Entrepreneurs mais aussi solliciteurs de fonds pour le PLQ

Violette Trépanier ne faisait pas un suivi pour savoir quel métier avaient les donateurs, à savoir s'ils étaient ingénieurs ou entrepreneurs susceptibles d'obtenir un contrat du gouvernement.
Photo: CEIC Violette Trépanier ne faisait pas un suivi pour savoir quel métier avaient les donateurs, à savoir s'ils étaient ingénieurs ou entrepreneurs susceptibles d'obtenir un contrat du gouvernement.

Éclaboussés devant la commission Charbonneau, visés par des enquêtes de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) ou encore identifiés comme membres d’un cartel se partageant les contrats d’infrastructure à Montréal, de nombreux ingénieurs et entrepreneurs ont également, et en toute légalité, sollicité des fonds pour le Parti libéral du Québec (PLQ).

Les Zambito, Catania, Sauriol et Borsellino de ce monde ont tous été mandatés par le PLQ afin de solliciter des fonds au nom du parti, a révélé mercredi la Commission d’enquête sur l’industrie de la construction (CEIC), lors de sa dernière journée d’audiences avant la pause estivale.

À titre de solliciteurs de fonds accrédités, les entrepreneurs en construction Paolo Catania (on n’a pu savoir s’il s’agissait du Paolo Catania de CatCan ou de Constructions Frank Catania), Giuseppe Borsellino, de Petra, Giuseppe Borsellino, de Garnier, et Lino Zambito, d’Infrabec, ont amassé des fonds au nom du parti au pouvoir, a révélé le procureur de la CEIC pendant l’interrogatoire de Violette Trépanier, directrice du recrutement et du financement de la formation politique, de 2001 à 2013.

Génie-conseil

Le monde du génie n’est pas en reste. Des représentants de grandes firmes québécoises, tels France Michaud et Marc-Yvan Côté, de Roche, Rosaire et Jean-Pierre Sauriol, de Dessau, et Riadh Ben Aïssa, de SNC-Lavalin, ont aussi été désignés par Mme Trépanier afin d’organiser des activités de financement ou de solliciter directement des donateurs, selon ce que démontrent des documents dévoilés mercredi et datés de 2007, 2008 et 2009.

« Ce sont tous des gens qui ont été mentionnés soit dans des enquêtes, soit ici devant la commission », a souligné Me Paul Crépeau. Certains, comme Riadh Ben Aïssa, font même face à des accusations dans le dossier du Centre universitaire de santé McGill. Il croupit actuellement dans une prison suisse en lien avec des accusations de corruption, de fraude et de blanchiment d’argent en Afrique du Nord, une opération dans le cadre de laquelle il aurait détourné près de 120 millions.

Révélations troublantes

Devant une témoin aphone, la juge France Charbonneau s’est emportée. « Vous ne trouvez pas ça troublant que le PLQ, au pouvoir, donnait des certificats [de sollicitation], alors qu’en même temps les ministères des Transports et des Affaires municipales [leur octroyaient de nombreux contrats] ? C’était pas troublant ou malsain pour vous de les nommer solliciteurs ? » Violette Trépanier a fini par reconnaître que tout cela était « troublant ». « Je suis extrêmement déçue », a-t-elle dit.

Elle n’était pas au bout de ses peines : la CEIC a poursuivi en démontrant que ce sont les ingénieurs qui, toutes professions confondues, sont les plus généraux donateurs du PLQ. Des 55 millions de dollars de contributions politiques pour lesquels on a pu identifier la profession des donateurs, de 1996 à 2011, tout près de 10,2 % ont été consentis par des ingénieurs. Une proportion anormalement élevée, a relevé Me Crépeau. « Pour chaque dollar donné par un vétérinaire, un ingénieur en donne cent. »

Mme Trépanier a affirmé qu’elle n’effectuait pas de recherche afin de connaître le secteur d’activité des donateurs. « On n’avait pas d’arrière-pensée. On avait des solliciteurs et des contributeurs de partout dans la société. »

« Pour vous, c’était ça : on ramasse de l’argent, peu importe d’où il vient ? », lui a lancé France Charbonneau. « De façon légale, oui », a répliqué celle qui fut aussi ministre sous Robert Bourassa.

À une témoin qui répétait que le PLQ sollicitait des individus et non des firmes de génie et de construction, le procureur a répondu en produisant divers courriels et documents prélevés à même son ordinateur. Dont un tableau intitulé « Ingénieurs », où les dons étaient classés par firmes de génie. BPR, CIMA +, Dessau, Roche et Tecsult sont du lot. « Il n’y a même pas de noms attachés [au don], c’est juste la compagnie », a souligné la juge.

« Si c’était à refaire aujourd’hui, on ferait ça différemment. On ferait les mêmes choses, mais on les [les donateurs, NDLR] appellerait autrement. On parlerait des personnes », a répondu sans ambages Mme Trépanier.

