cache information close 

Une «taxe à la natalité» décriée

Le gouvernement libéral compte épargner annuellement 129 millions à compter de 2018-2019 grâce à la « modernisation » et l’« optimisation » du réseau de places à contribution réduite.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le gouvernement libéral compte épargner annuellement 129 millions à compter de 2018-2019 grâce à la « modernisation » et l’« optimisation » du réseau de places à contribution réduite.

Le gouvernement libéral a tranché après des mois d’atermoiements : les tarifs des services de garde éducatifs à l’enfance fluctueront entre 7,30 $ et 20 $ par jour, et ce, dès le 1er janvier 2015. Exit le prix unique. Avec cette « taxe à la natalité », les élus libéraux « attaque[nt] de plein fouet » l’universalité des services de garde, dénoncent les dirigeants des principales centrales syndicales, Daniel Boyer (FTQ), Jacques Létourneau (CSN) et Louise Chabot (CSQ). La décision « contraire à l’entendement » du gouvernement libéral sème la « désolation » dans le réseau de 225 000 places à contribution réduite, a dénoncé le p.-d.g. de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), Louis Senécal.

Il y a une « alternative », c’est-à-dire « laisser le programme s’écrouler », a déclaré le premier ministre, Philippe Couillard, à l’occasion d’une conférence de presse jeudi après-midi.

La « contribution additionnelle », modulée selon les revenus des parents, frappera la vaste majorité des ménages (70 %), soit ceux affichant un revenu annuel d’au moins 50 000 dollars. Ainsi, près de 135 000 des 190 000 « parents utilisateurs » de services de garde éducatifs à l’enfance écoperont d’une hausse de leurs tarifs de garde en 2015.

Ils continueront à payer un tarif de 7,30 $ par jour à leur centre de la petite enfance (CPE), leur garderie privée subventionnée ou leur service de garde en milieu familial. Cependant, ils devront également payer, une fois par année, une « contribution additionnelle » allant jusqu’à 3288,60 $ par enfant (12,60 $ par jour). Les parents subiront un premier « choc tarifaire » — comme le décrivent les partis d’opposition à l’Assemblée nationale — au moment de la production de leur déclaration de revenus 2015, soit à l’hiver 2016.

La hausse tarifaire sera amortie en partie par la déduction pour les frais de garde du fédéral (environ 20 millions sur 160 millions), a fait remarquer le ministère de la Famille.

La contribution financière des parents au réseau de places à contribution réduite passera de 13,5 % à 20 % du coût réel d’une place (60 $ par jour), ce qui permettra au gouvernement libéral de dégager des économies annuelles de 179 millions à compter de l’année financière 2018-2019.

Le gouvernement libéral s’assurera par la suite de maintenir la part de financement assumée par les « parents utilisateurs » à 20 %, en indexant chaque année à la fois la contribution de base de 7,30 $ et la contribution additionnelle maximale de 12,60 $ au taux de croissance du coût des services de garde (environ 4 %). Du coup, la hausse des tarifs de garde prévue au 1er septembre 2015 dans le Budget 2014-2015 est annulée.

Le gouvernement libéral entend mettre le pied sur l’accélérateur et faire adopter le projet de loi visant à modifier la contribution parentale le plus rapidement possible. « Le volet “ tarification ” est annoncé. C’est ce qui va être en place », a dit M. Couillard aux journalistes massés dans le hall de l’édifice Honoré-Mercier.

Le chef du gouvernement a dit prendre une décision fondée sur une « idéologie ». « Oui ! L’idéologie c’est quoi ? C’est la véritable justice sociale », a-t-il affirmé, précisant du même souffle que toutes les « démocraties européennes avancées » ont adopté une tarification de leurs services de garde basée sur une modulation en fonction des revenus des parents.

Promesse électorale brisée

Le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire ont tour à tour accusé le Parti libéral du Québec d’avoir renié sa promesse électorale consistant à indexer annuellement le tarif. Le chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, a crié à la « trahison ». « C’est clair, si le premier ministre avait dit la moitié de ce qu’il annonce ce [jeudi] matin, il n’aurait pas été élu. Il a fait pire que ça, il s’est même attaqué à ce que nous proposions honnêtement et de façon transparente aux Québécois », a-t-il déclaré. Le PQ préconisait une hausse des tarifs de 7 $ à 9 $ par jour. Les péquistes demanderont aux autres élus de retirer leur confiance au gouvernement libéral, en se ralliant derrière une motion de censure contre le gouvernement libéral.

