35 personnalités reçoivent les grands honneurs

Claude Castonguay et Claude Béland ont été faits grands officiers.
Photo: Mathieu Belanger La?Presse canadienne Claude Castonguay et Claude Béland ont été faits grands officiers.

Dans leur domaine respectif, ils sont considérés comme des modèles d’excellence, de détermination et de courage. Ces hommes et ces femmes ont permis au Québec de se développer au cours des dernières années. Pour souligner leur contribution exceptionnelle, le premier ministre Philippe Couillard a honoré 35 personnalités, mercredi après-midi, en leur remettant les insignes de l’Ordre national du Québec à l’Assemblée nationale.

 

Lors de la 29e cérémonie de remise de l’Ordre, une vingtaine de personnes ont d’abord reçu les insignes de « chevalier ». Parmi celles-ci, on retrouve des personnalités connues, dont l’animatrice de radio Monique Giroux, le joueur de hockey Joé Juneau, les artistes Michel Lemieux et Victor Pilon, de même que l’écrivain Georges-Hébert Germain. Des personnalités travaillant davantage dans l’ombre ont aussi été honorées. Parmi elles, on compte le docteur innu Stanley Vollant, l’ancienne présidente de la Place des Arts Marie Lavigne, la présidente d’Afrique Expansion Amina Gerba ou encore la présidente de Solidarité rurale Claire Bolduc.

 

Officiers et grands officiers

 

Le premier ministre Couillard a aussi remis les insignes « d’officier » à 13 personnalités dont l’engagement dans la société québécoise est remarquable. L’écrivain Dany Laferrière, la cinéaste Manon Barbeau, l’ancienne ministre péquiste Louise Beaudoin, l’ancien ministre libéral et constitutionnaliste Benoît Pelletier ont reçu ces honneurs.

 

Deux grands Québécois ont également reçu la plus haute distinction de l’Ordre national. Le père de l’assurance maladie, Claude Castonguay, et l’ancien président du Mouvement Desjardins Claude Béland ont été nommés grands officiers.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Christian Gasse - Inscrit 19 juin 2014 08 h 03

    Moin de décoration plus d'intégrité

    Arrêtons dont de ce décoré avant la fin des travaux de la commission Charbonneaux, on ne sais jammais , par les temps qui courrent l'intégrité de tous et chacun semble très discutable . Moin de décoration et un peu plus de vigueure dans l'intégrité et d'actions concrètes dans l'emplois, la construction d'un pont avant qui nous tombe dessus, cela va de même pour nôtre échangeur qui semble disparaître de jours en jours. Moin de gala et de petage de bretelle et de dirigeant qui se disent satisfaient de leurs travail quant tout vas mal et qu'on est pris avec des dettes . NON , fini les décoration pour ceux qui nous on rendu où on est en ce moment de l'histoire Québécoise. Il est temps franchement temps de travailler et de prendre les bouchées doubles sinon triples. Ç'est pas en brulant des casquettes qu'on avancera ou qu'on payera nos dettes.