Philippe Couillard défend son usage exclusif de l’anglais à l’étranger

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le premier ministre Philippe Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard ne voit aucun problème à s’exprimer exclusivement en anglais dans les forums internationaux.

M. Couillard estime que l’usage exclusif de l’anglais s’impose parfois lorsqu’il s’agit d’«une intervention importante» devant des interlocuteurs internationaux.

En fin de semaine dernière, le premier ministre libéral s’est attiré des critiques pour avoir complètement ignoré le français dans une allocution à la conférence Arctic Circle à Reykjavik en Islande.

En Chambre, mercredi, M. Couillard a dit trouver «exagérées» les remontrances du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, qui invoquait le «devoir des élus» de faire la promotion du français dans leurs fonctions officielles.

Le premier ministre a expliqué qu’il avait choisi de s’exprimer uniquement en anglais en Islande parce qu’il n’y avait pas de service de traduction simultanée pour accommoder l’auditoire.

Comme il s’agissait d’une intervention importante portant sur le développement économique du Québec, il fallait s’assurer que l’auditoire comprenne le message, a justifié M. Couillard.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.