Les syndicats de la santé déterminés à couler la réforme Barrette

Plus de 400 manifestants se sont présentés devant les bureaux de Philippe Couillard à Montréal vendredi.
Photo: Sarah R. Champagne Plus de 400 manifestants se sont présentés devant les bureaux de Philippe Couillard à Montréal vendredi.

La grogne des syndicats contre les politiques d’austérité s’intensifie et ils promettent de se faire entendre cet automne. Réunis en conseil fédéral extraordinaire vendredi, les 350 syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont adopté un plan d’action « musclé » contre la réforme du réseau.

Plus tôt en journée, plus de 400 manifestants s’étaient présentés devant les bureaux de Philippe Couillard à Montréal pour montrer leur mécontentement par un concert assourdissant de trompettes. Le projet de loi 10 déposé par le ministre de la Santé Gaétan Barrette le 25 septembre dernier était au coeur des dénonciations, une « voie bulldozer sans aucune consultation ni aucune transparence, qui ne passe pas », a affirmé Jean-Pierre Larche, conseiller syndical à la CSN.

« Ça va être du pop-corn cet automne, les actions vont sauter de partout, prévient-il, on met de côté les dossiers courants non urgents pour faire toute la place à ce dossier prioritaire. »

Une action coordonnée a également eu lieu en matinée à Gatineau. Environ 80 personnes ont accueilli bruyamment le ministre Barrette devant les bureaux de l’Agence de la santé et des services sociaux. « Ces comités d’accueil se répéteront partout où les députés et les ministres iront », avertit M. Larche.

La FSSS-CSN mobilise ses syndicats et leurs membres pour participer aux manifestations déjà prévues des prochaines semaines, notamment les 9 et 29 novembre, en plus d’orchestrer des « perturbations locales » dès la semaine prochaine et de lancer une campagne d’information à grande échelle. Pas de grève au programme pour l’instant, à cause de l’obligation de maintenir les services essentiels en santé.

Réforme «mammouth»

L’adoption du projet de loi 10 « créera le chaos et la paralysie du système » et ne représente rien de moins que « le démantèlement du réseau public »,selon Jeff Begley, président de la FSSS-CSN, présent lors de la manifestation éclair. Non seulement constate-t-il déjà des pertes d’emploi, mais il lui paraît « évident que les services à la population seront affectés », malgré les démentis du gouvernement.

Le président de la plus grosse organisation syndicale du secteur accuse aussi Gaétan Barrette de vouloir resserrer la gouvernance autour de son poste. La réforme inclut en effet le pouvoir pour le ministre de la Santé de nommer les futurs dirigeants des nouveaux Centres intégrés de services de santé et de services sociaux.

M. Begley s’inquiète de la centralisation du système et souligne toute « l’énergie qui sera consacrée à faire des fusions et à créer des superstructures plutôt qu’à servir les patients ».

Participant à la manifestation, Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) a tonné : « On ne laissera pas le gouvernement saccager les acquis sociaux construits dans les 50 dernières années. » Appuyant ses collègues de la FSSS, elle s’est dite prête à « dénoncer l’opération de scie à chaîne du gouvernement, tous les jours s’il le faut ».

« Couillard, Barrette, Coiteux, sur votre chemin nous serons nombreux », ont scandé les manifestants à l’unisson. Ils étaient ensuite invités à laisser symboliquement leur trace sur le trottoir devant l’édifice des bureaux de Philippe Couillard, en trempant une botte de caoutchouc dans de la peinture rouge.