« Personne ne connaissait l’ampleur du défi [budgétaire] », a rétorqué M. Couillard, disant avoir été confronté au lendemain de l’élection du 7 avril à des déficits anticipés de 5,8 milliards en 2014-2015 et de 7,2 milliards en 2015-2016.

Le gouvernement libéral compte épargner annuellement 129 millions à compter de 2018-2019 grâce à la « modernisation » et l’« optimisation » du réseau de places à contribution réduite.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, déposera un deuxième projet de loi afin de tirer vers le bas les dépenses administratives des CPE. Par exemple, elle souhaite forcer les CPE à acquitter la moitié des coûts d’immobilisation, à l’heure actuelle financés à 95 % par l’État, lors de la construction d’un nouvel établissement ou de considérer un partenariat avec une garderie privée non subventionnée. D’autre part, Mme Charbonneau compte aussi aller à la chasse aux places occupées à temps partiel par un enfant, les « places fantômes ». « L’objectif, c’est que les parents qui ont besoin d’une place la trouvent. […] Je ne condamne pas les CPE, c’est juste que leur structure de coûts est trop élevée dans la formule actuelle », a souligné M. Couillard.

Le premier ministre a toujours l’« intention » de compléter le réseau de 250 000 places à contribution réduite en 2021. En tenant compte des économies liées à la modulation des tarifs, le gouvernement libéral dégagera des économies annuelles de 308 millions dès 2018-2019 dans un budget de plus de 2 milliards.

De son côté, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) imposera un tarif fixe de 8 $ par jour aux parents d’enfants de la maternelle et du primaire fréquentant un service de garde en milieu scolaire. Le coût d’une place en service de garde dans une école maternelle ou primaire s’élève en moyenne à 15 $ par jour, contrairement à 60 $ par jour en CPE, 50 $ en garderie privée subventionnée et 35 $ en service de garde en milieu familial.


Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

Les familles devront faire un choix calculé

Les familles devront calculer s’il leur est plus avantageux de fréquenter une garderie privée et de profiter du crédit d’impôt, versé chaque mois sous forme de remboursement anticipé, ou un CPE. Le privé peut être moins cher, à certaines conditions, pour certaines familles. Le maximum admissible au crédit d’impôt en garderie privée est de 9000 $ par an, ou environ 35 $ par jour. Un outil tenant compte de tous les paramètres sera mis en ligne afin de faciliter la prise de décision, indique le ministère des Finances.

Le tarif en CPE sera calculé en fonction de la déclaration de revenus de l’année précédente, précise-t-il. Cela pourrait occasionner de mauvaises surprises à des familles dont les revenus chuteraient en cours d’année, en raison par exemple d’une perte d’emploi ou d’une maladie prolongée.

Aucun nouveau calcul n’est prévu en fonction des revenus réels en fin d’année, confirme le porte-parole du ministère, Jacques Delorme.

Le ministère des Finances promet qu’un mécanisme de compensation sera mis en place pour « les cas extrêmes », c’est-à-dire des « baisses de revenus très importantes ».

Consulter nos tableaux de tarifs en garderie privée (revenu familial net) et en CPE (revenu familial brut)
Amélie Daoust-Boisvert
92 commentaires
  • Pierre Tremblay - Inscrit 21 novembre 2014 01 h 20

    Aide financière aux pharmaceutiques

    Monsieur Couillard

    Allez-vous couper dans l'aide financière aux pharmaceutiques?

    • Danielle Houle - Inscrite 21 novembre 2014 10 h 54

      Jamais. Pourquoi se priver de ces luxueux soupers offerts par les pharma.

  • André Chevalier - Abonné 21 novembre 2014 04 h 20

    La logique économique

    La logique économique voudrait qu'on cesse d'encourager les naissances au profit de l'immigration. On devrait accueillir à bras ouverts les immigrants qui ont une formation supérieure et investir en ce sens.

    Ça coûte des centaines de milliers de dollars pour soutenir un enfant à partir de la naissance, le former et le conduire sur le marché du travail, tandis qu'un immigrant est déjà prêt à produire sans qu'il en ait coûté un sous de notre poche. Nous récoltons alors les fruits des efforts de d'autres pays pour former leurs citoyens et leur main-d'oeuvre.

