Le VG fournit des munitions aux libéraux

Apportant de l’eau au moulin du gouvernement Couillard, le vérificateur général du Québec par intérim, Michel Samson, conclut que le dernier budget péquiste était incomplet, occultant qu’il y avait pour près de 4 milliards « d’efforts à fournir » pour limiter à 1,75 milliard le déficit en 2014-2015.

 

« C’est un portrait incomplet, c’est certain […] très incomplet », a dit Michel Samson du budget déposé en février par le ministre des Finances du gouvernement précédent, Nicolas Marceau. Cela dénote, à son avis, un problème « d’imputabilité et de transparence. »

 

À la veille de la présentation du premier budget signée par Carlos Leitao, le VG a dévoilé mardi son rapport spécial, commandé par le gouvernement libéral le 24 avril dernier, sur l’évolution du solde budgétaire du gouvernement pour 2014-2015. Ce rapport suit son autre rapport, rendu public en février, qui portait sur la mise à jour économique et financière présentée en novembre par Nicolas Marceau.

 

« On est à l’heure des choix difficiles », a affirmé Michel Samson. En février, il avait plaidé pour le recours à des « mesures structurantes », ce qu’il a répété mardi. « Nous ne sommes plus à l’heure des mesures ponctuelles », comme le gel de l’embauche dans la fonction publique, a-t-il prévenu. « Il y a vraiment une réflexion profonde qui va devoir être enclenchée. »

 

Pour son rapport précédent, le VG avait demandé d’obtenir la somme des demandes des ministères, soit « le coût de reconduction des programmes » ; le ministère des Finances avait refusé que le Conseil du trésor lui fournisse cette donnée. Cette fois-ci, le gouvernement Couillard lui a refilé l’information. « À notre connaissance, ces données-là n’ont jamais été publiées par quelque gouvernement que ce soit », a souligné Michel Samson.

 

Les besoins formulés par les ministères et reconnus par le Conseil du trésor dépassent largement l’objectif de croissance des dépenses que s’était fixé le gouvernement Marois, soit 2 %. Pour l’ensemble des ministères, ces demandes se traduisent par une croissance des dépenses de 6,7 %. Cet écart explique l’essentiel de l’impasse de 4 milliards. Ces demandes comprennent tous les engagements annoncés par le gouvernement précédent, comme sa politique économique et la bonification de l’aide sociale (349 millions) ainsi que l’assurance autonomie (110 millions). Les coûts de la catastrophe de Lac-Mégantic (112 millions) en font également partie.

 

La croissance des dépenses vient aussi des hausses croissantes de salaires consenties aux employés de l’État qui ont obtenu 0,5 % en 2010-2011, mais 2 % en 2014-2015, dernière année de leurs conventions collectives. L’augmentation de la rémunération des médecins, de 7 % pour l’année en cours, a elle aussi suivi une courbe ascendante. « On a repoussé des décisions pendant plusieurs années, et ça nous rattrape », a constaté Michel Samson, qui égratigne ainsi au passage le gouvernement Charest, responsable de la conclusion de ces ententes.

 

Commande politique ?

 

Avec la production de ce rapport accablant pour le gouvernement péquiste, Michel Samson s’est dit incapable d’affirmer s’il remplissait ou non une commande politique. « Je ne suis pas en mesure de répondre à votre question », a-t-il répondu à un journaliste, ajoutant que lorsqu’il réalise pareil mandat, ses interlocuteurs, c’est l’appareil administratif, les sous-ministres et les sous-ministres adjoints.

 

Pour le premier ministre Philippe Couillard, le rapport du VG « montre l’ampleur du défi qui est devant nous ». De son côté, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a réagi avec virulence en accablant le gouvernement péquiste. « C’est un faux budget », a-t-il dit du dernier budget Marceau. « C’était un gouvernement qui était animé par le manque de transparence, le cynisme, obsédé par son élection possible, obsédé par la nécessité pour lui d’avoir une majorité, a-t-il affirmé. C’est clair pour tout le monde, l’objectif était strictement de lancer la machine référendaire. »

 

L’ex-président du Conseil du trésor et actuel chef de l’opposition péquiste, Stéphane Bédard, ainsi que l’ex-ministre des Finances, Nicolas Marceau, voient dans le dernier rapport du VG une commande politique de la part du gouvernement Couillard. « C’est une évidence », estime M. Marceau.

 

Chaque année, les ministères fournissent au Conseil du trésor une liste de leurs besoins, ont-ils signalé. Selon Nicolas Marceau, des écarts importants comme celui constaté par le VG existaient en 2012-2013 et 2013-2014, « ce qui a forcé le gouvernement, et en particulier le président du Conseil du trésor, à faire des choix à la suite de consultations auprès des collègues. C’est normal. C’est habituel ». Ainsi, le gouvernement Marois a dû résorber une impasse de 1,6 milliard en sept mois à son arrivée et il serait parvenu à afficher un déficit de 2,5 milliards n’eût été les imprévus de près de 600 millions constitués d’une révision du passif des régimes de retraite des employés de l’État et les coûts de l’accident de Lac-Mégantic. « La seule différence [avec les] libéraux avant nous, c’est que nous, on a atteint nos cibles. Alors, je les invite à se donner des cibles crédibles. C’est ce qui va faire en sorte que les marchés financiers vont nous croire. Si les cibles ne sont pas crédibles, eh bien, on va avoir une décote », a déclaré Stéphane Bédard.

À voir en vidéo