Bloc: Landry appuie Mario Beaulieu

L’ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste Mario Beaulieu
Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir L’ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste Mario Beaulieu

L’heure du choix a sonné au Bloc québécois, alors que 19 000 membres pourront voter à compter de mercredi pour choisir un nouveau chef. Signe des temps : ils avaient été plus de 36 000 à pouvoir voter après la démission de Gilles Duceppe.

Le nombre de membres actifs au Bloc québécois a donc diminué de plus de 45 % depuis décembre 2011, révèle un petit comparatif fait par Le Devoir. Quand Daniel Paillé avait été élu, 36 300 membres s’étaient qualifiés pour participer au vote, et 14 000 d’entre eux (38 %) avaient pris la peine d’exprimer leur choix (soit par la poste ou en personne).
 
Cette année, les membres habilités à voter pourront le faire par téléphone entre mercredi et vendredi. Le nom du nouveau chef — soit Mario Beaulieu, soit André Bellavance — sera dévoilé samedi matin.
 
Lundi, M. Beaulieu a dévoilé la liste de ses appuis, enrichie d’un ténor du mouvement souverainiste. L’ancien premier ministre Bernard Landry a en effet choisi de se ranger derrière la candidature de l’ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste et du Mouvement Québec français. « Ce sont des individus [comme Mario Beaulieu] dont nous avons besoin pour relancer le combat vers l’indépendance nationale », a soutenu M. Landry dans une vidéo présentée à la vingtaine de partisans présents.
 
La liste des appuis publics de M. Beaulieu comprend autrement les noms de l’ancien député péquiste Pierre Curzi, de la comédienne Lucie Laurier, de l’écrivain Yves Beauchemin, des ex-ministres péquistes Matthias Rioux, Rémy Trudel et Richard Le Hir, ainsi que d’une cinquantaine d’autres personnalités. L’aile jeunesse du Bloc québécois l’appuie également.
 
M. a dit croire qu’il a « d’excellentes chances de gagner » la course qui l’oppose au député Bellavance. « J’ai recueilli 2000 signatures en une semaine », a rappelé celui qui souhaite « remettre à l’avant-plan la souveraineté » dans le discours bloquiste. Malgré le peu d’intérêt médiatique suscité par l’actuelle course au leadership, M. Beaulieu promet qu’il réussira à faire adhérer 50 000 nouveaux membres au Bloc d’ici un an.
 
M. Bellavance peut, de son côté, compter sur l’appui du caucus bloquiste, de Vivian Barbot (ancienne vice-présidente du parti à l’époque de Gilles Duceppe), de 21 présidents d’association du Bloc québécois et de 66 jeunes membres du parti.

19 000
Nombre de membres que compte actuellement le BQ
8 commentaires
  • François Ricard - Inscrit 10 juin 2014 05 h 22

    Boycottons Ottawa

    Il est temps que tout le monde, fédéralistes comme indépendantistes, nous dise la vérité.
    Constater tout simplement que depuis 150 ans toutes nos actions à Ottawa sont demeurées stériles. Pour la bonne et unique raison que nous sommes en minorité et que nous serons, pour l'éternité, en minorité à Ottawa.
    Nous ne faisons que donner légitimité à cette majorité qui prétend, parce que l'on nous laisse gueuler, que nous sommes partie prenante des décisions.
    En fait, politiquement parlant, nous sommes, à Ottawa, la mouche proverbiale du coche. Et, nous tirons orgueil de ce rôle clownesque.
    Débarrassons-nous de ce déni d'être une minorité et mettons fin à l'illusion que nous sommes importants à Ottawa où c'est la majorité, le ROC, qui décide de tout.

    • Marko Werger - Inscrit 10 juin 2014 14 h 31

      Oui, absolument : chaque fois qu'Ottawa vous envoie de l'argent, refusez-le, en disant: "Nous boycottons Ottawa".

      Simple, n'est-ce pas ?

  • Pierre Schneider - Abonné 10 juin 2014 08 h 07

    Pour promouvoir le pays

    J'appuie Mario Beaulieu parce qu'il s'engage à faire la promotion de l'Indépendance et de la République avant, pendant et après les élections.

    En remettant 50% de son salaire de député pour cette pédagogie qui s'impose, il démontre qu'on peut se servir de l'argent d'Ottawa pour combattre le système néo colonial.

    Après la victoire crève-coeur du 7 avril, les Québécois devront se ressaisir et se dire "On vote en bloc pour le Bloc".

    En attendant la République...

    • François Ricard - Inscrit 10 juin 2014 11 h 35

      Je m'engage à voter pour le Bloc si chacun de ses candidats s'engagent à dénoncer haut et fort notre état minoritaire débilitant en cette fédération frauduleuse.

  • Jacquelin Bergeron - Inscrit 10 juin 2014 09 h 41

    Pauvre M. Beaulieu

    Il ne lui manque plus que l'appui de M.Parizeau pour couler à pic.

  • Réjean Dumais, ing. - Inscrit 10 juin 2014 09 h 53

    Il ne manque qu’une promesse...

    Bonjour !
    Celle que le Bloc ne sera que 4 ans à Ottawa.
    Il faut se rappeler quelque chose à ce sujet, mais cette fois-ci, il importe de prévoir ce qu’on doit faire pendant ces 4 ans.
    En fait, moi je suggère d’utiliser ce temps pour qu’une Assemblée constituante se mette en place au Québec et qu’une Constitution soit proposée, et ce, avant les prochaines élections québécoises de 2018.
    J'epère qu'il n'y a pas que Québec solidaire qui croit à la Constituante !
    Bonne journée !

  • Réjean Dumais, ing. - Inscrit 10 juin 2014 09 h 57

    Il ne manque qu’une promesse !

    Bonjour ! ''désolé pour la coquille dans le précédent commentaire !''

    Celle que le Bloc ne sera que 4 ans à Ottawa.
    Il faut se rappeler quelque chose à ce sujet, mais cette fois-ci, il importe de prévoir ce qu’on doit faire pendant ces 4 ans.
    En fait, moi je suggère d’utiliser ce temps pour qu’une Assemblée constituante se mette en place au Québec et qu’une Constitution soit proposée, et ce, avant les prochaines élections québécoises de 2018.
    J'espère qu'il n'y a pas que Québec solidaire qui croit à la Constituante !
    Bonne journée !

    • François Ricard - Inscrit 10 juin 2014 12 h 16

      En effet, il semble bien qu'il n'y a que QS a croire aux vertus de la constituante.
      Pourquoi les principaux partis indépendantistes ne s'entendit-il pas sur un projet fondamental de pays? Plus simple. Plus rapide.
      Mais ce n'est pas demain la veille...Surtout quand les préoccupations électoralistes prennent le pas sur le bien de la nation.