La CMM demande au gouvernement de revoir sa position

Projet populaire en temps d’élection s’il en est un, le parachèvement de l’autoroute 19, entre Laval et Bois-des-Filion, aura été promis par les trois principaux partis au cours des dix dernières campagnes électorales.
Photo: MPD01605/CC Projet populaire en temps d’élection s’il en est un, le parachèvement de l’autoroute 19, entre Laval et Bois-des-Filion, aura été promis par les trois principaux partis au cours des dix dernières campagnes électorales.

C’est par résolution unanime que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) demande au gouvernement de revoir sa position dans le dossier du parachèvement de l’autoroute 19, entre Laval et Bois-des-Filion, afin de l’inclure au Plan québécois des infrastructures (PQI). Rappelons que la décision du gouvernement de ne pas inscrire ce projet au PQI 2014-2024 a soulevé l’ire du président de la Coalition pour le parachèvement de l’autoroute 19 et maire de Bois-des-Filion, Paul Larocque. « On s’est fait faire le coup à cinq ou six reprises au cours des 40 dernières années. Penser qu’on va se laisser faire une fois de plus, c’est bien mal nous connaître. »

 

Le président de la CMM et maire de Montréal, Denis Coderre, a insisté sur l’importance de mettre en oeuvre rapidement ce projet déjà « prévu dans le plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) qui a été approuvé par le gouvernement ».

 

La résolution de la CMM fait suite à l’envoi, un peu plus tôt cette semaine, d’une lettre au cabinet du ministre des Transports, Robert Poëti, par laquelle six maires de la Rive-Nord (Blainville, Bois-des-Filion, Lorraine, Rosemère, Sainte-Anne-des-Plaines et Terrebonne) et le maire de Laval réclament une rencontre « en toute urgence » avec le ministre pour faire le point sur le dossier. « Le retrait du projet du PQI 2014-2024 par votre gouvernement nous inquiète au plus haut point et risque de retarder encore une fois la réalisation de cette importante infrastructure routière métropolitaine », peut-on y lire.

 

Projet populaire en temps d’élection s’il en est un, le parachèvement de l’autoroute 19, entre Laval et Bois-des-Filion, aura été promis par les trois principaux partis au cours des dix dernières campagnes électorales. Après son annonce par l’ex-premier ministre Jean Charest en juin 2010, le projet a aussi fait partie des engagements de la plateforme électorale du Parti libéral du Québec (PLQ), du Parti québécois (PQ) et de la Coalition avenir Québec (CAQ) lors de la dernière campagne électorale.

 

Quelques jours avant son élection à titre de premier ministre du Québec, le chef du PLQ, Philippe Couillard, alors de passage sur la Rive-Nord, avait affirmé que le chantier attendu de l’autoroute 19« allait continuer d’avancer au lendemain des élections ».

 

Parallèlement, le projet vient de franchir la première période de consultation du BAPE (Bureau des audiences publiques de l’environnement). Le gouvernement devrait annoncer prochainement s’il entendtenir des audiences publiques.

 

Premier projet de développement routier au Québec à prévoir, à même son élaboration, les voies réservées au transport collectif, le chantier du parachèvement de l’autoroute 19, tel que présenté lors d’une séance d’information tenue par le BAPE, en mai dernier, est assorti d’une enveloppe budgétaire de 500 à 600 millions de dollars. Le chantier devait débuter en 2016. On parle maintenant de 2018.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 14 juin 2014 08 h 32

    Non à la 19 !

    Pour une fois (qui n'est pas coutume) que des politiciens, de plus libéraux, prennent une bonne décision (défavorable à l'étalement urbain), applaudissons-les plutôt ! Ce n'est pas un maigre 20% des investissements du MTQ qui devrait aller au transport collectif mais 50%. En effet, la grande région de Montréal compte environ 50% de la population du Québec, et sa part de l'investissement du MTQ devrait être consacrée totalement au transport collectif. (Un Longueuillois qui préférerait un prolongement de la ligne jaune, des voies réservées aux bus sur le Boul. Taschereau et ailleurs et plus de passerelles pour piétons et vélos plutôt qu'un élargissement des routes 132, 112, 116, 20, 30 et autres.)