Coiteux tranchera avant de rendre publiques les recommandations

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, ne rendra pas publiques à la fin octobre les recommandations initiales de la Commission permanente de révision des programmes (CPRP).

Le ministre les gardera pour lui : ce n’est qu’après avoir pris ses premières décisions qu’il dévoilera les recommandations de la commission présidée par Lucienne Robillard, a-t-on indiqué à son cabinet.

La première vague d’annonces visant l’abolition de programmes ou la réduction de leur portée pourrait survenir d’ici la fin de l’année, a affirmé Matin Coiteux, jeudi. La CPRP doit produire à la fin décembre une autre série de recommandations pour contribuer à retrancher 3,2 milliards des dépenses de programmes de l’État afin d’atteindre l’équilibre budgétaire pour l’exercice 2015-2016. Le ministre a cependant répété à plusieurs reprises que l’opération de révision des programmes dépassait largement l’objectif du déficit zéro et visait un « repositionnement » de l’État.

La CPRP ne tiendra aucune audience publique. Toujours accompagnée du président du Conseil du trésor, Lucienne Robillard a toutefois participé à quatre rencontres en septembre ; elle a pu échanger avec les représentants des associations patronales, avec les dirigeants syndicaux, avec les groupes de jeunes et, enfin, avec les gestionnaires de l’État.

En guise de consultations publiques, la CPRP a mis sur pied un site Web destiné à recueillir les commentaires et les suggestions des citoyens. Selon les données colligées par le Conseil du trésor, 7600 courriels lui sont parvenus, dont un peu moins de la moitié ont été mis en ligne, les participants ayant le choix de rendre publique ou non leur contribution électronique.

Autre consultation

La commission jumelle, engagée elle aussi dans le redressement des finances publiques, la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise (CEFQ), a adopté un mode de fonctionnement bien différent.

Présidée par le fiscaliste et universitaire Luc Godbout, la CEFQ a tenu, du 29 septembre au 6 octobre, sept « forums citoyens » dans autant de villes : Lévis, Sherbrooke, Montréal, Gatineau, Rouyn-Noranda, Saguenay et Rimouski. Ces assemblées, dont l’organisation avait été confiée à l’Institut du Nouveau Monde, ont réuni près de 300 personnes.

De plus, à compter du 20 octobre et jusqu’à la fin du mois, la CEFQ tiendra des consultations publiques où elle entendra des groupes et des citoyens qui lui ont fait parvenir des mémoires. Ainsi, les commissaires, dont Luc Godbout, seront à Montréal pendant quatre jours et à Québec pendant trois jours.

Certaines séances seront consacrées à des thèmes : la nouvelle économie, la recherche et développement, le secteur financier, la fiscalité des particuliers. Dans d’autres séances, ce sont les représentants du patronat, des syndicats, du milieu culturel, des municipalités qui seront entendus.

La CEFQ a produit trois documents de consultation totalisant plus de 300 pages : un portrait général du régime fiscal ainsi que la description de la fiscalité des particuliers et celle des sociétés. Elle doit rendre son rapport au ministre des Finances, Carlos Leitao, à la fin décembre.

17 commentaires
  • Charles Lebrun - Abonné 17 octobre 2014 01 h 39

    La CPRP appartient aux citoyens!

    Il faudrait rappeler à M. Coiteux que la Commission permanente de révision des programmes appartient aux citoyens et n'est pas une "bébelle" du parti Libéral qui serait payé par les contribuables québécois! C'est nous les contribuables qui payons Mme Robillard, nous avons donc droit à consulter son rapport! C'est quoi cette attitude de dictature, de république de bananes, de nous cacher ce qu'une Commission fait comme travail! À moins que les décisions étaient déjà connues AVANT MÊME les élections, et qu'il faut bien faire semblant de consulter la population... Si vous vous mon avis, Monmarquette et Coiteux savent depuis longtemps où couper... pas besoins de Mme Robillard et sa Commission pour nous le dire... La première économie que j'aurai fait, c'est bien cette CPRP!

  • Robert Beauchamp - Abonné 17 octobre 2014 08 h 28

    Le bouclier

    Vive l'imputabilité libérale. L'art de faire une chose et son contraire. On coupe partout sauf dans la création de commissions utilisées comme boucliers politiques à grands frais ma chère. Pour ça on trouve l'argent. Et que dire de la culture du secret.

  • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 17 octobre 2014 08 h 57

    Le livre de chevet de Coulilard

    On apprends dans le billet d' Antoine Robitaille (REPENSER L’ÉTAT DU QUÉBEC La bible de Couillard? 6 octobre 2014 ) que Couillard a une livre de référence pour le guider dans la réforme de l'État. Autant s'y intéresser pour avoir une idée de ce qui nous attends : la Révolution Reagan Tacher, poussé plus loins !

    Le livre de chevet de Couillard :

    The fourth revolution The global race to reinvent the state. John Micklethwait Adrian Wooddridge The Pinguin press. Les auteurs sont respectivement éditeur en chef de The economist (mondialisation néolibérale), et l’autre est «management editor» de la même revue.

    La thèse du livre est que l’État prends trop de place et restreint la liberté (de qui ?) . Donc il faut reformer l’État en profondeur. Ils soutiennent à cet égard que la Révolution Reagan-Tatcher n'est pas allé assez loins !

    Voici les 3 volets auquel il propose de s'attaquer :

    Privatisation des monopoles de l’État (The first cause is privatization, the most striking bit of unfinished business from the half revolution of the 1980 in conservative eyes... (p 234),

    Fin des subventions aux entreprises.

    Réduire les programmes sociaux à leurs strict minimum (p 234) Sur la privatisation on apprends à la page 235 que l’électricité fait partie des actifs à privatiser !

    D’où la déclaration d’intention en avril sur la privatisation partielle d’Hydro Québec. La réaction a fait reculer Couillard : « Ce n’est pas quelque chose qu’on voulait lancer tout de suite..» . En fait cette privatisation a déjà commencer sous Charest . Filières : centrale au gaz, petits barrages, éoliennes, Contrats garanties d’achat à des prix gonflés qui coûtent déjà des milliards à HQ, d’ou`les hausses de tarifs.

    Reagan-Tatcher, Couillard, même combat..

    • Ginette Joannette - Inscrite 17 octobre 2014 10 h 40

      Merci M. Pomerleau de votre traduction sur le livre de chevet du P.M. cela montre vraiment qu'il est au antipote de la tradition libéral et qu'il est un conservateur dur et pur comme Reagan et Tatcher.

    • Ginette Joannette - Inscrite 17 octobre 2014 10 h 40

      Merci M. Pomerleau de votre traduction sur le livre de chevet du P.M. cela montre vraiment qu'il est au antipote de la tradition libéral et qu'il est un conservateur dur et pur comme Reagan et Tatcher.

    • Ginette Joannette - Inscrite 17 octobre 2014 10 h 40

      Merci M. Pomerleau de votre traduction sur le livre de chevet du P.M. cela montre vraiment qu'il est au antipote de la tradition libéral et qu'il est un conservateur dur et pur comme Reagan et Tatcher.

  • Colette Pagé - Inscrite 17 octobre 2014 09 h 47

    Vivement la transparence !

    La transparence tant vantée par le PM avant les élections n'exigerait-t-elle pas que la totalité des recommandations de la Commission soit rendue publique. Autrement les fuites seront nombreuses.

    Par la suite, le Ministre pourrait faire son choix en motivant sa décision.

    Ce serait là, la meilleure façon de démontrer aux citoyens que les choix du ministre reposent pas sur des critères objectifs dénués de partisanerie.

    • Louka Paradis - Inscrit 17 octobre 2014 15 h 15

      Très juste, j'abonde dans votre sens.

  • Benoit Moreau - Inscrit 17 octobre 2014 13 h 09

    Repositionnement de l'état

    C'est ce petit ajout de Coîteux qui est le plus important. Comment sera donc repositionné l'état ? En quoi ce repositionnement favorisera-t-il les intérêts du Québec ?

    Il est dommage que le PQ, embourbé et obnibulé par la question référendaire, ait négligé de mettre de l'avant la défense des intérêts du Québec au premier plan, avant toute chose. il y a moyen d'avoir une social-démocratie, soit un équilibre entre les droits individuels et sociaux, efficace et performante.

    Voilà donc l'aboutissement du vote des élections du 7 avril dernier: Néo-libéralisme ou référendum !

    • Louka Paradis - Inscrit 17 octobre 2014 20 h 54

      Il faut être équitable : le PQ n'a bénéfcié que de 18 mois et formait un gouvernement minoritaire. Il a fait face sans arrêtà une obstruction tout azimut.