    Je pourrais alors écouler des jours tranquilles dans ma retraite, assuré que nous disposions d'une masse laborieuse importée qui me permet de vivre à l'aise.

    Mais, attention! Selon la même logique économique, il serait contre-productif de prolonger ma vie «inutilement». Il faudrait éviter de me donner un accès facile aux soins de santé. On pourrait tarifer les soins de santé et faire en sorte qu'ils soient encore plus difficilement accessible.

    Nous nous retrouverions alors dans le meilleur des mondes (économique) avec un budget équillibré.

    • Josée Duplessis - Abonnée 21 novembre 2014 08 h 38

      ''Mais, attention! Selon la même logique économique, il serait contre-productif de prolonger ma vie «inutilement». Il faudrait éviter de me donner un accès facile aux soins de santé. On pourrait tarifer les soins de santé et faire en sorte qu'ils soient encore plus difficilement accessible.

      Nous nous retrouverions alors dans le meilleur des mondes (économique) avec un budget équillibré.''


      Et j'ajouterais que bientôt l'aide aux aînés sera limité à l'âge de 70 ans au-delà ça coûterait trop cher...si on se fie à la tendance
      Ce serait horrible mais avec ce gouvernement on est à l'abri de rien.
      Rappelons que M. Barrette voulais couper l'Accès gratuit aux soins de santé aux gros fumeurs....

      Nous ne sommes pas sortis de l'auberge.

    • Pierre Tremblay - Inscrit 21 novembre 2014 08 h 54

      "Il faudrait éviter de me donner un accès facile aux soins de santé"

      Voilà dans quelle logique nous entraînent les tenants d'une économie à tout crin, un monde dénué d'empathie où tout est minutieusement orienté vers le rendement économique.

      Et attention, le gouvernement actuel parle de robots qui pourraient "soigner" nos aînés... c'est à dire nous dans un futur plus ou moins lointain. Déjà que les soins aux ainés sont de moins en moins orientés vers l'humanisme, ça va être beau tantôt.

      Souvenons-nous de 2001 l'Odyssée de l'Espace où le commandant du vaisseau spacial débranche l'ordinateur central pour ne pas ne pas se faire assassiner... sur une valse de Stauss!

    • Ginette Joannette - Inscrite 21 novembre 2014 08 h 56

      Il y a l'intelligence rationnelle et l'intelligence émotionnelle. Il est prouvé scientifiquement que les gens qui réussissent le mieux dans leur vie sont les gens qui possèdent les deux. J'ai l'impression que ce gouvernement est dominé par l'intelligence économique; et une économie libéro-destructrice. Destructrice que ce que nous aimons, du modèle batît par des gens qui étaient à la fois rationnel et émotionnel. Les pays qui sont heureux sont ceux qui sont capables d'intégrés leurs immigrants et de leurs offrir des emplois à la mesure de leur potentiel. Trop d'immigrants a tendance un équilibre fragile et à engendrer plus de problème que de bienfait pour le pays qui les acceuille. La politique nataliste ou le manque de vision à ce sujet de notre gouvernement est déplorable.

    • Robert Beauchamp - Abonné 21 novembre 2014 09 h 39

      À la limite, même si ce n'est pas cela qui est visé, le résultat sera le même, ce serait alors de l'inconscience; quoiqu'une clientèle immigrante soit plus facile à manipuler électoralement
      Robert Beauchamp.

    • Raymond Saint-Arnaud - Inscrit 21 novembre 2014 10 h 37

      D’ici 29 ans, la proportion de gens âgés de 65 ans et plus au Québec va passer de 12% à 24%. Nous serons alors le deuxième pays au monde, après le Japon, avec la plus grande proportion de personnes âgées.

      Ce n’est pas en acceptant plus d’immigrants adultes, et leurs parents, que nous allons renverser la tendance. Surtout que la moitié des immigrants s’anglicisent et une bonne partie ne veulent pas s’intégrer et veulent continuer à vivre comme dans leur pays d’origine.

      Cette attaque du gouvernement Couillard contre la politique familiale est suicidaire.

