Couillard salue un rapport attaqué de toutes parts

Philippe Couillard a salué le travail « pédagogique » de la commission.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Philippe Couillard a salué le travail « pédagogique » de la commission.

Apprécié par le premier ministre Philippe Couillard, le rapport de la Commission de révision permanente des programmes (CRPP), présidée par Lucienne Robillard, a été reçu très négativement par les partis d’opposition, les municipalités et les syndicats.

Après un rassemblement de partisans, dans l’est de la métropole, Philippe Couillard a salué le travail « pédagogique » qu’ont fait les commissaires. « On apprécie la partie de démonstration […]. C’est important, mais les décisions sont prises par le gouvernement », a-t-il dit.

Le premier ministre s’est contenté de livrer ses impressions générales, ajoutant qu’il aura l’occasion de préciser sa pensée sur les propositions qui ont été soumises. Il a cependant promis de « garder le cap » sur les changements de son gouvernement dans plusieurs ministères, notamment avec la modulation des tarifs de garderies.

Le premier ministre considère qu’il est normal que cette nouvelle mesure soit accueillie avec réticence dans la population. M. Couillard croit que le gouvernement n’a pas le choix. « La véritable justice sociale, celle qu’on veut tous, elle commence par un gouvernement qui a les moyens de favoriser l’égalité des chances, plutôt que des paiements d’intérêt sur la dette pour les banquiers de New York », a lancé le premier ministre, pendant son discours devant des militants.

Aux yeux du porte-parole péquiste pour le Conseil du trésor, Alain Therrien, ce rapport procède d’une « manipulation politique » de la part du gouvernement libéral qui cherche à faire paraître « moins dogmatiques » le président du Conseil, Martin Coiteux, et les décisions libérales. Pour le porte-parole de la Coalition avenir Québec, Claude Surprenant, la commission propose « de faire le ménage en pigeant dans les poches des contribuables », comme l’a déjà le gouvernement Couillard.

Municipalités et agriculteurs aux créneaux

Les municipalités et les agriculteurs sont à leur tour montés dans le train de la contestation contre l’austérité, dimanche, en rejetant en bloc les suggestions de compressions budgétaires de la CRPP.

Son rapport préliminaire déplaît au plus haut point aux divers groupes d’intérêts qui sont touchés, dont les municipalités.

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) estime que la Commission a choisi la « facilité » en proposant, de « façon simpliste et comptable » de pelleter le déficit de l’État dans la cour des villes, a indiqué sa présidente et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) est aussi montée aux barricades à la suite d’une suggestion visant à priver les producteurs de 300 millions de dollars dans le programme d’assurance stabilisation. Ces derniers seraient maintenant seuls à assumer le risque, mais pour l’UPA, on ne peut comparer cette assurance de revenus à une assurance accident.

Démembrement

Les centrales syndicales sont aussi mécontentes, elles qui mènent depuis plusieurs mois une lutte antigouvernementale dans le dossier des caisses de retraite des employés municipaux.

Le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Daniel Boyer, juge que le gouvernement, depuis son arrivée au pouvoir, en avril, fait des gestes visant à « démembrer » tout ce qui a fait du Québec une société distincte, plus juste et égalitaire.

À son avis, les électeurs « n’ont jamais voté pour ça ». À la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, la présidente, Régine Laurent, parle aussi d’une opération servant à appuyer le « démantèlement » de l’État.

À voir en vidéo