La ministre minimise l’impact des coupes

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois
Photo: Source PLQ La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, croit qu’on doit « relativiser » la coupe de 30 % du budget des directions régionales de santé publique.

« Il n’y en a pas, de problème. Pourquoi tout le réseau [de la santé] a été capable de faire des efforts d’optimisation ? Pourquoi tous les ministères sont capables de faire des efforts d’optimisation ? Moi, je pense qu’il faut relativiser », a affirmé, mardi, Lucie Charlebois.

La ministre réagissait à la manchette du Devoir de lundi qui révélait qu’après les compressions décrétées cette année, une nouvelle ronde de coupes était imposée aux directions de santé publique, les obligeant à licencier près d’un employé sur trois d’ici le 1er avril, une économie de 30 %.

« Le 30 %, c’est sur le montant des agences » de santé et des services sociaux, a fait valoir Lucie Charlebois. « Si on regarde l’ensemble du budget de la santé publique, cela représente 6,6 %. » Elle reconnaît que ces nouvelles coupes peuvent « irriter certaines personnes ». Mais « c’est des mesures purement administratives et il y a assez de place pour couper dans l’administration et non dans les services de protection de la population ».

Amir Khadir, de Québec solidaire, juge que ces compressions visent à museler les directions de santé publique appelées à intervenir, sur la base de données scientifiques, sur différents projets de développement économique : amiante, casino virtuel, échangeur Turcot. « Mme Charlebois prétend que toutes ces interventions, dans ces domaines-là, seraient une intervention politique », a déploré le député de Mercier qui était accompagné du Dr Yv Bonnier-Viger, de la Direction de santé publique de Chaudière-Appalaches et candidat défait de QS dans l’élection partielle de Lévis.

« Ça nous fait craindre une grave dérive de ce gouvernement qui semble emprunter les mêmes voies que le gouvernement de M. Harper, qui ne veut pas que des scientifiques parlent des conséquences de l’activité industrielle canadienne sur les changements climatiques », a ajouté Amir Khadir.

Dire que ces coupes ne sont qu’administratives, « c’est bien mal connaître la santé publique », a avancé le Dr Bonnier-Viger. « Le directeur de santé publique est un médecin parce que, justement, il doit prendre des décisions médicales au jour le jour. »


 
6 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 novembre 2014 05 h 57

    ... à bouger un peu plus !

    Menacée ou pas de coupes d'optimisation, la Santé publique, soudainement, risque de se mouiller, de bouger un peu plus que d'habitude !

    D'effet, de ces coupes, et de l'espoir suscité par elles ?, que cherche-t-on à faire ou faire-faire ?

    Des têtes et services qui, réputés non essentiels au Mandat-Mission de l'organisme ciblé, se donneraient à disparaître, sans trace ni arrière-goût ?

    "Power-trip" à l'horizon ?

    Chose certaine, et des ponctions à venir, on-dirait que le Ministère invite, de courtoisie et modestie, contestées ou pas, la Santé publique à réagir ou ...

    ... à bouger un peu plus ! - 4 nov 2014 -

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 novembre 2014 19 h 46

      "4" : lire plutôt 5 (nos excuses)

  • Martin Beauregard - Inscrit 5 novembre 2014 12 h 56

    La pensée magique...

    Ici, on ne peut même plus parler d'une vision à bout de nez. Cette vision est carrément à côté de la "track". Et vos enfants et petits enfants, que pensent-ils de votre idéologie ?

  • Ginette Joannette - Inscrite 5 novembre 2014 14 h 16

    Dans quatre ans ...

    Nous aurons une société riche en misère, en souffrance, en maladie mentale, en pauvreté. Aussi il est urgent de faire taire la santé publique.

  • André Lefebvre - Inscrit 5 novembre 2014 14 h 59

    Aussi longtemps que...

    ...le Québec n'aura pas la parité avec le Biafra, le PLQ va continuer à "relativiser".

  • Jean-Luc Malo - Abonné 5 novembre 2014 20 h 36

    une ministre au visage rondelet

    Hum, cette ministre comprend-elle le mandat de prévention de la santé publique? Elle semble avoir quelques kg de trop comme d'autres ministres de ce gouvernement...

    Jean-Luc Malo
    abonné