Les Québécois «exilés» dans le Canada

Photo: Illustration Tiffet

Lucien Bouchard a pris une grande respiration. Il a pesé ses mots. Puis le verdict est tombé : « La présence politique du Bloc dilue le pouvoir du Québec au sein de la fédération. »C’était cette semaine, lors du visionnement de presse du film Nation. Huis clos avec Lucien Bouchard, dans une salle de réunion à Télé-Québec. Près de 20 ans après être passé à un cheveu de fonder le « pays » rêvé, l’ancien sauveur du mouvement souverainiste a confirmé qu’il est bel et bien passé à autre chose.

 

Il n’est pas le seul à avoir tourné la page sur l’indépendance. Le Parti québécois l’a constaté en subissant la pire défaite de son histoire en avril dernier. La réalité, croit Lucien Bouchard, c’est que la souveraineté n’arrivera pas dans un avenir prévisible. Le combat pour le pays reste légitime, mais l’ancien chef péquiste est convaincu que les Québécois seraient mieux servis en investissant de nouveau le pouvoir fédéral.

 

« Quand vous envoyez à Ottawa une députation de 30, 40 [députés du parti au pouvoir], comme on le faisait autrefois, il y a de fortes chances que des poids lourds se retrouvent au cabinet, a-t-il poursuivi. Quand on est autour d’une table, tout le monde, si vous êtes là, vous allez en arracher pour le Québec. La politique, c’est ça. »

 

Sortir de l’impasse

 

Le politologue Guy Laforest partage le point de vue de Lucien Bouchard. Le professeur de l’Université Laval était un des intellectuels les plus engagés pour le Oui au référendum de 1995. Deux décennies plus tard, il affirme que le Québec doit recommencer à se battre pour s’épanouir dans le Canada. Le rêve de la souveraineté paraît trop lointain pour qu’il ait envie d’y consacrer ses énergies.

 

« À 59 ans, j’ai un sentiment d’urgence que je n’avais pas à 30 ou 40 ans. À mon âge, tu ne peux pas être juste idéaliste, t’essayes de te connecter à des idées réalistes, qui peuvent se réaliser sur l’horizon des 20 prochaines années », affirme Guy Laforest dans une entrevue téléphonique avec Le Devoir.

 

Le professeur doit publier dans les prochains jours Un Québec exilé dans la fédération,un essai qui offre une porte de sortie au cul-de-sac politique actuel. Le Québec fait du surplace depuis l’échec du référendum de 1995, déplore Guy Laforest. « On ne part pas du Canada, mais on ne participe pas. Je pense que ça a des conséquences désastreuses pour le Québec », dit-il.

 

Les Québécois assistent en spectateurs au match politique à Ottawa. Ils n’ont jamais été aussi peu présents dans les cercles du pouvoir fédéral, constate le professeur. Ottawa leur rend la pareille : le Québec ne figure plus sur l’écran radar du Canada. Et les gouvernements successifs à Québec ont échoué à proposer des revendications attrayantes pour les électeurs.

 

« Comme pas mal d’autres personnes au Québec, sur les plans de l’identité politique et de l’appartenance, je ne suis pas un citoyen heureux dans le Canada de la Charte », écrit Guy Laforest.

 

« L’expression “exil intérieur” décrit très bien le fondement de ma pensée. Car un exilé de l’intérieur, c’est quelqu’un qui se sent inconfortable, qui vit comme un étranger au sein de son propre pays », ajoute-t-il.

  

Un projet fou: de l’ambition

 

Le gouvernement Couillard doit « prendre le leadership » pour redonner une voix à la nation québécoise dans le Canada, croit le politologue. Il est fou, Guy Laforest : il ose même affirmer qu’il faut rouvrir la Constitution pour répondre aux aspirations du Québec. Il brise un tabou. Aucun politicien, à Ottawa ou à Québec, n’a osé toucher à ce panier de crabes depuis le soir du 30 octobre 1995.

 

« Ceux qui veulent mettre fin une fois pour toutes aux “chicanes politico-constitutionnelles” négligent le fait que la vie politique sera toujours affaire de dialogues et de débats pouvant déboucher sur des affrontements. Toutefois, ces changements auraient pour effet de guérir une blessure et de redonner confiance dans le droit et dans les institutions canadiennes », écrit-il.

 

Il y a moyen de réviser la Constitution sans en faire un drame national, selon Guy Laforest. Même si sept provinces représentant 50 % de la population, plus les deux Chambres du Parlement fédéral, doivent approuver tout changement à ce texte sacré.

 

Il propose d’abord de changer un mot — un seul — à l’article 1 de la Charte canadienne des droits et libertés. En faisant référence à une « fédération libre et démocratique » plutôt qu’à une « société libre et démocratique », la Charte reconnaîtrait le fédéralisme asymétrique, estime le professeur.

 

Il propose aussi que la Charte évoque deux sociétés d’accueil, dont une francophone, pour assurer la prépondérance du français au Québec. Dernier morceau, et non le moindre, Guy Laforest insiste sur la reconnaissance du caractère distinct du Québec — qui avait fait échouer la dernière tentative de réconciliation nationale, l’accord du lac Meech, en 1990.

  

Le fruit n’est pas mûr


« Il serait très étonnant que le gouvernement s’engage sur cette voie. Philippe Couillard a indiqué qu’il n’y a pas lieu de rouvrir la Constitution maintenant, qu’il s’agit d’une ambition à plus long terme, et je partage son point de vue », estime Benoit Pelletier, ex-ministre dans le gouvernement Charest, qui est retourné enseigner le droit à l’Université d’Ottawa en 2008.

 

M. Pelletier était considéré comme un activiste du gouvernement Charest face à Ottawa, mais il juge irréaliste de miser sur une réforme de la Constitution. Le « fruit n’est pas encore mûr », comme on dit à Québec. En attendant, le gouvernement Couillard doit viser des ententes administratives à la pièce avec Ottawa ou avec les autres provinces, comme celle conclue en juin dernier avec Stephen Harper pour le financement des infrastructures.

 

Le premier ministre conservateur a gouverné sans le Québec depuis 2008, mais le contexte a changé. Harper devra courtiser les Québécois s’il veut garder sa majorité parlementaire à l’issue du scrutin prévu en octobre 2015, parce que le Parti libéral du Canada est revenu dans la course depuis l’arrivée de Justin Trudeau, note Guy Laforest.

 

Québec et Ottawa ont une autre raison de faire fleurir la bonne entente : le Canada soufflera ses 150 bougies en 2017. Il sera intéressant de voir si les Québécois ont envie de participer à la fête.

À voir en vidéo