  • Huguette Durocher - Inscrite 21 novembre 2014 04 h 41

    Garderie à 28,00 $ pour les pauvres

    Mon fils sur un salaire familialle de 45 000,00 $ brut paie 56 $ par jour pour ses deux enfants dans une garderie. Il paie 1mois de vacances, tout les congés gouvernementaux à leur garderie que eux même n'ont pas comme travailleurs et parents.

    Sur un revenu familialle de 45 000,00 $, leur maison paie 8 000,00 $ d'impôt et sont oubligé de gérer en papier du Gouvernement une garderie à 28 $ par jour chaque petit.

    Huguette Durocher

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 21 novembre 2014 12 h 52

      Oui, madame Durocher, c'est ce que j'ai payé en garderie pour mes enfants à Ottawa...C'est une grosse somme en fin d'année. MAIS:

      Mr Belair-Cirino mentionne que cela coûte 60 dollars par jour le vrai prix de garder un enfant..

      Il y a un chialage inutile parceque les famille à faible revenu paieront $7.30 et les famille à haut revenu $20...C'est encore pas mal de subvention par l'état...

      Oû est le problème???

    • Richard Bérubé - Inscrit 21 novembre 2014 16 h 26

      Le problème avec cela c'est que c'est très mal expliqué aux gens...si les gens d'après Stéphanie Granmond de La Presse affaire payaient une garderie privée non subventionnée, cette famille paierait moins cher (avec les crédits d'impôt) que la famille qui prend les services des CPE. Dans tout ce que j'ai lu aujourd'hui des commentaires émis la grande majorité des gens croient ou émettent des commentaires critiques au gouvernement Couillard, même si les actions sont contraires aux promesses électorales je pense personnellement que les utilisateurs-payeurs doivent payer ce service de garde selon leurs moyens, autrement dit si tu décides de procréer ce n'est pas aux autres à payer pour ta marmaille....en tout cas à 20% du coût véritable, ils s'en tirent encore à bon compte, pour faire élever leurs héritiers par des étrangers...garderies éducatives mon oeil. Mais à bien y penser c'est peut-être mieux pour bien des enfants à voir l'attitude de leurs parents...

  • Steve Brown - Inscrit 21 novembre 2014 06 h 20

    COUILLARD DOIT DÉMISSIONNER

    En considération: des résultats effroyables de son leadership, et de l'âge de son gouvernement. Philippe Couillard doit se montrer digne et partir.

    Philippe Couillard est celui qui a entraîné les québécois, dans sa "vision économique restructurée" et ses promesses non tenues.

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/201

    C'est trop grave.

    Il est trop tard pour éteindre l'incendie.

    Steve Brown
    Charny

    • Jean-François Trottier - Inscrit 21 novembre 2014 09 h 53

      J'appuie. Depuis le mois de juin je n'ai entendu que des mensonges et des analyses incroyablement courtes sortir de la bouche de Couillard. Il utilise à plein la méthode si chère à Charest, "bandez-vous les yeux et faite-moi confiance, tout va bien!!!"
      À comportement égaux, on suppute un même type d'administration. On ne le sait pas évidemment, rien ne peut se savoir puisqu'il ment!
      Depuis les stupidités au sujdet de l'effet libéral jusqu'à la "justice sociale" hier, Couillard utilise de grands mots pour beaucoup de petitesse.
      Démission.

    • Palardy RACHEL - Inscrite 21 novembre 2014 10 h 06

      Êtes-vous vraiment sérieux......ou si c'est une bonne blague?

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 21 novembre 2014 13 h 01

      Si j'étais souverainiste, j'appuierais les effort de Couillard pour atteindre le déficit zéro et commencer à faire baisser la dette...Ce serait un gros atout pour l'indépendance..La crédibilité d'un nouveau pays en dépends!

      Couillard sait très bien que toutes les mesures non populaires doivent être faites en début de mandat...Quatre ans plus tard, les gens ont oublié et ne vont considérer que les résultats d'un déficit zéro...

      Couillard est parfaitement au courant qu'une baisse de la côte du QC rendrait le service de la dette deux fois plus chère:
      260 milliards de dette et 11 milliards de service actuellement...avec des taux d'intêret ultra-bas...C'est un pensez-y bien!

  • Richard Bérubé - Inscrit 21 novembre 2014 06 h 56

    Quand tu choisis de devenir parent!

