Péladeau ferait gagner le PQ

Pierre Karl Péladeau
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Pierre Karl Péladeau

Parlons d’un réel effet « PKP » : l’élection de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois permettrait à la formation souverainiste de devancer les libéraux dans les intentions de vote, indique un sondage Léger-Le Devoir. Celui-ci confirme que l’ancien chef d’entreprise domine outrageusement la course au leadership.

Le sondage montre par ailleurs que les Québécois sont largement favorables à l’idée de moduler les tarifs des centres de la petite enfance (CPE) en fonction des revenus des parents.

Selon le coup de sonde mené entre lundi et jeudi, le Parti québécois (PQ) dirigé par Pierre Karl Péladeau aurait récolté 36 % du vote, soit six points de plus que le Parti libéral (PLQ) de Philippe Couillard. Suivant ce scénario, la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault aurait terminé troisième, avec 19 %, et Québec solidaire (QS) quatrième, avec 10 %.

Les intentions de vote réelles (avec Stéphane Bédard comme chef intérimaire du PQ) accordent plutôt 36 % du soutien aux libéraux, alors que le PQ et la CAQ sont à égalité au deuxième rang (26 % chacun — et 32 % chez les francophones). Pour le PQ, c’est une remontée de cinq points depuis le mois de septembre.

Tout mis ensemble, on note donc que Pierre Karl Péladeau permettrait au PQ de gagner dix points dans les intentions de vote, des points qu’il vole à parts égales aux deux autres grands partis.

M. Péladeau est le seul candidat — encore qu’il ne l’est pas officiellement — dont la présence donnerait une impulsion au PQ. Avec Bernard Drainville ou Alexandre Cloutier aux commandes, le parti aurait plutôt obtenu 23 % (-3 points) si des élections avaient eu lieu cette semaine. Le choix de Jean-François Lisée aurait accentué le recul (20 %).

Les données montrent également que M. Péladeau attirerait 22 % des électeurs caquistes et 27 % des solidaires s’il était chef du PQ. Il retiendrait dans la foulée 96 % des électeurs péquistes. « Le seul qui fait bouger les aiguilles, c’est lui », résume Christian Bourque, vice-président de la firme Léger.

Comme l’indiquait déjà le dernier sondage Léger, publié le 27 septembre, Pierre Karl Péladeau continue de dominer sans partage la course au leadership. Parmi les répondants au sondage qui se sont dits péquistes (un échantillon de 193 personnes), 59 % pensent qu’il ferait le meilleur chef (six points de plus en deux mois). Son plus proche poursuivant, Alexandre Cloutier, pointe à 12 %. Suivent Bernard Drainville (8 %), Jean-François Lisée (4 %), Martine Ouellet (1 %) et Pierre Céré (0 %).

D’après Christian Bourque, la présence de M. Cloutier au deuxième rang s’explique par deux données : l’ancien ministre a l’avantage de ne jamais avoir été au coeur de controverses, et il est sensiblement plus jeune que les autres (37 ans).

Le PLQ va bien

Le sondage révèle autrement que les libéraux « réussissent à se maintenir malgré le nuage gris de l’austérité et de la contestation », indique M. Bourque.

D’une part, on note un fort appui à l’augmentation et de la modulation des tarifs des CPE en fonction du revenu des parents. La question posée ne mentionnait pas de montant — Le Devoir révélait le 5 novembre que le gouvernement songe à faire payer jusqu’à 20 $ par jour à certains parents —, mais 60 % des répondants se sont dits d’accord avec le principe. Un peu moins du tiers des répondants (32 %) y sont opposés.

Les électeurs libéraux (76 %), péquistes (54 %), caquistes (65 %) sont majoritairement pour. L’idée plaît aussi aux solidaires (46 % favorables, 49 % défavorables). De manière générale, les plus de 35 ans sont très favorables, alors que les plus jeunes sont divisés.

D’autre part, les indicateurs de popularité sont globalement bons pour le PLQ : dans la catégorie « qui ferait le meilleur premier ministre », Philippe Couillard est encore premier (24 %) devant François Legault (20 %) ; le taux de satisfaction demeure stable à 39 % et les libéraux sont toujours premiers dans les intentions de vote.

