Les Québécois sont conviés à un grand forum sur l’intimidation

L’animateur Jasmin Roy, à la tête d’une fondation ayant pour mission de lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence faites aux jeunes, constate des améliorations.
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir L’animateur Jasmin Roy, à la tête d’une fondation ayant pour mission de lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence faites aux jeunes, constate des améliorations.

Les Québécois sont mûrs pour une conversation nationale sur l’intimidation, est d’avis le premier ministre Philippe Couillard. Il invite les acteurs de la société civile à un Forum sur la lutte contre l’intimidation le jeudi 2 octobre prochain dans la ville de Québec.

 

Les participants dégageront des pistes d’action en vue de l’élaboration d’un plan gouvernemental attendu en 2015.

 

« En 2014, trop de personnes sont encore atteintes dans leur dignité et voient leur sécurité compromise par un ou des intimidateurs. La question à poser à tous : “ Qu’arriverait-il si une situation comme celle-ci se produisait dans votre propre famille ? Quelle serait votre réaction ? Comment pourriez-vous intervenir ou prévenir ce genre de situation ? ” Toutes ces questions sont légitimes, et c’est la raison pour laquelle notre gouvernement convie la population québécoise à un important exercice de réflexion sur le sujet », a souligné M. Couillard à l’occasion d’une conférence de presse mercredi à l’Assemblée nationale.

 

À ses côtés, la ministre Francine Charbonneau a convié toutes les personnes interpellées par les enjeux de l’intimidation et de la cyberintimidation à partager leurs réflexions, à compter de juillet, sur le site Web du ministère de la Famille. « Cette lutte, le gouvernement ne peut la faire seul », a-t-elle fait valoir.

 

Pas plus de lois

 

Deux ans après l’adoption de la loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école, le gouvernement libéral ne voit pas la nécessité de légiférer afin d’enrayer ce fléau frappant des personnes de tous âges. « On a probablement tous ou toutes pris conscience [de cas d’intimidation], mais on l’a toujours gardé un peu sous le tapis. Une partie de la solution, une grande partie de la solution, vous parlez des lois et des règlements, oui, mais le mettre à la lumière également, ça fait partie de la solution », a dit M. Couillard, persuadé que le Forum incitera la population à discuter ouvertement de « l’intimidation physique, psychologique, émotionnelle, et de ses deux compagnons malheureux : la discrimination ou l’isolement social » dont un grand nombre de Québécois souffrent. « Que ce soit à l’école, dans notre milieu de travail, dans notre vie quotidienne ou sur Internet, personne n’est à l’abri », a souligné le chef du gouvernement.

 

Jasmin Roy, à la tête d’une fondation ayant pour mission de lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence faites aux jeunes, dit observer un « changement majeur de culture » dans les écoles primaires et secondaires depuis l’adoption du projet de loi 56 en dépit d’un « [petit] manque de ressources, d’accompagnement, d’outils pédagogiques ». En effet, la « plupart des écoles » se sont dotées d’un plan d’action. « Maintenant, il faut l’évaluer. […] Est-ce qu’on doit le bonifier ? Il faut travailler là-dessus. Je pense que c’est le prochain “ step ” à faire pour pouvoir avancer », a-t-il dit.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

11 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 19 juin 2014 04 h 38

    L'intimidation «ça» vient d'où?

    N'est-ce d'abord pas un comportement? Qui dit «comportement» dit possible et disponible changement. Comment enrayer en omettant de se demander, comme préalable, «POURQUOI» l'intimidation? Quelles en sont ses origines, ses causes, ses racines voire même ses incitatifs ? Qu'est-ce qui pousse un être humain à user d'intimidation pour «entrer en contacts» avec un autre être humain ? Il s'y trouve certainement un état de déséquilibre à caractère émotionnel, rationnel voire spirituel. Est-il exact de penser et de dire que «tout» vient de soi, part de soi...en premier? Oui, à l'intérieur d'un contexte, d'une situation je m'anime, je m'articule, je bouge, j'agis mais à partir, au préalable, de ma propre personne, de ma dynamique. L'intimidation est une des «marques de commerce» du faible...ce faible qui a besoins de le reconnaître pour modifier son propre comportement.
    Gaston Bourdages - Écrivain-chroniqueur.
    Saint-Mathieu de Rioux, Qc.

  • Yves Côté - Abonné 19 juin 2014 06 h 25

    Je ne sais pas pourquoi mais...

    Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose d'imprécis me donne à penser qu'il s'agit ici d'une belle opération gouvernementale fédéraliste de manipulation de l'opinion publique québécoise ???
    Il y a quelque chose que je n'arrive pas à identifier, mais qui me semble clocher dans ce forum...
    Peut-être suis-je tout simplement trop méfiant de l'actuel gouvernement ? Toutefois, je vous donne quand même mon sentiment là-dessus, pour voir si je suis le seul de mon espèce...
    A la réflexion, peut-être cela vient-il de la déclaration d'un "changement majeur de culture" ?
    Sais pas...???

    • Bernard Plante - Abonné 19 juin 2014 07 h 50

      M. Côté, je crois également qu'il s'agit là d'un bien beau sujet pour qui veut dévier l'attention pendant que les projets pétroliers et miniers se développent en catimini.

      Les jeunes servent systématiquement de paravent au PLQ. Puisque les étudiants ne font plus grève, parlons de l'intimidation chez... les jeunes! Quelle bonne idée!

    • Michel Bédard - Inscrit 19 juin 2014 10 h 12

      Opération gouvernementale fédéraliste de manipulation de l'opinion publique, pense Yves, à Côté de la plaque (pour une rare fois).

      Beau sujet pour qui veut dévier l'attention pendant que les projets pétroliers et miniers se développent, soutient Bernard, qui se Plante allègrement.

      Pourquoi ces indépendantistes (dont je suis) ne pensent-ils pas, et n'ont-ils pas aussi écrit avant l'élection du 7 avril dernier, que le projet de charte des valeurs du PQ ne fut aussi qu'un paravent ou un exercice de manipulation (théorie du PLQ) ?

      Que peut-on faire contre la paranoia ou la manipulation partisane ?

    • Yves Côté - Abonné 19 juin 2014 12 h 04

      Monsieur Plante et Bédard, merci de vos lectures respectives.
      Et lonsieur Bédard, le compliment que vous m'offrez me touche d'autant plus, que vous me donnez aussi l'occasion de garder la tête froide.
      A votre question "Pourquoi ces indépendantistes (dont je suis) ne pensent-ils pas, et n'ont-ils pas aussi écrit avant l'élection du 7 avril dernier, que le projet de charte des valeurs du PQ ne fut aussi qu'un paravent ou un exercice de manipulation (théorie du PLQ) ?", je me permettrai toutefois, et sans prétention aucune, de préciser que c'est ce que j'ai fait à plus d'une reprise dans ses mêmes lignes.
      Position qui m'y a d'ailleurs valut d'être accusé, entre autres, de traîtrise à mon objectif d'indépendance...
      De même, il en fut à l'identique (et sans doute en préalable) avec l'affaire de l'amphithéâtre de Québec. Ce qui, si vous m'en permettez le clin d'oeil, me donna aussi l'occasion de m'habiller des plus chaudement pour l'hiver qui allait venir.
      Ceci-dit, je vous ferai remarquer que mon questionnement de ce matin se terminait volontairement par un très québécois "Sais pas..."
      Acceptez sans rancune que je le précise ici.
      Salutations républicaines, Monsieur.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 19 juin 2014 06 h 29

    … solidarités, de convivialités, de mutualités … !

    “ Qu’arriverait-il si une situation comme celle-ci se produisait dans votre propre famille ? Quelle serait votre réaction ? Comment pourriez-vous intervenir ou prévenir ce genre de situation ? ” (Philippe Couillard, pm, PLQ)

    Belle invitation-initiative que de chercher, dans le cadre d’un Forum national, à réfléchir, comprendre et intervenir sur des questions et situations d’intimidation, de harcèlement, de violence ; une initiative susceptible d’épauler, maintenant et demain, un vivre-ensemble citoyen dynamique, démocratique … sans victimes (ni marginalité ni exclusion) mais ... libre et volontaire !

    De cette initiative-invitation, il est à souhaiter quelques pistes de …

    … solidarités, de convivialités, de mutualités … ! - 19 juin 2014 -

  • Claude Saint-Jarre - Abonné 19 juin 2014 08 h 38

    Intimidation gouvernementale?

    Dans l'agenda, peut-être qu'on pourrait ajouter comme questions s'il est possible quil existe un genre d'intimidation de type gouvernemental ou bien même, provenant d'institutions internationales, genre FMI ou agences de notation, ou bien la loi des Mines, ou bien ou bien la mafia internationale l'équivalent selon Alain Denault à la huitième puissance du G8? Bien sûr, il faut tenir compte d'intimidations d'individus à individus, ce ceux et celles qui n'ont pas beaucoup de pouvoirs politiques, financiers, religieux, sexuels ou autres sortes de pouvoirs que je pourrais oublier.

  • Jacques Morissette - Abonné 19 juin 2014 09 h 09

    Un forum sur l'intimidation.

    Est-ce que les policiers vont être là aussi? En particulier ceux dont la matraque est quasi le prolongement de leur bras.