    Ce n'est pas les responsabilité de la masse de payer pour ton enfant...quand tu décides de procréer tu devrais être assez mature pour comprendre qu'il en va de ta responsabilité financière personnelle pour entretenir cet enfant...ce n'est pas à ton voisin d'en acquitter les coûts....les parents doivent simplement se trouver chanceux que la masse de contribuables assûment encore la majorité des frais. La province a établit un réseau qu'elle n'a tout simplement pas les moyens de se payer. D'ailleur avec une telle pratique de faire élever ses enfants par des étrangers on devrait se questionner sur la pertinence d'avoir des enfants...les premières années de vie d'un poupon devraient se passer idéalement dans les bras de sa mère...et non dans ceux d'une quelconque employée anonyme...on se prépare un bel avenir en tant que peuple...

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 21 novembre 2014 08 h 43

      Merci monsieur. Votre commentaire illustre à merveille les préjugés que je dénonce plus bas. Ouf!

    • Jeannelle La Casse - Inscrit 21 novembre 2014 08 h 52

      Je n'en reviens pas de vous lire . Quelle ignorance d'une société !
      Combien d'enfants avez-vous ? Quel âge avez-vous ? Que gagnez-vous ?

      Avez-vous gardez vos enfants vous ? Savez-vous ce que veut dire une garderie éducative? Education ??? Une société éduquée et instruite pour vous , est-ce que cela a de l'importance ?

      Une mère et un père qui aiment leur travail et leurs enfants , cela existe aussi ...

    • André Chevalier - Abonné 21 novembre 2014 09 h 05

      Selon la même logique, monsieur Bérubé, les personnes âgées devraient être prises en charge par leurs enfants dans le développement desquels elles auraient investi temps et argent sans l'aide de l'état.

      Quant à ceux qui n'ont pas d'enfant, comme vous peut-être, il en va de votre responsabilité personnelle d'accumuler de l'argent pour vos vieux jours et vous pourrez alors vous payer du soutien et des soins. On pourra alors fermer les coûteuses maisons de retraite... Les vieillards sans enfant doivent se trouver chanceux, comme vous dites, que la masse des contribuables assûment la majorité de ces frais. La province a établi un réseau qu'elle n'a tout simplement pas les moyens de se payer. D'ailleurs avec une telle pratique de confier les soins des vieillards à des étrangers on devrait se questionner sur la pertinence d'entretenir des vieillards non-productifs.

    • Patrick Boulanger - Abonné 21 novembre 2014 09 h 06

      « les premières années de vie d'un poupon devraient se passer idéalement dans les bras de sa mère (M. Bérubé) »?

      M. Bérubé, je vous invite à réfléchir un peu à votre citation (qui semble sortir tout droit d'une autre époque).

      « La province a établit un réseau qu'elle n'a tout simplement pas les moyens de se payer. (M. Bérubé) »?

      Si c'est bel et bien le cas, alors qu'elle s'en donne les moyens « la province ». Après tout, c'est de nos enfants qu'on parle ici (mais bon... c'est vrai qu'on ne peut pas à la fois baisser ses revenus comme le gouvernement Charest l'a pour le Québec tout en investissant davantage dans les garderies sans s'endetter davantage).

    • Sylvain Côté - Inscrit 21 novembre 2014 09 h 12

      Wow quel beau commentaire réfléchi! vous oubliez peut-être que les enfants d'aujourd'hui ce sont eux qui supporteront nos fonds de pensions et nos services sociaux par leurs impôts, les enfant c'est une richesse pour une société non une dépense. La pensée Libéral m"épuise ils regardent toujours ce que sa coute jamais ce que sa rapporte.

    • Jérôme Brisson - Inscrit 21 novembre 2014 09 h 36

      "Ce n'est pas les responsabilité (sic) de la masse de payer pour ton enfant...quand tu décides de procréer tu devrais être assez mature pour comprendre qu'il en va de ta responsabilité financière personnelle pour entretenir cet enfant..."