Le sondage a été mené en ligne auprès de 981 répondants entre le 10 et le 13 novembre. Un échantillon probabiliste (sondage mené par téléphone) de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 %, dans 19 cas sur 20.

Coderre bon premier

Le maire de Montréal, Denis Coderre, arrive en tête du premier baromètre des maires du Québec établi par Léger.

Un an après les élections municipales, M. Coderre obtient selon le coup de sonde 72 % de bonne opinion, contre 11 % de mauvaise opinion. Le ratio de +61 (différence entre les opinions positives et négatives) le place devant son homologue de Québec, Régis Labeaume (48). Caroline St-Hilaire (Longueuil) suit avec 18.

À noter que l’ensemble des répondants au sondage ont pu se prononcer sur cette question, et pas seulement les citoyens des villes concernées.
6 commentaires
  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 17 novembre 2014 05 h 35

    Ce que ça me dit !

    Spécialement la 2ième partie de l'article, me fait comprendre que la majorité des gens ne suivent pas l'actualité.

  • Christian Montmarquette - Abonné 17 novembre 2014 09 h 14

    PKP n'a pas de charisme, il a de l'argent..


    PKP n'a pas de charisme, il a de l'argent, et dans une société capitaliste ou le profit est hissé au rang de religion, le pouvoir économique dont il dispose lui procure l'apparence d'un messie. Dommage que les Québécois se laissent berner comme des poules fascinées par tout ce qui brille, plutôt que parce qui est altruiste, équitable, intelligent et humaniste.

    • Sylvain Côté - Inscrit 17 novembre 2014 13 h 00

      Ce n'est parce qu'on a de l'argent que automatiquement nous ne sommes pas humaniste équitable et intelligent, nous ne sommes pas obligé d'ête pauvre pour avoir ces qualités..

    • Christian Montmarquette - Abonné 17 novembre 2014 15 h 36

      On ne peut pas se targuer d'être humaniste et appuyer un parti qui a vager sur les plus pauvres, pendant qu'il graissait les multinationales étrangères de 800 millions du même souffle.

      On est pas plus humainiste quand on accepte qu'un million de ses concitoyens crèvent de faim dans un pays aussi riche que le Québec.

      Références :


      «Les banques alimentaires débordées; 1,6 million de demandes par mois au Québec» - Le Devoir

      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-soci

      «Marois annonce des investissements de plus de 800 millions pour le développement du Nord» - Le Devoir

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/377590/ma

    • Danielle Caron - Inscrite 17 novembre 2014 19 h 13

      Tout à fait d'accord. Nous avons une population d'amnésiques et de faciles à berner. De gens absolument déconnectés de ce qui se passe en politique. L'arrivée de PKP au PQ n'a-t-elle pas défavorisé le parti aux dernières élections? Et aujourd'hui, tout à coup, un messie?

  • Daniel St-Louis - Inscrit 17 novembre 2014 23 h 03

    PKP, pourquoi pas ?

    Pierre-Karl Péladeau est indépendant de fortune. Je crois qu’il n’est pas en politique pour s’enrichir. Contrairement au trio libéral de médecins : Couillard qui place des revenus à l’étranger pour éviter de payer de l’impôt au Québec. Barrette qui reçoit une prime de 1,2 million pour quitter la Fédération des médecins spécialistes. Bolduc qui reçoit 215 000 $ pour être médecin de famille durant quelques mois.

    PKP a poursuivi l’œuvre de son père. Il a su créer de la richesse pour son entreprise. Il peut probablement créer les conditions pour que les entreprises québécoises créent, eux aussi, de la richesse qui serait bénéfique à l’ensemble des Québécois.

    Je me questionne un peu sur son actionnariat dans Quebecor. Mais on se souvient de Paul Martin, Ministre des finances de Canada, et par la suite Premier Ministre du Canada, qui a enregistré ses navires au Panama pour éviter de payer ses impôts au Canada. Je crois que M. Péladeau saura nous démontrer qu’il n’est pas de cette catégorie de politicien.

    PKP n’a peut-être pas le charisme de l’honorable et regretté René Lévesque. Mais est-ce la qualité principale pour gérer un pays ?