Des militants perturbent une rencontre de Pétrolia à Gaspé

Le p.d.-g. de Pétrolia, Alexandre Gagnon, s’engage à soumettre les projets de son entreprise à l’examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement.
Photo: Ed Schipul / CC Le p.d.-g. de Pétrolia, Alexandre Gagnon, s’engage à soumettre les projets de son entreprise à l’examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement.

Une rencontre à Gaspé entre le p.d.-g. de Pétrolia et des gens d’affaires a mal tourné lundi matin, dans la foulée des perturbations organisées par des manifestants écologistes préoccupés par le lancement, cet automne, de travaux d’exploration par la pétrolière.

 

L’affaire a tourné au vinaigre, au point qu’une plainte pour « agression » a été déposée à la SQ.

 

L’histoire a débuté dès 8 h alors que des écologistes manifestaient leur opposition au développement pétrolier à Gaspé devant l’Hôtel des Commandants, pancartes en main. Ils sont ensuite entrés bruyamment dans la salle où se tenait la rencontre entre le p.-d.g. de Pétrolia, Alexandre Gagnon, et les gens d’affaires. Le débat entre les deux camps s’est envenimé, et des agents de la SQ ont dû intervenir pour escorter les manifestants vers l’extérieur.

 

Un écologiste a déposé une plainte à la SQ contre l’homme d’affaires Gaston Langlais, également porte-parole du Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie. « Il [le plaignant] est allé voir la SQ en disant que je l’avais menacé. […] Je m’en fous de toute façon, j’irai m’expliquer en cour », a déclaré M. Langlais avant de critiquer au passage la douzaine écologistes qui ont perturbé la rencontre.

 

Le porte-parole de la SQ, Claude Doiron, a confirmé qu’une enquête est en cours « concernant une présumée menace d’un citoyen envers un autre citoyen ». Plus tard dans la journée, Gaston Langlais a ajouté qu’il avait lui-même porté plainte à la SQ contre l’écologiste pour « agression ».

 

Au sortir de la rencontre, la porte-parole des écologistes, Lise Chartrand, a assuré que le combat se poursuivait. « Notre message ne change pas. On est contre les forages. Ce qu’on dit aux investisseurs, c’est de ne pas investir dans ces forages, mais plutôt dans les petites et moyennes entreprises en respect du potentiel humain. » De son côté, Alexandre Gagnon souhaite qu’il y ait à l’avenir des débats plus calmes, « pas juste des cris ».

 

Pour une étude du BAPE

 

Pendant son allocation, lors de laquelle il a fait le point sur l’état d’avancement des projets de Pétrolia en Gaspésie et à Anticosti, M. Gagnon a confirmé que le forage du puits Haldimand 4, situé près de Gaspé, aurait lieu en octobre et qu’une séance d’information serait organisée préalablement.

 

Par ailleurs, il s’engage à soumettre les projets de son entreprise à l’examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement même si la législation ne l’y oblige aucunement.

 

Le président de Pétrolia effectue ces jours-ci une tournée de certaines villes du Québec pour rencontrer des intervenants en Gaspésie et sur la Côte-Nord, dont des membres du milieu des affaires.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Victoria - Inscrite 26 août 2014 09 h 24

    Le miroir commencerait-il à se retourner ?

    Espérons que le simple citoyen plaignant a vérifié tous ces dossiers colligés par les tiers (renseignements personnels). Ce qui pourrait peut-être lui nuire s’il ne les découvrait pas au bon moment, s'il y a lieu.
    C’est long retrouver son intégrité perdue à notre insu. Il reste toujours une tache qui perdure à quelque part dans des endroits insoupçonnés.
    Le côté sombre de l'aire du numérique.