Drainville invite Péladeau à se rallier aux autres candidats

Bernard Drainville et Pierre Karl Péladeau, lors de la dernière campagne électorale.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Archives Bernard Drainville et Pierre Karl Péladeau, lors de la dernière campagne électorale.

Le député du Parti québécois Bernard Drainville a invité lundi son collègue Pierre Karl Péladeau, candidat comme lui dans la course à la direction du PQ, à se rallier à une proposition sur le nombre de débats qui opposera les aspirants.

M. Péladeau est le seul parmi les six candidats à la succession de Pauline Marois à ne pas avoir signé une lettre réclamant au PQ l’organisation de cinq débats, d’ici au choix du prochain chef du parti en mai 2015.

Lors d’un point de presse où il a présenté son président de campagne, M. Drainville a affirmé qu’il faut au minimum cinq débats pour favoriser une meilleure diffusion des idées de chacun.

«Je souhaite que Pierre Karl se rallie à cette idée qu’il y ait le plus de débats possibles, a-t-il dit. Vouloir faire de la politique, c’est vouloir proposer des idées, c’est vouloir dire à une population: voici où je veux vous amener. Je pense que Pierre Karl, comme tous les candidats, on a intérêt à avoir des débats pour avoir la chance de discuter entre nous et de mettre de l’avant nos meilleures idées.»

Limiter la course à deux débats, à Montréal et Québec, sans aller en région, enverrait un très mauvais signal, a expliqué M. Drainville.

«Ça prend un minimum de cinq débats, a-t-il dit. D’abord parce que le Québec, ce n’est pas juste Montréal et Québec. Le Québec c’est également les régions. (...) Je suis convaincu qu’à la fin, Pierre Karl va se rallier à l’idée que ça nous prend un bon débat d’idées et pour avoir un bon débat d’idées ça prend des débats.»

Péladeau s’en remet aux instances

M. Péladeau a indiqué lundi qu’il laissera les instances nationales péquistes, chargées d’organiser la course, décider combien de débats sont nécessaires.

«Je souhaite avoir le nombre de débats que le parti et ses dirigeants vont décider, a-t-il dit. Cette décision-là ne m’appartient pas, elle appartient aux dirigeants du parti.»

Lundi, M. Drainville a annoncé que le député péquiste Mathieu Traversy sera son président de campagne. M. Traversy, qui a insisté sur l’importance des débats, est le quatrième député à s’engager aux côtés de M. Drainville.

Un porte-parole du Parti québécois, Dominic Vallières, a affirmé qu’aucune décision n’a encore été prise par le président de la course à la direction, Jacques Léonard.

M. Vallières a confirmé que la lettre signée par cinq des candidats a été reçue vendredi dernier. Mais le nombre de débat sera déterminé en début d’année, en fonction de la marge de manoeuvre offerte par le budget de 850 000 $ disponible pour l’organisation de la course, a indiqué le porte-parole.

«Je ne pense pas que M. Léonard soit fermé et je ne m’avancerai pas sur les suites qui seront données, mais je pense que ce qu’on a en tête c’est de respecter le budget qui a été voté par les membres», a-t-il dit.