Québec renonce à couper

Les libéraux de Philippe Couillard font volte-face. L’élimination des subventions à la culture scientifique révélées par Le Devoir vendredi sera annulée, a annoncé le ministre Jacques Daoust dimanche soir. Les organismes de vulgarisation scientifique poussent un soupir de soulagement, après un week-end passé à tenter de trouver des manières de survivre.
 

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations affirme qu’il ne « retient pas les orientations proposées par son ministère » en ce qui concerne l’appui aux organismes de soutien à la culture scientifique. Une formule employée récemment par certains de ses collègues afin d’infirmer des décisions impopulaires.

Cette « réorientation » du programme de soutien au fonctionnement aux organismes NovaScience avait été annoncée la semaine dernière, par téléphone, à la plupart des groupes en bénéficiant. D’autres ont appris la suppression de leurs subventions dans les pages du Devoir, samedi.

Le gouvernement libéral avait coupé les vivres aux Publications BLD, société éditrice du magazine jeunesse Les Débrouillards au motif que sa mission de vulgarisation scientifique auprès des jeunes ne « cadrait plus avec les priorités » du ministère, à l’instar de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), de l’Agence Science-Presse (ASP), de Science pour tous, et du Conseil de développement du loisir scientifique et de ses neuf composantes régionales. Certains songeaient jusqu’à dimanche à fermer boutique. Ils peuvent désormais respirer.

Au bureau du ministre Daoust, on affirmait la semaine dernière que le programme NovaScience dont émane ce budget d’un peu plus de 1 million de dollars était « maintenu », mais qu’on souhaitait « mieux l’utiliser et se tourner vers le développement de la culture d’innovation en entreprise ». « On veut favoriser l’embauche de jeunes diplômés », avait fait valoir l’attachée de presse du ministre, Mélissa Turgeon. Les fonds devaient aller à des organismes voués à l’entrepreneuriat plutôt qu’à la science, selon nos informations.

Le ton était tout autre dimanche soir. « Ce sont des décisions qui n’avaient pas été avalisées par le ministre, dit-elle. Les représentants des organisations avec qui le sous-ministre adjoint a communiqué seront rencontrésdans les prochains jours afin de revoir les scénarios de financement pour 2015-2016. »

Le ministre a décliné notre demande d’entrevue. « Malgré le contexte financier particulièrement difficile dans lequel le gouvernement évolue, nous tenons à préserver la mission de ces organisations qui travaillent dans le domaine de la culture scientifique et qui apportent une contribution importante au développement économique », a précisé M. Daoust par voie de communiqué.

Les scénarios de financement des organismes concernés doivent être revus « dans les prochains jours ».

Soulagement chez les organismes

Josée Nadia Drouin, directrice générale de l’ASP, dont le budget allait se voir réduit de 70 % avec l’arrêt d’une subvention de 123 000 $, s’est dite « contente » de la nouvelle, mais reste sur ses gardes. « On reste prudents parce que notre organisation mettait la clef sous la porte vendredi. On veut voir si le gouvernement reconduit la subvention comme elle l’était avant, et c’est à ce moment-là que nous verrons quel est notre avenir. »

Félix Maltais, éditeur des Publications BLD qui risquait de perdre sa subvention de 175 000 $, voit le changement de décision du gouvernement comme un engagement envers la science. « On est vraiment très satisfaits que le ministre ait écouté la population. Je crois qu’ils vont devoir non seulement maintenir le programme, mais même l’augmenter pour toutes les activités de vulgarisation scientifique avec la grande réaction que l’on a vue au sein de la population. »

Ce dernier prévoyait déjà des actions de contestation, qu’il laissera finalement tomber. La populaire grenouille Beppo, du magazine Les Débrouillards, pourra elle aussi laisser de côté l’affiche « S.O.S. » qu’elle tenait sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de la réorientation budgétaire.

M. Maltais et Mme Drouin se disent prêts à discuter avec le ministère. « Nous voulons poursuivre notre dialogue avec le ministère pour nous assurer que cette décision soit valable pour plus d’un an », indique M. Maltais.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, juge pour sa part qu’il est « commode pour le ministre de se réfugier derrière [son] administration, son sous-ministre » pour en arriver à ce recul. « Mais personne n’est dupe, que ce soit dans les Conservatoires de musique, avec la ministre [David] qui a utilisé cette même [formulation], ou dans les organismes scientifiques, avec M. Daoust. Les hauts fonctionnaires ne font pas de telles annonces sans que les ministres soient au courant. Ça ne tient tout simplement pas la route. » Elle salue la population qui s’est mobilisée pour faire infirmer ces décisions. Une pétition lancée vendredi avait déjà recueilli plus de 3700 signatures, deux jours plus tard.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

34 commentaires
  • Donald Bordeleau - Abonné 14 décembre 2014 23 h 23

    Daoust corrige le tire, on peut excuser son fils qui poursuit un ex-employer.


