Couillard rabroué par les écologistes

Les écologistes dénoncent la volonté du gouvernement Couillard d’autoriser la pétrolière TransCanada à effectuer des forages dans une pouponnière de bélugas, en face de Cacouna, même si la Cour a jugé déraisonnable cette autorisation.

Le premier ministre Philippe Couillard a donné l’assurance que les forages reprendront au terme de l’injonction accordée par la juge Claudine Roy, de la Cour supérieure, soit le 15 octobre. « Il n’est pas question de ne pas faire ces travaux-là, qui sont nécessaires, a-t-il tranché lors de la période de questions à l’Assemblée nationale. Comment pourrons-nous avoir une évaluation environnementale présentée devant l’Office national de l’énergie ? »

TransCanada soutient que ces forages exploratoires sont essentiels pour lui permettre de compléter son dossier en vue des audiences, devant cet organisme fédéral, qui porteront sur son projet d’exportation du pétrole bitumineux de l’Alberta à partir du Québec. « Il faut également rappeler aux citoyens […] qu’il ne s’agit pas de forages destinés à faire le projet, mais qu’ils sont faits dans la caractérisation de l’environnement », a précisé le premier ministre.

Pour le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, la position de Philippe Couillard semble tout droit tirée de l’argumentaire de la pétrolière albertaine. « C’est incroyable. C’est reprendre les lignes de communication deTransCanada, a-t-il fait observer. C’est triste que le premier ministre embarque dans l’arène pour faire du déni. »

Dans sa décision, la juge Roy établit que le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, n’avait pas en main d’avis scientifique concernant les effets des forages sur la survie des bélugas quand il a accordé à la pétrolière, le 20 août dernier, son certificat d’autorisation pour des sondages dans le fleuve Saint-Laurent. Or, dans un communiqué diffusé la semaine dernière, David Heurtel a soutenu qu’un avis scientifique lui avait été transmis par Pêches et Océans Canada.

Philippe Couillard croit d’ailleurs que les communications entre Ottawa et Québec au sujet du projet pétrolier pourraient être meilleures. « J’ai demandé et on s’assurera que le flot de l’information entre Pêches et Océans Canada et le ministère de l’Environnement est continu et fluide », a-t-il dit.

Dans sa décision, la juge a reconnu comme valables les observations de l’expert en bélugas Robert Michaud, qui estime que la construction d’un port pétrolier à Cacouna menacerait le rétablissement de la population de bélugas et pourrait même « accélérer son déclin ».

« On voit difficilement comment une étude d’évaluation environnementale, pour se réaliser, doit affecter une espèce en danger, a fait valoir Christian Simard. Si c’est ça le prix pour faire l’évaluation environnementale d’un projet, c’est que le projet, dans son essence, est mauvais. »

Il demande à TransCanada de surseoir à ses forages, qui sont autorisés du 15 octobre jusqu’en novembre prochain, jusqu’à ce que la Cour se prononce sur le fond quand elle statuera, en février ou en mars prochain, sur une requête en injonction permanente émanant des groupes écologistes. À son avis, la pétrolière aurait intérêt à présenter une solution de rechange au port de Cacouna.

Complicité

 

Pour le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, la Cour démontre que David Heurtel « a clairement erré ». Les bélugas, « c’est une espèce menacée et on ne peut pas faire l’économie d’avoir la vraie science sur la table ».

« Soit le ministre de l’Environnement a menti ou il y a un manque de compétence », a-t-il avancé. En n’obtenant pas d’avis de la part des scientifiques, David Heurtel se fait « complice de la censure qui a cours au niveau fédéral ».

Ce projet pétrolier lui rappelle l’épisode du gaz de schiste. « On a l’impression que c’est le même gouvernement qui poussait pour l’exploitation des gaz de schiste au Québec et qui n’a rien appris. »

Du côté de l’opposition officielle, le porte-parole en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault, a affirmé qu’il avait rarement vu un jugement aussi sévère à l’égard d’un ministre. Avec le porte-parole en matière d’énergie, Bernard Drainville, le député péquiste a réclamé que David Heurtel annule les certificats d’autorisation accordés au projet de TransCanada et qu’il demande sans délai au Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) de procéder à son évaluation.

À la défense du superpétrolier

Le premier ministre Philippe Couillard ne se formalise pas du passage sur le fleuve Saint-Laurent d’un superpétrolier servant à exporter du pétrole des sables bitumineux. « Pourquoi c’est un problème qu’un pétrolier augmente de 32 à 44 mètres — c’est ça le chiffre ? — s’il va d’ouest en est ou d’est en ouest ? C’est quoi, cette histoire-là? C’est quoi cette salade ? », a-t-il dit à l’Assemblée nationale.

Pour la première fois, un superpétrolier, d’une longueur de 250 mètres, a navigué sur le fleuve, à partir de Sorel, pour exporter du pétrole albertain. Le fleuve est déjà fréquenté par de plus petits pétroliers qui approvisionnent en pétrole importé les raffineries de Valero et de Suncor.


À voir en vidéo