Garderies et aide sociale sur la sellette

Plusieurs citoyens recommandent d’abolir ou de modifier le programme des garderies à 7 $, par exemple en instaurant une modulation selon le revenu.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Plusieurs citoyens recommandent d’abolir ou de modifier le programme des garderies à 7 $, par exemple en instaurant une modulation selon le revenu.

À en croire les commentaires recueillis par le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, sur son forum de consultation en ligne sur la révision des programmes, nommé « dialogue social », l’équilibre budgétaire du Québec pourrait être atteint en fermant les commissions scolaires, en mettant les fonctionnaires au régime sec, en abolissant les garderies à 7 $ ou encore en pénalisant les bénéficiaires de l’aide sociale aptes au travail, par exemple.

 

Le forum, qui en date de vendredi avait reçu plus de 3300 messages après deux jours d’opération, semble servir d’exutoire, constatent des experts, qui avertissent des limites d’un tel exercice. « On dit qu’on veut rejoindre les citoyens directement, mais ce n’est pas représentatif », dit Geneviève Tellier, professeure à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa et spécialiste des mécanismes de consultation publique.

 

Les citoyens à qui on demande quels programmes ont perdu leur pertinence tirent un peu dans tous les sens, bien que des tendances se dessinent — quoique le survol du Devoir ne soit pas exhaustif.

 

En éducation, l’abolition des commissions scolaires est une suggestion fort populaire. D’autres vont aussi loin que de proposer la fermeture de l’UQAM ainsi que des cégeps.

 

Les garderies à 7 $ sont dans la mire de nombreux commentateurs. « Le prix devrait être en fonction du revenu familial et non pas uniforme sans égard au revenu », dit un citoyen, idée reprise par beaucoup d’autres. Les congés parentaux sont aussi accusés d’être trop généreux.

 

Les HLM, l’aide sociale et l’aide juridique sont d’autres programmes sociaux taxés de dépassés à plusieurs reprises.

 

Nombreux sont également ceux qui en appellent à un allégement de l’appareil étatique. La diminution du nombre d’élus tant au niveau provincial que municipal suscite une certaine adhésion. Plusieurs évoquent les salaires considérés trop élevés des élus et des hauts fonctionnaires.

 

En santé, le programme de procréation médicalement assistée arrive en tête de liste des mentions de services à éliminer.

 

Mais tous ne proposent pas des coupes dans les programmes sociaux. « Couper les programmes [pour décréter] une baisse d’impôts [puis des] coupures de programmes et une autre baisse d’impôts, est un cycle dont le gouvernement doit se sortir », dit un citoyen.

 

La taxation des grandes entreprises afin d’investir dans la « justice sociale » est une idée qui semble fédérer un certain nombre de commentateurs.

 

D’autres souhaitent plutôt, et dans l’enthousiasme, « bonnes coupures » au gouvernement !

 

Exercice de légitimité ?

 

La professeure Geneviève Tellier croit qu’on assiste à un « mélange des genres » inquiétant. « Ce qui me surprend, c’est qu’on s’attaque à un problème de gestion, et on demande aux citoyens de gérer à la place des gestionnaires. Ils n’ont pas toute l’information en main ! »

 

Selon elle, c’est un « exercice de légitimité ». « Ils veulent nous entendre dire qu’il faut couper dans les services. »

 

Le spécialiste des relations publiques Bernard Dagenais abonde dans le même sens. « Ce n’est pas le propre de ce gouvernement. La consultation comme les sondages sont de tout temps et de tous les partis, des stratégies de communication, jamais des recherches de compréhension des enjeux et encore moins des recherches de solutions », dit le professeur à l’Université Laval.

 

Pourquoi mener une telle consultation ? Pour mettre les priorités du gouvernement à l’agenda, explique-t-il. « L’acteur met la table pour qu’on parle d’abord et avant tout du problème qui le préoccupe. C’est lui qui définit le problème. Ce faisant, il prépare le public à rechercher une solution. C’est déjà 50 % du travail de séduction réalisé. » Deuxième étape : faire ressortir les solutions que le gouvernement privilégie, en affirmant « qu’on ne peut pas plaire à tout le monde » pour rejeter les autres.

 

Ce genre de consultations, qui emprunte dans le style aux réseaux sociaux, sera de plus en plus populaire, croit Bernard Motulsky. « La consultation de Bernard Drainville sur la charte [des valeurs] en était le premier exemple où on s’en servait comme un outil de démonstration de l’opinion populaire », observe le titulaire de la Chaire de relations publiques et de communication marketing.

 

S’il convient que l’outil devient rapidement un exutoire, comme un gros « pot à suggestions », il n’en rejette pas d’emblée l’utilité. « Comme sur les médias sociaux, on voit des opinions excessives. Mais ça donne quand même une bonne idée de l’humeur générale », dit-il.

