La corruption, une «maladie sociale et politique», selon trois professeurs

Les trois auteurs du mémoire craignent que la juxtaposition des instances de lutte contrela corruption — l’inspecteur général de Montréal, Denis Gallant (notre photo) et le vérificateur général — entraîne une concurrence néfaste entre elles.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les trois auteurs du mémoire craignent que la juxtaposition des instances de lutte contrela corruption — l’inspecteur général de Montréal, Denis Gallant (notre photo) et le vérificateur général — entraîne une concurrence néfaste entre elles.

La corruption n’est pas le seul fruit de quelques « pommes pourries ». C’est une véritable « maladie sociale et politique » qu’il faut combattre par une bonne dose de démocratie participative.

 

Dans un mémoire déposé à la commission Charbonneau, trois professeurs en philosophie (Marc-Antoine Dilhac, Christian Nadeau et Pierre-Yves Néron) invitent les entreprises privées et les titulaires de charges publiques à en faire plus dans la lutte contre la corruption.

 

Si les entreprises croient sincèrement à la saine concurrence et au libre marché, elles doivent se doter d’une « norme anticorruption », calquée sur la norme ISO, afin de faire respecter les règles du libre marché.

 

« Par souci de cohérence, le milieu des affaires aurait intérêt à en faire beaucoup plus pour lutter contre la corruption, pour participer à la création d’un environnement sain de concurrence économique », écrivent les trois éthiciens.

 

Les élus doivent également cesser d’imputer la responsabilité de la corruption à une poignée de « pommes pourries ».

 

Cette analogie facile à comprendre a l’avantage d’évacuer toute forme de remise en question du système et des règles du jeu. « On peut cibler et condamner des individus “ corrompus ”, mais il est plus difficile de penser la corruption de nos institutions »,constatent MM. Dilhac et Nadeau, deux professeurs de philosophie à l’Université de Montréal, et M. Néron, leur homologue de l’Université catholique de Lille.

 

Pour les trois auteurs, la corruption est « un virus » qui se développe dans des institutions dysfonctionnelles, au sein desquelles il y a trop d’occasions de contourner les règles. En ce sens, la corruption relève à la fois d’une responsabilité individuelle et collective.

 

La souche du virus est tenace, principalement parce qu’il y a un effritement de la reddition des comptes, un déclin de la représentativité politique, un accroissement du pouvoir discrétionnaire des élus dénoncé de longue date par le vérificateur général, et une perte généralisée d’expertise dans des institutions clés telles que le ministère des Transports.

 

Des progrès

 

Selon Marc-Antoine Dilhac, le Québec est à l’avant-scène du combat mondial contre la corruption. « On affronte la corruption comme aucun autre pays ne l’a fait », dit-il en entrevue.

 

L’intérêt que la société civile porte à la lutte contre la corruption est sain. Les chercheurs voient d’un bon oeil les travaux de la commission Charbonneau ; sa mise en place est à la fois « un symptôme » de la gravité de la maladie qu’est la corruption et « une réponse qui témoigne de la vitalité de la démocratie québécoise ».

 

L’État doit profiter de l’occasion pour accroître la place de la démocratie participative. Des commissions citoyennes et des comités d’experts pourraient accompagner les élus, pour les conseiller dans la prise de décision, comme c’est le cas dans certains pays européens.

 

La démocratie participative, c’est comme ajouter un gardien pour surveiller le gardien, explique M. Dilhac. Elle permet de remédier en partie aux lacunes dans la reddition des comptes, et de tempérer le pouvoir discrétionnaire des élus.

 

Mise en garde

 

Les trois auteurs mettent l’État en garde contre la recherche de solutions faciles. À leur avis, les élus devraient être plus modestes et plus efficaces dans la lutte contre la corruption, en gardant àl’esprit que « les solutions miracles sont le plus souvent des solutions mirages ».

 

À titre d’exemple, ils évoquent la création du poste d’inspecteur général à Montréal. Le vérificateur général aurait pu assumer certaines de ces nouvelles responsabilités. Les auteurs craignent que la juxtaposition des instances de lutte contre la corruptionentraîne une concurrence néfaste entre elles.

 

Si la lutte contre la corruption est trop radicale et trop rigide, elle risque par ailleurs d’engendrer des effets pervers : pertes d’efficacité dans les entreprises et cynisme de la population devant la multiplication des affaires louches. « Il ne peut quand même pas y avoir un policier derrière chaque citoyen et une escouade derrière chaque entreprise », lance Marc-Antoine Dilhac.

