Couillard se rétracte, après avoir laissé planer des doutes

Le document diffusé mardi par le cabinet de M. Couillard rappelle que des travaux préparatoires sont déjà en cours sur les chantiers 3 et 4 de la Romaine, dont les dates de mise en service sont respectivement prévues en 2017 et en 2020.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le document diffusé mardi par le cabinet de M. Couillard rappelle que des travaux préparatoires sont déjà en cours sur les chantiers 3 et 4 de la Romaine, dont les dates de mise en service sont respectivement prévues en 2017 et en 2020.

Le premier ministre Philippe Couillard s’est rétracté mardi après avoir remis en question le parachèvement des phases finales d’un complexe hydroélectrique en construction sur une rivière de la Côte-Nord.

À peine 24 heures après avoir laissé planer un doute sur le chantier de la Romaine, M. Couillard a diffusé un communiqué pour corriger le tir, alors que l’opposition péquiste l’invitait déjà à le faire.

De passage au New Hampshire où il a participé à une conférence sur l’énergie lundi, M. Couillard avait affirmé qu’il fallait terminer les phases 1 et 2 du complexe avant de décider s’il fallait poursuivre avec les phases 3 et 4.

Le chantier de 6,5 milliards de dollars, qui doit s’étaler jusqu’en 2020, avait été lancé en 2009 par l’ancien premier ministre Jean Charest.

Le document diffusé mardi par le cabinet de M. Couillard rappelle que des travaux préparatoires sont déjà en cours sur les chantiers 3 et 4 de la Romaine, dont les dates de mise en service sont respectivement prévues en 2017 et en 2020.

« Comme je l’ai mentionné [lundi], les surplus énergétiques du Québec sont un avantage énorme qui nous permet notamment de sécuriser notre approvisionnement énergétique, d’attirer des entreprises chez nous, de créer des emplois et d’exporter une énergie propre et renouvelable à l’extérieur du Québec », a déclaré le premier ministre dans le communiqué.

Lors d’un point de presse à Bretton Woods lundi, M. Couillard avait affirmé que le parachèvement des phases 3 et 4 serait décidé à la lumière d’une étude qui doit permettre de savoir si les surplus d’électricité d’Hydro-Québec doivent servir au développement économique du Québec ou à l’exportation.

« Pour développer les prochaines phases, on n’est pas là encore, on va finir ce qui est en cours actuellement », avait-il dit.

Le chef intérimaire péquiste Stéphane Bédard avait exigé que M. Couillard dissipe rapidement les doutes qu’il laissait planer sur l’avenir du chantier, qui risquaient déjà de causer des mises à pied sur la Côte-Nord, à son avis.

Selon M. Bédard, la construction de quatre centrales sur la rivière Romaine, un projet en cours de réalisation, est importante parce que ces infrastructures vont générer des revenus pour Hydro-Québec grâce à la vente d’électricité.

M. Bédard a affirmé que M. Couillard commettrait une grave erreur en décidant de limiter les travaux aux phases 1 et 2, actuellement en cours, alors que deux autres phases sont prévues.

« On a besoin de grands travaux actuellement, dans l’Est, dans le Nord, partout au Québec, a-t-il dit en entrevue téléphonique. Et là, c’est des travaux qui vont donner des revenus en plus. Ce n’est pas faire des viaducs. »

 

6 commentaires
  • Francois Parent - Inscrit 15 juillet 2014 07 h 37

    Le monde nous envie ?

    Couillard nous chante la pomme. Les État-Unis ne sont même pas intéressé à acheter notre électricité au prix coûtant. Le monde nous envie la honte.

    • Julie Carrier - Inscrite 15 juillet 2014 09 h 47

      Oui, un vrai chanteur de pomme, mais ça ne marche pas avec moi.

  • Jacques Morissette - Inscrit 15 juillet 2014 09 h 09

    Si ce que je lis est exact?

    M. Couillard, en tant que PM, semble plus posé que certains de ses prédécesseurs. Je dis cela dans la mesure où ce que je lis n'est pas tronqué par des intentions politiques qui se cacheraient derrière tout ça.

  • Rodrigue Guimont - Inscrit 15 juillet 2014 10 h 33

    Raison ou prétexte?


    Pas certain que la véritable raison soit de terminer avant tout les phases 1 et 2 avant d'entreprendre les phases 3 et 4.

    Élément majeur du Plan Nord élaboré sous les libéraux, Il faut se rappeler que l'UPAC est maintenant mêlé au dossier et qu'il vérifie et contrevérifie tous les documents concernant les contrats donnés par HydroQuébec afin de voir qui exactement a bénificié des avantageux contrats gouvernementaux sous le gouvernement Charest.

  • Donald Bordeleau - Abonné 15 juillet 2014 20 h 28

    UPAC au trousse des firmes à la Romaine.

    Mauvaise décisions, il vaut mieux avoir les industries ici pour se développer que de donner à rabais notre électricité.

    Nous avons une chance, mais il faut de la vision.

    Pas de vision pour une ligne vers les USA de 1.4 milliards ou encore 300 millions pour unae ligne vers l'Ontario afin de vendre à rabais pour 20 ans notre électricité.

    Se sont les Ontariens et Américains qui seront plus riche.

    Selon l'historique de Hydro sur les extras, la Romaine aura couté 8.2 milliards.

    L'UPAC ne fera pas effet ici, malheureusement.

  • Guy Desjardins - Inscrit 16 juillet 2014 18 h 21

    Que c'est ça?

    M. Couillard se rétracte et sur la même "swing"sa ministre des Relations internationales Christinne St Pierre fait de mëme? Ça ressemble au PQ en giriboire. J'ai l'impression que c'est un virus. Il faudrait en parler au trio Libéraux de médecins. À trois, il pourraient trouver possiblement l'antidote... si c'est payant...naturellement.