      M. Bérubé, on pourrait pousser votre raisonnement plus loin et décréter que ce n'est pas "les responsabilité de la masse" de payer pour soigner votre cancer, ou encore de payer pour vos soins dentaires. Il est temps d'arrêter de considérer les services de garde d'enfants comme du gaspillage de fonds public et les considérer pour ce qu'ils sont réellement : un investissement à long terme. Pensez-y, Monsieur Bérubé, les enfants qui profitent de ces services de garde que vous financez à même vos impôts sont ceux-là mêmes qui vont payer vos rentes et/ou votre pension de vieillesse avec leurs impôts lorsqu'ils seront adultes! C'est ça, la social-démocratie.

    • Grace Di Lullo - Inscrit 21 novembre 2014 09 h 45

      Quand tu choisis d'aider tes parents !

      Quand tu choisis d'aider tes parents car ils sont en perte d'autonomie bien cela est ton choix. Je n'ai pas a assumé des p'tits vieux qui vont mourir après tout, moi je suis dans la fleur de l'age, mes enfants sont presque des adultes, j'aspire à ma retraite campagne publicitaire Assurance-Banque. Alors, les p'titis vieux, je m'en.... et je me fou si tu t'épuises entre eux rendez-vous chez le médecin, une virée vers l'urgence, les soins à domicile.

      Puis si tu choisis de ne pas t'occuper d'eux, bien c'est ton choix ! Au diable le patrimoine familial, tes parents n'avaient qu'à penser qu'en vieillisssant très vieux, bien ils auraient besoin de soins à domicile et d'autres services, etc. Ils auraient du y penser et économiser !..mais c'est ce qu'ils ont fait Monsieur Bérubé.

      Tu as choisis, alors c''est à toi de t'occuper d'eux.

      Quelle belle solidarité Monsieur Bérubé.
      ---------------------------------------------------------------------
      Soyons bons avec nos jeunes, car un jour nous serons vieux !

    • Bernard Plante - Abonné 21 novembre 2014 10 h 43

      Encore un digne représentant des radios poubelles! Ça ne vole pas haut, c'est le moins que l'on puisse dire.

      Et dire qu'il y a encore des personnes pour écouter ces idioties...

    • André Leblanc - Inscrit 21 novembre 2014 11 h 18

      A quoi vous attendez vous quand les enfants sont subventionnés a partir de la procréation.

    • simon villeneuve - Inscrit 21 novembre 2014 11 h 33

      "les premières années de vie d'un poupon devraient se passer idéalement dans les bras de sa mère...et non dans ceux d'une quelconque employée anonyme"

      Vous avez raison M.Berube, vaut mieux qu'une femme monoparental soit sur le bien-etre social a la maison pour elever ses enfants que d'avoir un systeme de garderie pour donner l'opportunite aux femmes d'aller au travail ...

      Misere.

    • Richard Bérubé - Inscrit 21 novembre 2014 15 h 12

      pour votre information oui j'ai un enfant elle vit encore chez nous elle fait actuellement sa maitrise à McGill(oui oui une francophone parfaitement bilingue devrait dire polyglotte espagnol et allemand) je paie encore pour elle, oui je paie énormément d'impôts sur le revenu famillial de plus de 120k par année,(je suis aussi retraité) mes soins dentaires sont payés par moi et mon assurance, oui je paie 40% de mes impôts pour l'assurance-maladie (assurance) et non ce ne sont pas les autres qui ont payés pour la garderie de ma fille à partir de 4 ans (les premières années furent passées dans les bras attentionnés de sa mére) Elle est probablement plus développée qu'une grande partie des enfants parqués en garderie à partir presque de leur naissance (une chance qu'il y a le congé maternité d'un an car beaucoup d'enfants s'y retrouveraient juste après l'assurance-chomage) j'ai payé et je paie encore beaucoup pour cette sociale-démocracie...mais j'ai aussi le droit d'émettre mes opinions même si cela offence certaine petite personne. Je ne me suis jamais fié sur le gouvernement pour m'occuper de mes affaires...vivez selon vos moyens, que l'on aide les gens dans le besoin je n'ai aucun problème avec cela, mais ce n'est pas aux autres de payer pour votre marmaille...et surtout lâchez l'émotivité en allant toujours à l'extrême...au pourcentage de personnes qui ne paient aucun impôt au Québec je pense que les contribuables payeurs font grandement leur part...peut-être que moins de dépenses inutiles de la part des gens leur laisserait plus d'argent pour remplir leurs obligations finançières relièes à leurs héritiers...salut bonne fin de semaine