 

Selon lui, le Québec fait fausse route en faisant une fixation sur les cadeaux modestes (bouteilles de vin et billets de hockey) que s’échangent les hommes d’affaires. Il faut plutôt s’attaquer aux dérives systémiques, et les sanctionner avec célérité.

 

Les auteurs n’acceptent pas que les dirigeants d’institutions publiques ou de sociétés privées se réfugient derrière leur ignorance pour excuser les dérives systémiques. « L’ignorance, même de bonne foi, constitue en soi une faute », estiment-ils.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

13 commentaires
  • Gaston Langlais - Inscrit 16 juillet 2014 07 h 22

    Ëtre honnête aujourd'hui...

    Bonjour,

    À la lumière des révélations de toutes les sources possibles, en particulier de la Commission Charbonneau, on doit malheureusement conclure que dans un monde aussi corrompu qu'au Québec et au Canada, l'autoroute de l'honnêteté pour le nom de "faillite" pour ceux et celles qui l'empruntent.

    Gaston Langlais - Gaspé.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 16 juillet 2014 09 h 02

      l'autoroute de l'honnêteté...ensuite je ne comprends pas très bien ce que vous voulez dire...omission d'un mot?

    • Gaston Langlais - Inscrit 16 juillet 2014 09 h 10

      Petite correction - Merci.

      ...l'honnêteté PORTE le nom de "faillite"...

      Gaston Langlais - Gaspé.

  • Pierrette Renaud - Inscrit 16 juillet 2014 09 h 21

    Ce que notre classe politique nous pousse à faire

    travail au noir, services payés comptant pour ne pas payer de taxes, faire du troc ou échange de biens matériels pour ne pas engraisser leurs amis, frauder le système pour éviter de payer le plus d'impôts possible... en tout cas nous en avons eu la preuve cette semaine avec la gloutonnerie de nos médecins-politiciens.

  • Jean Lapointe - Abonné 16 juillet 2014 10 h 10

    Le modèle médical n'est peut-être pas le plus indiqué.

    «La corruption n’est pas le seul fruit de quelques « pommes pourries ». C’est une véritable « maladie sociale et politique » qu’il faut combattre par une bonne dose de démocratie participative.»

    Encore le modèle adopté par la médecine. Je me demande s'il est vraiment approprié dans ce cas-ci.

    Si on parle de «maladie sociale et politique» cela laisse entendre qu' une guérison éventuelle permanente pourrait être envisagée.

    Pouvons-nous penser changer la nature humaine?

    Cela ne veut pas dire qu' il n'y aurait rien a faire mais que la façon d'aborder actuellement le problème ne serait peut-être pas la plus indiquée.

    C'est que dans ce cas-ci nous sommes tous concernés. Ce n'est pas un problème extérieur à nous comme le sont les maladies pour les médecins.

    Les médecins tentent de soigner leurs malades mais eux continuent à vivre comme s'ils n'étaient pas concernés. Ils ont une approche technocratique.

    Je doute fort que la corruption puisse être «soignée» de la même façon.

    Nous sommes tous concernés sans exception. Nous faisons partie du problème.

  • Martine Fortin - Inscrite 16 juillet 2014 10 h 20

    Mon père me disait...

    C'est payant d'être honnête. Mais avec l'âge, j'ai constaté que c'est payant aussi d'être corrompue, menteuse et voleuse. Ce que je ne suis pas grâce à l'éducation de mes parents.

    Je pense qu'en politique, les faibles d'esprit seront portés à être corrompus pour s'enrichir rapidement... depuis 2003, des faibles, on en a juste trop en politique.

    • Rodrigue Guimont - Inscrit 16 juillet 2014 12 h 32

      Ce n'est une question de "faiblesse d'esprit" comme vous dites mais de conscience, "la faiblesse d'esprit" n'est pas synonyme arriération mentale. Les gens facilement corruptibles sont souvent très intelligents.

  • Guy Desjardins - Inscrit 16 juillet 2014 10 h 28

    L' honnêteté et la confiance aujourd'hui?

    Les temps ne sont plus comme avant. Une poignée de main sufisait pour une entente. Les seules poignées de main aujourd'hui se résultent dans le temps des élections avec mains... molles. Par la suite, rendu au pouvoir, on ne rappelle plus d'avoir serrer des mains et on entre dans la grande tour d'ivoire pour ne plus rien voir, de peur de se voir dire que les promesses tenues ne tiennent plus. Et le petit peuple se demande s'il a fait un mauvais rêve. Mais se rend bien compte lorsqu'il reçoit ses comptes de taxes qu'il c'est fait jouer encore un autre fois par des assoiffés de $$$. Et la vie continue. C'était vraiment un mauvais rêve. L'honnêteté aujourd'hui se résume à des promesses dans le vent.