Barrette entrevoit une entente avec les médecins

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a annoncé mardi un déblocage dans les négociations avec les fédérations de médecins, éloignant ainsi le spectre d’une loi spéciale.

« Si j’en juge à la qualité des échanges qu’on a eus en fin de semaine, il y a de bonnes chances qu’on évite [d’y avoir recours] », a affirmé M. Barrette mardi avant-midi à l’occasion d’un impromptu de presse à l’Assemblée nationale. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) ont toutes deux consenti au cours du week-end à l’idée d’étaler la hausse salariale de 1,2 milliard de dollars sur une période de sept ans, a-t-il indiqué.

M. Barrette s’est montré disposé à raccourcir de quelques mois la période d’étalement réclamée dès le lendemain de l’accession au pouvoir du Parti libéral du Québec, c’est-à-dire neuf ans. « On était à neuf ans. […] On a fait une contre-proposition à propos de laquelle je vais laisser les fédérations faire leurs commentaires », a-t-il spécifié à quelques heures de nouvelles rencontres de travail mardi ; une avec la FMOQ, une avec la FMSQ. « J’ose espérer qu’on va continuer à progresser. »

Pas de hausse pour un an

Le ministre s’est toutefois dit inflexible sur la volonté du gouvernement libéral de surseoir en 2014-2015 à tout paiement lié à la hausse de la rémunération promise aux médecins, afin de faciliter le retour à l’équilibre budgétaire l’année suivante, en 2015-2016. « 2014-2015 est une période qui est extrêmement difficile alors, oui, ça tient toujours. [Mais] 2015-2016, on a fait un bout de chemin », a fait remarquer M. Barrette, à l’entrée du caucus des élus libéraux.

La FMSQ tenait mordicus la semaine dernière au versement des sommes dues avant la fin du mandat en cours, c’est-à-dire d’ici l’automne 2018. L’entente conclue entre le gouvernement Charest et les fédérations de médecins en 2006 prévoyait un étalement sur deux ans, rappelait-elle.

« Il y a un montant à étaler, et là-dessus il n’y a aucune contestation de la part des fédérations, c’est 1,2 milliard de dollars. Il y a maintenant une durée, c’est rendu à sept ans, de la part des fédérations. Nous, on a fait un bout de chemin. Maintenant il y a la problématique de 2014-2015 et 2015-2016, qui est un enjeu majeur [pour] les deux fédérations [qui] ont des contingences internes », a expliqué M. Barrette mardi.

« De part et d’autre », les différentes parties ont fait « un bout de chemin » au cours de « plusieurs échanges fructueux » au fil des derniers jours, a souligné le ministre, se sentant dans une forme splendide à son arrivée au parlement. Il a notamment salué son ancien employeur, la FMSQ, pour avoir soumis des offres « complètes » et « chiffrées » après quelques atermoiements.

« Le verre est plus plein [qu’il l’était vendredi dernier]. […] On n’est pas encore arrivé à destination, mais j’ai bien confiance qu’on va y arriver », a-t-il affirmé.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.