 

« C’est une vague qu’on ne pourra pas arrêter. Comme on faisait dire n’importe quoi aux sondages et que nous avons appris à les encadrer et à les interpréter plus intelligemment, l’art de la consultation en ligne va se raffiner aussi. On ne peut pas dire que ces consultations ne valent rien, mais il faut en prendre les résultats avec précaution. Surtout que, comme une ligne ouverte, ça peut se “paqueter” ! » À droite comme à gauche.

 

L’attachée de presse de Martin Coiteux indique que l’engouement pour la consultation a entraîné un délai de traitement des messages, qui sont tous relus avant d’être rendus publics afin d’éviter, par exemple, la diffusion de propos racistes. Dimanche, les plus récents messages dataient de jeudi. Les citoyens ont aussi la possibilité de garder secrets leurs commentaires. « Nous avons demandé à ce que le délai de traitement soit accéléré », indique Marie-Ève Labranche, ajoutant que des synthèses des suggestions recueillies seront rendues publiques.

8 commentaires
  • Michel Sénécal - Inscrit 8 septembre 2014 01 h 18

    Et le gouvernement va faire quoi?

    Avis en ligne...n'importe quoi de n'importe qui.
    Surtout n'importe quoi.
    Et le gouvernement va faire ce qui est le plus populaire?

    Ca ressemble a la pétition a Drainville pour la charte...
    On a eu 26 000 noms. C'est la preuve que les Québécois sont pour la charte...
    Tu parles.
    On a vu ce que ça a donné.

    Le gouvernement est majoritaire et n'a donc pas a demander a Pierre, Jean Jacques ce qu'ils pensent de ceci cela. Il a été élu pour agir.
    Au travail!

    • Richard Bégin - Inscrit 11 septembre 2014 11 h 25

      Faut le faire, ramener ça à Drainville. En plus, avec des infos erronées: c'est 26 000 commentaires reçus, pas signatures, qui elles, sont montées à plus de 55 000.

      Lâchez le PQ, pour la simple raison que ce dernier a demandé aux progressistes de se rassembler pour justement éviter tout ce démantellement libéral. En boudant le parti qui pouvait les bloquer, vous y avez contribué.

  • Marcel Bernier - Inscrit 8 septembre 2014 05 h 37

    Manufacturer le consentement...

    Rien de trop beau pour la classe ouvrière. On met le paquet! Déjà qu'on se servait allègrement des médias écrits, de la radio, de la télévision, du web, des entreprises de sondage, des firmes de relations publiques pour relayer la vulgate néolibérale, nous en sommes à copier Harper et ses consultations-bidon, si faciles à en soustraire tout et son contraire, pour faire accepter à la population québécoise le script déjà défini par les Montmarquette, Coiteux et Leitao de ce monde.

    • Pierre Labelle - Inscrit 8 septembre 2014 08 h 01

      Après le vil conditionnement de la population, on improvise une consultation qui n'en n'est pas une, c'est n'importe quoi. Cette supposée "super" équipe économique que nous a vanté un Couillard, semble plutôt être une ligue d'impro. Par ce procédé que je trouve ignoble de par son côté fourbe; à savoir: rejeter la responsabilité des choix futurs sur l'ensemble de la population. En d'autres mots, le moment venu ce gouvernement nous dira; c'est vous qui nous avez dit de couper à tel ou tel endroit, c'est dégoutant comme procédé.

  • Paul Marcoux - Abonné 8 septembre 2014 07 h 38

    Gouvernance sans vision

    On demande aux électeurs une opinion qui ne peut être que superficielle, basée sur la une des médias, plutôt que fouillée de l'intérieur.

    On a porté au pouvoir des gens censés avoir une vue d'ensemble pénétrante des choses et en dégager une direction éclairée pour la société. On se ramasse à la place avec des vendeurs de salade...

    Quelle pitié...

  • Line Légaré - Abonnée 8 septembre 2014 08 h 30

    Un ramassis de préjugés et de "pas dans ma cour"

    Dans ce processus, qui provient d'une vision très réductrice et à court terme de notre avenir, comment peut-on s'attendre à recevoir des propos structurés ou encore non empreints de préjugés véhiculés par les libéraux et les caquistes depuis quelques années?

    Plutôt que d'envisager que des coupes, n'aurait-on pas eu avantage à demander aux gens quels projets structurants permettraient l'augmentation des revenus pour notre société? Avec une telle question, des personnes de toutes allégeances auraient répondu avec brio et réflexion.

    Malheureusement, cet exercice sans âme et ne portant aucune vision de notre avenir, ne peut insuffler le goût aux citoyens informés et ayant les connaissances suffisantes d'y répondre. Nous sommes ici bien loin de la charte.

  • Serge Daigno - Inscrit 8 septembre 2014 09 h 37

    Achats en ligne


    J'ai lu ce matin qu'en 2013, les Canadiens ont dépensé en moyenne 954$ pour des achats en ligne, sans payer une seule taxe...

    Serge Daigno