    Power et les transnationales sont encore à tirer les ficelles suite à une grande réunion avec le Québec Inc. L’honorable Couillard est à l'écoute de ces frères de la loge Dorchester No 4. Une grande attaque avec un couillard contenant des taxes et augmentations de coût contre la forteresse de la classe moyenne.


    Mais il semble que les pertes d'emplois vont s'intensifier cet hiver. De plus, le pétrole sera un jour à 40$ le baril à cause du gaz des USA.

    Beaucoup d'entreprise seront en difficultés, Résolu va fermer 2 usines et aussi des dizaines d'entreprises comme Mexx avec 750 employés qui vont déclarer faillite.

    Donc des dizaines de milliers de pertes d'emplois pour cet hiver.

    De plus, personne ne veut faire des achats de nouveaux produits. Ils sont plus enclins à faire réparer la tondeuse ou VTT et autres appareils.

    Il semble que l'économie sera au ralenti pour quelques années à cause de l'instabilité créé par le PLQ avec l’augmentation des coûts et des taxes pour un total de 1400$ par famille.




    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/425957/au




    Le PPP du CUSM avec l’Honorable Porter avec ces abus et partie de pêche avec nos hommes politiques. L’inauguration du CSUM se fera bientôt ou l’Honorable Couillard fera la coupe du ruban avec une certaine gêne en l’absence d’un homme bon comme Porter.




    http://www.lactualite.com/opinions/le-blogue-de-jo




    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/426209/le

  • Claude Poirier - Abonné 15 décembre 2014 02 h 44

    Changement de gouvernement, changement de terme.

    Je trouve particulier que lorsque c"était le gouvernement de madame Marois, les journalistes accusaient le PQ de "reculer", mais que maintenant ils semblerait que le gouvernement Couillard fait "volte-face".

    Même geste mais interprétaion partisane, peut-être?

    Jean-Jacques Thibault
    Bangkok

    • Gaétan Fortin - Inscrit 15 décembre 2014 09 h 10

      Je ne vois pasen quoi il est pire de faire «volte-face» que de «reculer».
      Je préfère même la première expression. Question de langue.
      Rien de partisan, croyez-moi.

    • Alain Michaud - Inscrit 15 décembre 2014 10 h 56

      On pourrait aussi dire qu'à l'époque Marois, les Péquistes défendaient les reculs, ou voltes-faces de Marois sous prétexte qu'elle était à l'écoute de son peuple et qu'il n'y a que les fous qui ne changent jamais d'idée alors que maintenant, ceux du PLQ deviennent de l'incompétence. Non, rien ne change au Québec. La partisannerie à son meilleur.

  • André Chevalier - Abonné 15 décembre 2014 03 h 18

    Un économiste ne vaut pas mieux qu'un créationniste

    En ce qui concerne les politiques scientifiques, un économiste responsables de tels dossiers m'apparaît aussi néfaste qu'un créationniste. Les deux défendent leurs dogmes à l'encontre de la science.

    • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 15 décembre 2014 08 h 41

      L'économie, en effet, n'est pas une science mais un sous-produit de la géographie et de la psychologie. L'économiste joue volontiers sur des chiffres et des équations (cf. RDI-économie, par exemple), mais ces équations ne reposent sur rien. Pour paraphraser Pascal: la véritable économie se moque de l'économie.

      Desrosiers
      Val David

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 15 décembre 2014 03 h 46

    Bravo !

    « L’élimination des subventions à la culture scientifique révélées par Le Devoir vendredi sera annulée » (Philippe Orfali, Laura Pelletier, Le Devoir)

    Bravo pour cette décision qui, faisant suite à la récente pétition et autres initiatives, permet à la « vulgarisation scientifique » de poursuivre ce dont elle en est capable : yahou !

    Bravo ! - 15 déc 2014 -

  • Pierre Labelle - Inscrit 15 décembre 2014 03 h 54

    Les petits poissons rouges.

    Aux temps des fêtes il y a toujours des bonbonnières sur nos tables avec plein de petits poissons rouges, certains ont un goût plus piquant que d'autres. Cette année particulièrement le risque est grand que nous les trouvions très amères ces petits bonbons. Le manque de courage de certain ministre va jusqu'à rejeter la faute de leur bévue sur des fonctionnaires anonymes, pas même le courage d'assumer les conséquences de leur décision. Daoust, tout comme madame David (la soeur de l'autre), sont des copies coller de Moreau qui lui veut faire porter l'odieux de ses coupures, par les maires et mairesses. Alors quand certains ministres viennent nous annoncer qu'ils nous rendent ce qu'ils nous avaient enlevé, oui nous devons nous méfier car ces petits bonbons peuvent avoir un goût âcre.

    • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 15 décembre 2014 08 h 42

      Quel que soit le régime politique, les petits poissons seront toujours ... les contribuables.

      Desrosiers
      Val David