime qu’elle ne le prenait pas pour « un tata ». « Est-ce que tu crois vraiment, Éric Duhaime, que j’aurais accepté le métier d’animatrice de radio avec toi si j’avais quelque chose à me reprocher ? Poser la question, c’est y répondre. »

Appel à Zambito

Après s’être dit « rassuré » par ses propos, Éric Duhaime lui a fait parvenir des roses en studio, en guise de clin d’oeil au témoignage de Lino Zambito, ce qui a beaucoup fait rire l’ancienne ministre. Il a ensuite appelé Lino Zambito lui-même en lui lançant qu’il l’avait toujours soupçonné d’avoir envoyé les fleurs non pas pour obtenir des contrats, mais pour « draguer » la ministre.

M. Zambito a ensuite répondu ceci : « Écoutez, le monde se fait bien des idées, mais c’était vraiment une petite attention pour son anniversaire. Puis, aujourd’hui, je pense qu’on en a parlé en long et en large et qu’il faut passer à autre chose. »

Enfin, Mme Normandeau a offert de donner les roses qu’elle avait reçues aux auditeurs qui se présenteraient à la station. L’échange concernant la commission Charbonneau et la corruption dans les contrats publics s’est terminé environ 15 minutes après le début de l’émission. Par la suite, les deux coanimateurs se sont entretenus avec le chroniqueur Mario Dumont, puis ils ont interrogé le chef syndical Daniel Boyer.

Ancienne ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau a toujours dit qu’elle n’avait pas cédé aux pressions des firmes d’ingénieurs qui finançaient illégalement son parti et qu’elle avait construit « un mur » la protégeant de toute influence. Elle a toutefois déclaré à la commission que son chef de cabinet, Bruno Lortie, n’avait « peut-être » pas fait preuve de la même prudence à l’époque.

L’émission Normandeau-Duhaime apparaît dans un contexte de vive concurrence entre les radios d’opinion de la capitale.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.