La grogne augmente envers les libéraux

Le premier ministre Philippe Couillard entouré de son équipe libérale.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard entouré de son équipe libérale.

Les libéraux dérangent et perdent quelques plumes… mais leur programme d’austérité convient néanmoins à une majorité de Québécois, montre un nouveau sondage Léger-Le Devoir.

Celui-ci indique que le taux d’insatisfaction à l’égard du gouvernement Couillard a monté en flèche dans le dernier mois, alors que se multipliaient les mouvements de protestation contre le programme économique des libéraux. Il se situe maintenant à 64 %, soit 11 points de plus qu’à la mi-novembre. En corollaire, le taux de satisfaction a plongé, passant de 39 % à 30 %. En comparaison, 44 % des Québécois se disaient satisfaits du gouvernement en mai.

Les libéraux essuient également un recul dans les intentions de vote, même s’ils demeurent bien en tête. Le sondage leur accorde 34 % des votes après répartition, huit points devant la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti québécois (PQ). Québec solidaire est crédité de 11 % d’appuis. Le dernier sondage Léger, à la mi-novembre, accordait 36 % aux libéraux. Ils ont obtenu 42 % du vote lors des élections d’avril.

Autre donnée indiquant le refroidissement des relations entre les Québécois et Philippe Couillard, 22 % des répondants au sondage estiment qu’il « ferait le meilleur premier ministre du Québec ». En quatre mois, M. Couillard a perdu le tiers de ses appuis à cette question. Il est désormais à égalité mathématique avec le chef de la CAQ, François Legault (20 %).

Les mesures passent

Mais est-ce à dire que les libéraux font fausse route avec leurs politiques ? Le sondage montre au contraire que les Québécois appuient la plupart des mesures proposées par le gouvernement Couillard. Ils sont 46 % à être en accord avec l’idée de faire du retour à l’équilibre budgétaire pour 2015 une priorité — très peu de répondants (16 %) pensent toutefois que le gouvernement y arrivera.

La firme de sondage a demandé aux répondants s’ils étaient en accord ou en désaccord avec sept mesures libérales. Et l’appui se révèle très important pour la majorité d’entre elles : augmentation et modulation des tarifs des CPE en fonction des revenus des parents (58 % pour, 38 % contre), augmentation des taxes pour les compagnies d’assurances et les institutions financières (66 % pour, 27 % contre), réduction du nombre de commissions scolaires (64 %, contre 27 %), gel salarial de deux ans pour les employés de l’État (63 %, contre 32 %) ou réforme des régimes de retraite des employés municipaux (54 %, contre 34 %).

Une mesure fait moins consensus : la réforme de la santé est approuvée par 48 % des répondants, alors que 41 % sont en désaccord (la question ne mentionnait pas d’aspects précis). Quant à la diminution du transfert aux municipalités (par le Pacte fiscal transitoire, qui ampute 300 millions aux budgets des municipalités), les Québécois y sont clairement opposés — 51 % en désaccord, 29 % en accord. Le sondage a été mené avant qu’éclate la polémique soulevée par le ministre Pierre Moreau.

« On le sait : les Québécois n’aiment pas la chicane et le sondage vient nous le rappeler, analyse Christian Bourque, vice-président chez Léger. Quand il y a beaucoup de division sur le plan social, ça affecte la satisfaction envers le gouvernement. Les gens peuvent être favorables à certaines mesures, mais ils sentent que quelque chose cloche. » M. Bourque estime aussi que le taux de satisfaction est plombé par le fait que les Québécois ne croient pas que les libéraux arriveront à atteindre l’équilibre en 2015.

Péladeau domine… encore

Le coup de sonde montre par ailleurs que Pierre Karl Péladeau domine toujours outrageusement la course au leadership du Parti québécois. À la question de savoir qui « ferait le meilleur chef du PQ », l’ensemble des répondants choisit M. Péladeau (36 %), devant Alexandre Cloutier (8 %) et Bernard Drainville (6 %).

