Philippe Couillard s'en prend à Pierre Karl Péladeau

Le premier ministre Philippe Couillard prononcera deux allocutions au cours de la journée.<br />
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le premier ministre Philippe Couillard prononcera deux allocutions au cours de la journée.

Le chef libéral, Philippe Couillard, juge que Pierre Karl Péladeau a raté son entrée dans le monde politique en s’abaissant à lancer des attaques personnelles contre lui et le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier. 

«En politique, on a très peu l’occasion de faire une première impression et on choisit son comportement politique, on choisit son discours politique, on choisit son niveau de langage politique. Je vois que M. Péladeau semble avoir fait son choix», a affirmé Philippe Couillard lors de la conférence de presse qui clôturait, samedi, le Conseil général du Parti libéral du Québec

Le chef libéral réagissait à la publication, vendredi, sur la page Facebook de Pierre Karl Péladeau d’un rappel des liens qui ont existé entre Philippe Couillard et Arthur Porter ainsi que du passage de Jean-Marc Fournier chez SNC-Lavalin. À ce sujet, le député de Saint-Jérôme a souligné que Jean-Marc Fournier s’occupait de dossiers internationaux, dont ceux de la Libye; il a écrit vouloir entendre le ministre libéral sur ses relations avec Riadh Ben Aïssa, un ex-vice-président de SNC-Lavalin accusé de fraude, notamment, relativement à la construction du nouveau Centre universitaire de santé McGill (CUSM). 

Selon Philippe Couillard, la population n’apprécie guère ce genre d’attaques. «Ce n’est pas le genre de politique que, moi, je veux pratiquer. D’ailleurs, vous ne m’entendrez pas répondre sur le même ton à M. Péladeau», a-t-il dit.

Le chef libéral a plutôt invité le député de Saint-Jérôme à venir débattre de la relation entre les groupes médiatiques et les parlementaires, un «sujet quand même important pour notre démocratie»

«Je serais intéressé à avoir son point de vue. De toute évidence, lui croit qu’elle est compatible sa détention d’actions avec l’exercice de la politique et éventuellement même du gouvernement», a indiqué le chef libéral. «Ce n’est pas un débat anodin pour la société du Québec et j’espère qu’il va y participer.» 

Pendant le Conseil général,, quelque 500 membres de la Coalition syndicale pour la libre négociation ont manifesté contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite. 

Dans son discours devant quelque 500 militants, Philippe Couillard a réitéré qu’il maintiendrait le cap vers le redressement des finances publiques. «Les trois mots que j’entends le plus souvent, c’est : ne lâchez pas», a-t-il dit. 

«Est-ce qu’il y aura des obstacles ? Oui. Doit-on dependant donner raison à ceux qui cherchent à nous distraire en refusant de voir la réalité dans laquelle nous vivons ou qui sèment la confusion ou l’inquiétude ? Non.», a-t-il lancé sous les applaudissements polis. 

Le redressement des finances publiques, c’est un «défi collectif» qui est  «un des plus importants de notre histoire», a-t-il déclaré.  «Des finances publiques équilibrées, un État repensé, ce ne sont pas des colonnes de chiffres ou une croisade idéologique». 

Négociations ardues 

Le premier ministre a prédit que les négociations en vue du renouvellement des conventions collectives des employés de l’État seront «compliquées» et «longues probablement»

Alors que le ministre des Finances, Carlos Leitao, évoquait l’imposition d’un gel des salaires en 2015-2016, l’année de l’atteinte de l’équilibre budgétaire, Philippe Couillard a lié les hausses de salaires à la baisse des effectifs que rendent possible les départs à la retraite, soit 15 000 départs par an au cours des prochaines années. «Il y a une occasion de redessiner les effectifs du gouvernement qui nous permettra d’accorder des agmentations à la fonction publique», a-t-il signalé. 

Invoquant la mémoire de Robert Bourassa, il a mis en doute la capacité actuelle de l’État québécois de financer un projet aussi onéreux que la Baie-James. «serions-nous encore capable de faire preuve de la même rapidité d’action ?», s’est-il demandé.  

Redressement, oui, mais relance également. Et pour la relance, le gouvernement Couillard a besoin d’un ingrédient. «La relance, ça commence par la confiance. Des citoyens d’abord, Remettons l’optimisme à l’ordre du jour ! Par la confiance de nos entrepreneurs. Par la confiance des investisseurs et des prêteurs, ici et ailleurs.» 

Philippe Couillard s’est dit prêt à faire le tour du monde pour vanter les mérites du Québec et y attirer des investisseurs étrangers. «Nous dirons au monde entier notre fierté d’être Québécois. Je veux que partout, on nous fasse confiance.» 

Philippe Couillard a aussi abordé la place que le Québec doit occuper au sein de la fédération canadienne. «Relancer le Québec, c’est aussi nous assurer que nous reprenions notre place dans la fédération canadienne, une place de fondateur. de leader de créateur. Nous avons bâti ce pays. On va également le mener vers l’avenir.»

Dans son discours, Philippe Couillard n’a pas prononcé le noms des partis adverses, que ce soit la Coalition avenir Québec ou la Parti québécois, mais il a réservé quelques salves indirectes à celui-ci. Le chef libéral a parlé de l’ouverture sur le monde du Québec et sa volonté de «mobiliser les Québécois autour de projets communs plutôt que de les diviser en raison de leur langue, de leur origine ethnique et de leurs croyances religieuses». Il a prévenu ses militants qu’il ne fallait pas écouter ceux qui disent qu’on peut financer la solidarité avec «la carte de crédit.»