Services de garde: des coupes jugées hâtives

Myriam Déry dénonce également le report de plusieurs projets de construction de garderies annoncé par le gouvernement. 
Photo: Thinkstock Myriam Déry dénonce également le report de plusieurs projets de construction de garderies annoncé par le gouvernement. 

L’élimination de l’allocation spéciale accordée aux services de garde en milieu défavorisé fait bondir les centres de la petite enfance (CPE) de Montréal. Ces derniers ont uni leurs voix mercredi pour accuser le gouvernement Couillard de sabrer le financement des CPE avant même d’attendre l’avis de la Commission de révision permanente des programmes, dont une première série de recommandations est attendue dès octobre.

 

« On annonce de grandes coupes avant même que la Commission se soit penchée sur la pertinence de couper », déplore Myriam Déry, coordonnatrice aux communications du Regroupement des centres de la petite enfance de l’île de Montréal (RCPEIM). Mme Déry estime que la ministre la Famille, Francine Charbonneau, doit attendre les conclusions de la commission et reculer, pour l’instant, sur sa décision d’abolir le programme instauré il y a huit ans qui vise à aider les responsables de services de garde en milieu familial à composer avec des enfants issus de secteurs défavorisés.

 

Montréal compose avec le plus haut taux de familles défavorisées, rappelle-t-elle, et les pénaliser va à « l’encontre de la mission du gouvernement d’aider les plus démunis », fait valoir Mme Déry. Cette dernière dénonce également le report de plusieurs projets de construction de garderies annoncé par le gouvernement. La majorité de ces projets étaient prévus dans des secteurs défavorisés, souligne-t-elle.

À voir en vidéo