Chez les sympathisants péquistes (échantillon de 203 personnes), M. Péladeau obtient 68 %. La forte marge d’erreur brouille ensuite les pistes, mais Alexandre Cloutier obtient 11 %, devant M. Drainville (9 %), Martine Ouellet (3 %), Jean-François Lisée (2 %) et Pierre Céré (1 %).

Le sondage a été mené en ligne auprès de 989 répondants entre le 8 et le 11 décembre. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20.

Le PLC se distance

Les libéraux de Justin Trudeau ont accentué leur avance en tête des intentions de vote au sein de l’électorat canadien, montre le volet fédéral du sondage Léger-Le Devoir.

Mené auprès de 1521 Canadiens dans la dernière semaine, le coup de sonde crédite les libéraux de 38 % du vote, six points devant les conservateurs de Stephen Harper. Le NPD de Thomas Mulcair se classe troisième, avec 19 %. Il y a cinq semaines, Léger montrait une égalité statistique entre les libéraux (36 %) et les conservateurs (33 %).

Au Québec, la lutte s’annonce serrée entre les libéraux (34 %) et le NPD (29 %), devant les conservateurs (17 %) et le Bloc québécois (16 %). En Ontario, le PLC (42 %) devance les conservateurs de six points. Les troupes de M. Harper sont données gagnantes en Alberta, mais nulle part ailleurs. Le taux de satisfaction à l’égard du gouvernement Harper se situe à 35 %, contre 57 % d’insatisfaction.

Plus du quart des répondants (27 %) estime que Justin Trudeau ferait le meilleur premier ministre, devant Stephen Harper (24 %) et Thomas Mulcair (16 %). Au Québec, M. Mulcair domine (31 %), devant M. Trudeau (25 %).

Source : Pour les questions liées à la politique canadienne, le sondage a été mené en ligne auprès de 1521 répondants entre le 8 et le 11 décembre 2014. Un sondage probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 2,5 % dans 19 cas sur 20.
3 commentaires
  • Louise Gagnon - Inscrite 14 décembre 2014 23 h 44

    Nos députés libéraux, les voici.

    Ils font terriblement pitié. À cause du vote à main levée, ils ont perdu le pouvoir de penser par eux-mêmes, d'exprimer leurs véritables convictions et le pire, ils ont perdu celui de nous représenter.Des photos comme celle-là sont absolument honteuses. Honte au premier ministre, honte aux députés, honte à ce système qui a tué la démocratie.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 décembre 2014 06 h 06

    Normal

    C'est normal que ça rouspète dans les masures quand on se fait couper les vivres. Moi, j'attends les résultats à la fin de leur mandat. Pas ce qu'ils vont en dire (c'est toujours nébuleux), mais ce qu'ils ont FAIT (ce qui n'est pas toujours la même chose).

    Faudrait peut-être se servir de nos yeux pour regarder les résultats et non pas de nos oreilles pour écouter leurs belles chansons. Nous avons tous constaté que ce qui est «dit» est très souvent différent de ce qu'ils «font» et ça devient de plus en plus clair. Avec l’expérience que nous venons de vivre aux dernières élections et ce qui se passe maintenant, avez-vous l’impression que vous pourrez les croire à la prochaine ? Il ne faut pas les lâcher de vue «entre» les élections, là se trouve la vérité. Moi, je suis tanné qu’on élise les meilleurs menteurs, pas vous ?

    Bonne journée.

    PL

  • Marc Bouchard-Marquis - Inscrit 15 décembre 2014 10 h 06

    Division

    Les anglos votent massivement pour les libéraux depuis des lunes...avec en prime quelques valets de services.
    À quand d'un seul bloc les francos en feront-ils autant? Probablement jamais, puisqu'un peuple de colonisé préfère, sans trop savoir pourquoi, avoir raison chacun dans son coin...inconscient qu'il court irrémédiablement à sa perte dans la division.
    J'en suis perplexe et surtout découragé de vivre sur le Tinanic.