Autre élément troublant : l’association libérale de Sherbrooke aurait encaissé un chèque de 3000 $ d’un certain Jean-Robert Pronovost, signé par lui, mais sur lequel le nom et l’adresse situés en haut à gauche ont par la suite été biffés et recouverts d’un autocollant au nom de « Dave Gagnon ». Le PLQ a ensuite émis une carte de membre à M. Gagnon. « Ç’a été déposé par inadvertance […]. C’est une erreur cléricale [sic]. On ne l’a pas vu passer », a opiné Mme Trépanier. 

D’autres irrégularités tout aussi flagrantes ont été relevées au long de la journée, tel ce don, transféré dans les livres du PLQ, fait par un père à sa fille qui, elle, n’avait pas dépassé la limite des dons permis par la loi.

Suite et… fin

Le témoignage de Violette Trépanier devait marquer la fin des interrogatoires de la CEIC, mais la juge Charbonneau a annoncé que ceux-ci reprendraient « au plus tard le 2 septembre ». « Deux ou trois semaines » d’audiences seront encore nécessaires, selon elle. La CEIC souhaite toujours entendre le magnat de la construction Tony Accurso ainsi que Marc Bibeau, proche collaborateur de Jean Charest et grand argentier du PLQ. C’est au plus tard le 19 avril 2015 que les commissaires doivent rendre leur rapport final.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

40 commentaires
  • Sylvain Rivest - Inscrit 25 juin 2014 11 h 19

    rembourser!

    Le PLQ devrait rembourser cette argent perçu illégalement.

    Rien de moins.

    • Josée Duplessis - Abonnée 25 juin 2014 22 h 32

      Tout à fait d'accord et peut-être même des amendes...

    • François Dugal - Inscrit 26 juin 2014 07 h 46

      Désolé, monsieur Rivest, mais selon le PLQ, cette collecte était tout-à-fait légale; n'oubliez pas qu'ils ont toujours raison.

  • Gérard Côté - Inscrit 25 juin 2014 11 h 31

    Oscars de la meilleure interprétation en rapport avec CEIC

    Dans le rôle de la collectrice vertueuse, l'Oscar de la meilleure actrice est remis à Violette Trépanier. Quant à l'Oscar du meilleur acteur, il est remis à Jean Charest pour sa performance toute étoile dans son rôle de chef du Parti libéral (1998 à 2012) qui a permis au parti de collecter 95 millions$ (1996 à 2011). Félicitations aux récipiendaires, ils passeront à l'histoire...

    • Nicole Moreau - Inscrite 26 juin 2014 14 h 07

      je le crois aussi!

    • Marc G. Tremblay - Inscrit 26 juin 2014 22 h 18

      C:est pourtant l'UPAC, mise en place 2 ans auparavant par l'équipe au pouvoir de Jean Charest, qui a donné toutes ses meilleures munitions à la CEIC...

  • Danielle Caron - Inscrite 25 juin 2014 11 h 53

    À quand les arrestations?

    C'est bien beau tout cela, mais qu'est-ce qu'on attend pour arrêter les personnes impliquées? N'y a-t-il pas déjà suffisamment de preuves?

    • Sylvain Auclair - Abonné 26 juin 2014 12 h 16

      Quelles preuves? N'oubliez que rien de ce qui est dit à la commission Charbonneau ne peut être utilisé devant une cour, ou même en conseil de discipline d'un ordre professionnel. Sinon, ce serait forcer des gens à s'incriminer eux-mêmes.

  • - Inscrit 25 juin 2014 12 h 05

    Beaucoup plus grave dérive !!!

    Des entrepreneurs solliciteurs pour un parti ! On ne sollicite pas seulement les entreprises, les entreprises sollicitent pour le parti !

    Ceci veut dire que les entreprises font partie de l'organisation du parti.

    Nous sommes ici en présence d'une véritable osmose entre les intérêts privés et un parti politique, qui doit représenter des citoyens. Il y a ici une très grave dérive de nos institutions politiques !

    • Nicole Moreau - Inscrite 26 juin 2014 14 h 08

      ça commence effectivement à ressembler étrangement à une oligarchie, ce qui n'est pas du tout la même chose qu'une démocratie.

  • - Inscrit 25 juin 2014 12 h 14

    En attendant Godot !

    Dans le cas de Charest, il ne comparaitra vraisemblablement pas devant la commission.

    C'est à mon sens significatif.

    Nous sommes en plein théâtre de l'absurde ! Jean Charest devient le personnage éponyme de la pièce "En attendant Godot". Il est derrière tous les stratagèmes, son ombre plane sur cette commission, mais jamais il n'apparait, jamais il n'apparaitra. Que des Vladimir et des Estragon.

    • Marcel Bernier - Inscrit 25 juin 2014 16 h 31

      Comme disait, je ne me souviens plus qui, on ne veut pas le voir à la télévision, on veut qu'il soit emprisonner.