D’importantes refontes dès septembre

Le PM n’attendra pas l’avis des commissions en cours chargées d’évaluer où l’État québécois peut économiser.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le PM n’attendra pas l’avis des commissions en cours chargées d’évaluer où l’État québécois peut économiser.

Convaincu plus que jamais qu’il jouit de l’appui d’une majorité de la population pour redresser les finances publiques, le premier ministre Philippe Couillard entend déposer dès la rentrée parlementaire des projets de loi afin de refondre des programmes gouvernementaux, sans attendre les recommandations de la Commission de révision permanente des programmes.

 

Au terme du caucus présessionnel des députés libéraux, le gouvernement est entré dans « une nouvelle phase d’accélération de l’action gouvernementale », a indiqué Philippe Couillard dans sa conférence de presse de clôture. Dès l’ouverture de la session parlementaire à la mi-septembre, il entend annoncer « des décisions » pour implanter des « changements importants », qui nécessiteront le dépôt de projets de loi.

 

Selon le premier ministre, « l’effort de pédagogie » sur la nécessité de redresser les finances publiques, il est en « grande partie » accompli. Les députés libéraux sont aussi revenus de vacances « encore plus déterminés », a-t-il dit.

 

«Têtu »

 

«J’ai la conviction que la majorité des Québécois qui, lors de la dernière élection, — et ça n’inclut pas notre parti uniquement — ont voté pour le changement profond dans les façons de faire au Québec est encore fortement convaincue et derrière les actions qui mènent à ce changement-là. »

 

Sans chercher l’affrontement avec les opposants, Philippe Couillard n’entend pas se laisser arrêter par la grogne ou la « rue ». « Ceux qui me connaissent savent que je peux être excessivement déterminé, parfois un peu têtu. »

 

« Je n’ai pas d’illusions : le changement est difficile. Quand j’étais en chirurgie, on disait que les seuls les chirurgiens qui n’ont pas de complications, c’est ceux qui n’opèrent pas », a-t-il illustré.

 

La Commission d’examen de la fiscalité québécoise doit remettre ses rapports préliminaires dans quelques jours, a indiqué, vendredi, le ministre des Finances, Carlos Leitao, tandis que la Commission de révision permanente des programmes présentera ses premières recommandations en octobre. Or, non seulement le gouvernement entend agir avant que ces commissions ne terminent leur travail, mais le premier ministre a tenu à préciser qu’elles n’étaient pas décisionnelles. « Ce ne sont pas les commissions qui vont prendre les décisions, a-t-il souligné. C’est un guide pour la décision gouvernementale. » 

 

Pas de minibudget

 

Contredisant son ministre des Finances, qui évoquait en matinée la possibilité qu’il présente un minibudget à l’automne, Philippe Couillard en a rejeté d’emblée l’idée. « Je n’ai jamais parlé de minibudget et je ne pense pas qu’on ait mentionné ça non plus », a-t-il tranché. Il y aura à l’automne une mise à jour économique et financière, comme c’est l’usage, et sans doute l’annonce de mesures fiscales, a-t-il indiqué.

 

En ce qui concerne le menu législatif de l’automne, Philippe Couillard s’est montré avare de détails. Le projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État, que prépare la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, doit être présenté lors de la prochaine session, mais le premier ministre a refusé de préciser son état d’avancement. En outre sera déposé un projet de loi qui permettra au gouvernement de connaître combien de personnes travaillent pour l’État, une volonté manifestée le printemps dernier.

À voir en vidéo