Philippe Couillard refuse de faire des changements majeurs

Les manifestations et rassemblements n’y changeront rien : les opposants à la réforme des régimes de retraite municipaux seront déçus s’ils s’attendent à ce que Québec apporte des modifications majeures au projet de loi 3, a prévenu dimanche le premier ministre Philippe Couillard.

Ce dossier s’est invité à la dernière journée du Forum des idées pour le Québec organisé par le Parti libéral du Québec (PLQ) puisqu’une centaine d’opposants au projet de loi 3 ont manifesté, sous haute surveillance policière, devant le Collège Champlain, à Saint-Lambert, où se déroulait l’événement.

« Si l’attente est que nous modifiions les objectifs de notre projet et ses principes fondamentaux, ils vont être déçus », a martelé M. Couillard, flanqué de son ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. Le premier ministre a ainsi réitéré qu’il était hors de question que son gouvernement recule sur le partage à 50-50 entre employeurs et employés de la facture des déficits passés.

« Mon objectif n’est ni d’avoir un affrontement ni de faire la paix au moyen de concessions qui nous mettent en danger pour l’avenir, a souligné M. Couillard. Ce qu’on veut, c’est que ces régimes aient une pérennité pour que les jeunes puissent y avoir accès. »

Le porte-parole de la Coalition pour une libre négociation, Marc Ranger, a eu l’occasion de rencontrer brièvement M. Moreau afin de lui réitérer les demandes des travailleurs. Toutefois, cela n’a vraisemblablement pas été suffisant pour faire plier le gouvernement Couillard. « Le premier ministre est ici et nous voulons lui rappeler que les employés municipaux ne cherchent pas la confrontation, mais si rien ne change, c’est une invitation à la confrontation », a dit le porte-parole de la Coalition avant sa rencontre avec M. Moreau.

Souplesse

M. Ranger a rappelé qu’une grande marche devrait avoir lieu samedi prochain — quelques jours après la rentrée parlementaire prévue ce mardi — visant à faire reculer le gouvernement Couillard sur « l’attaque aux retraités ». Ce dernier a réitéré que les employés municipaux revendiquent des « changements de fonds », et non seulement des « ajustements ».

Parmi les changements qui pourraient être apportés, le ministre Moreau a évoqué une plus grande souplesse à l’endroit des régimes de retraite pleinement capitalisés puisque leur situation financière est moins urgente.

D’une durée de trois jours, le Forum sur les idées pour le Québec du PLQ se déroulait sur le thème « Vivre l’innovation ». Dans son discours de clôture, le premier ministre a exprimé son souhait de doter le Québec d’une « stratégie numérique », sans toutefois dévoiler les grandes lignes de son plan.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

Les Écossais heureux au Québec ?

S’il observe ce qui se passe en Écosse à l’approche du référendum qui aura lieu le 18 septembre, M. Couillard a néanmoins évité de faire des liens entre la situation écossaise et le Québec. « Si les Écossais avaient l’ensemble des juridictions et des pouvoirs que le Québec détient dans la fédération canadienne, ils seraient très heureux », a-t-il observé. Sans nommer le Parti québécois, qui a envoyé une délégation en Écosse, le premier ministre a fait dévier les questions sur le dossier en affirmant qu’il préférait se concentrer sur les « vrais enjeux » du Québec. « Notre priorité, ce n’est pas d’envoyer des équipes observer un vote dont on aura les résultats de toute façon. »
6 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 15 septembre 2014 07 h 45

    Couillard cherche la bagarre

    Et il la trouvera bientot sur son chemin, si il continue à agir de façon si entêter.

  • François Séguin - Abonné 15 septembre 2014 08 h 01

    Contrat signė...

    Quelle honte. Un premier ministre qui persiste et signe : les municipalités n'auront pas à respecter les contrats qu'elles ont signés. Pire : le gouvernement Couillard les aidera dans cette voie en faisant voter une loi qui s'appliquera rétroactivement. Et foin des règles élémentaires de justice et de droit. Et vive l'arbitraire étatique.

    Et dire que la très grande majorité des éditorialistes, journalistes et commentateurs de tous poils ne s'en formalisent aucunement.

  • Pierre Germain - Inscrit 15 septembre 2014 08 h 52

    Il est bien dommage que Couillard ne mette pas le même empressement à faire aussi payer les députés 50 % de leur régime de retraite...

  • Guy Vanier - Inscrit 15 septembre 2014 11 h 17

    Et qui pensez vous ont ces contrats?

    <<<Parmi les changements qui pourraient être apportés, le ministre Moreau a évoqué une plus grande souplesse à l’endroit des régimes de retraite pleinement capitalisés puisque leur situation financière est moins urgente.>>>

    Les policiers entre autres.

    Surpris? Pas moi... couillard avait fait une erreur stratégique et il est en train de la corriger. Il commence seulement à apprendre comment patiner du reculons.
    C'est un bon début.

  • Louise Gagnon - Inscrite 15 septembre 2014 13 h 08

    Les paradis fiscaux

    M. Couillard, c'est le temps de vous adresser aux québécois qui utilisent les paradis fiscaux et de leur faire payer ce qu'ils ont volé à la société québécoise. Si vous en faites partie, doubler et tripler la mise afin de refaire un temps soit peu votre réputation.

    Il serait aussi grand temp d'écouter les judicieux conseils de l'ONU et de changer votre fusil d'épaule en ce qui concerne les compressions de toutes sortes.
    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-econom