Lutte à trois pour le futur pont Champlain

Le futur pont Champlain
Photo: Infrastructure Canada Le futur pont Champlain
Trois grands consortiums se disputeront la construction et l’exploitation du futur pont Champlain. Les trois groupes primés ne sont pas sans tache, comptant chacun au moins une entreprise dont le nom a été évoqué devant la commission Charbonneau.

Ottawa a franchi lundi une nouvelle étape du projet de construction d’un pont pour remplacer le pont Champlain en lançant le second volet du processus d’appel d’offres visant à ériger la nouvelle structure.

Les trois consortiums ayant accédé à la deuxième ronde du processus d’appel d’offres — le Groupe Signature sur le Saint-Laurent, Alliance Saint-Laurent et le Partenariat Nouveau Pont Saint-Laurent — doivent maintenant démontrer comment ils comptent concevoir et construire, mais aussi financer, exploiter et entretenir le nouveau lien routier qui remplacera le pont Champlain. Le design du pont a déjà été dévoilé en grande pompe à la fin du mois de juin par le gouvernement conservateur.

Le Groupe Signature sur le Saint-Laurent compte en son sein trois filiales de SNC-Lavalin soupçonnées d’avoir fait des paiements douteux de 22 millions de dollars en vue d’obtenir le contrat de construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

La firme de génie-conseil Dessau figure quant à elle dans la liste des entreprises composant le Partenariat Nouveau Pont Saint-Laurent, après qu’il lui eut été interdit pendant quelques mois d’obtenir des contrats du gouvernement québécois, à la recommandation de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Alliance Saint-Laurent n’est pas en reste, WSP Canada, anciennement connue sous le nom de Genivar, ayant vu certains de ses dirigeants parader devant la Commission d’enquête sur l’industrie de la construction (CEIC).

Le gouvernement fédéral n’a pas précisé les critères ayant mené à la sélection de ces trois groupes d’entreprises. Trois autres consortiums n’ont pas été retenus pour la seconde phase de l’appel d’offres.

L’appel d’offres contient des spécifications techniques que les trois consortiums devront respecter « pour s’assurer que le nouveau pont sera sécuritaire et fiable, qu’il aura une durée de vie utile de 125 ans et qu’il répondra aux besoins de la population », explique Infrastructure Canada dans un communiqué.

Ces consortiums devront également respecter les exigences architecturales présentées par le ministre Denis Lebel le 27 juin.

Horizon 2018

La construction devrait commencer dans un an, s’il faut en croire Ottawa. Le gouvernement fédéral s’engage à mettre le nouveau pont en service en 2018. Les autres volets du projet de corridor, comme la reconstruction de l’autoroute 15 et le nouveau pont de l’île des Sœurs, doivent en principe être terminés d’ici 2020.

Long de 3,4 kilomètres, le nouveau pont sera doté de haubans dans la section qui surplombe la voie maritime du Saint-Laurent. Son tracé suivra une courbe vers l’ouest, à l’approche de Montréal. Le pont comportera une pente ascendante à partir de la Rive-Sud, qui, à mi-chemin, se transformera en légère descente, ce qui permettra aux automobilistes qui l’empruntent d’avoir une vue imprenable sur Montréal, a estimé le mois dernier l’architecte danois Poul Ove Jensen, mandaté par le gouvernement fédéral pour concevoir le design du futur pont.

Et qu’adviendra-t-il de la structure actuelle ? Le gouvernement fédéral entend recycler une partie des matériaux du pont Champlain, lors de sa démolition, qui, selon les prévisions, devrait débuter en 2019 ou 2020. Infrastructure Canada ne détruira pas le pont par dynamitage, mais plutôt par sections, afin de recycler des matériaux de sa structure, dont le béton, l’acier, le cuivre et l’aluminium. Ottawa espère ainsi pouvoir éponger les coûts liés à la démolition du pont, évalués à 161 millions de dollars.
3 commentaires
  • Josette Allard - Inscrite 22 juillet 2014 04 h 38

    On est mal parti

    Le coût de ce pont semble exorbitant si onle compare au coût du Pont de la Confédération, en actualisant le prix pour tenir compte de l'inflation depuis sa construction.

  • Leclerc Éric - Inscrit 22 juillet 2014 12 h 56

    Et la firme gagnante est...

    Celle qui naturellement aura donné le maximum en contributions politiques à la caisse du PLQ, ou celle dont le pdg est un ami d'un membre infuent du PLQ.

    Y a-t-il présentement un ministre ou un député en vacances dans un camp de pêche d'un proche d'une des firmes en compétition? La réponse sur la photo de la page fronticipice de La Presse ou du Devoir dans quelques semaines ou quelques mois...

  • Donald Bordeleau - Abonné 23 juillet 2014 08 h 54

    Rivière Jupiter.

    Oui, il est présentement sur une grande île à la pêche au saumon. Il aime la chasse à l'oie des neiges.

    Il parait être un homme bon comme l'était jadis Applebeaum.