Gaétan Barrette attaque Réjean Hébert

Réjean Hébert est un menteur et un démagogue qui n’a laissé aucun héritage de son bref passage en politique, affirme le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Le ministre a lancé mercredi une volée de bois vert à son prédécesseur, qui a critiqué la réforme en cours dans le réseau de la santé. « Quand il était en politique, qu’a-t-il [laissé] comme héritage à part un tissu de mensonges ? Aujourd’hui, il poursuit sa carrière, mais à l’extérieur du Parti québécois. Ça n’a aucun intérêt. Ce dont il parle, ça n’existe pas », a déclaré M. Barrette sur le mode de l’attaque.

Dans une lettre publiée dans Le Devoir intitulée Un remède pire que le mal, l’ex-ministre de la Santé sous l’éphémère gouvernement péquiste de Pauline Marois décrit la réforme Barrette « comme une vaste opération de centralisation et de contrôle » aux « antipodes de l’évolution actuelle des systèmes de santé ».

Sur la foi des expériences passées, M. Hébert prédit que les économies de 220 millions par année évoquées par le ministre Barrette ne seront pas au rendez-vous, tout comme l’amélioration attendue des services. Plus encore, il prétend que le ministre s’est arrogé un tel pouvoir sur le réseau que plus aucun responsable n’ose le contredire.

« Il ne faut pas attendre des dirigeants actuels une quelconque critique de la réforme proposée, car le ministre machiavélique les a muselés en s’arrogeant le pouvoir de déchoir ceux qui oseront s’opposer au prince. Pourtant, ils savent bien que ce n’est pas en brassant les structures que l’accès à des services de qualité s’améliorera », écrit-il.

Pour M. Barrette, l’analyse du docteur Hébert tient du délire. « C’est de la démagogie, de la fumisterie totale. C’est honteux qu’un individu qui a déjà été en poste [comme ministre de la Santé], qui sait comment ça fonctionne, qui est capable de lire un texte de loi, dise des choses comme ça et qu’on en parle. Moi, écoutez, Réjean Hébert, ça n’a pas beaucoup d’intérêt », a-t-il pesté.

Outré par les commentaires « méprisants » de M. Barrette, le chef péquiste intérimaire, Stéphane Bédard, a demandé à Philippe Couillard de rappeler son ministre à l’ordre.


 
3 commentaires
  • Gilles Delisle - Abonné 2 octobre 2014 07 h 19

    Et si M. Castonguay avait raison!

    Peut-être sommes-nous en présence ici, encore une fois, d'un "grossier personnage"!

  • François Dugal - Inscrit 2 octobre 2014 08 h 28

    Les prédécesseurs

    Tant qu'à gloser sur des ministres de la santé indignes, que pense le docteur Barette de ses prédécesseurs, j'ai nommé les docteurs Bolduc et Couillard?

  • Cyr Guillaume - Inscrit 2 octobre 2014 20 h 28

    Qui sème le vent récolte la tempête.

    Et le bon docteur récolte beaucoup, pendant les élections, combien s'était déjà? Quelques millions? M.Castonguay avait parfaitement raison, M.Barette n'est qu'un grossier personnage! Et il n'accepte pas la critique facilement, un peu comme une certaine personne au fédéral..