Québec veut explorer jusqu’au bout la filière pétrolière sur l’île d’Anticosti

L’EESS à l’île d’Anticosti contribuera à alimenter l’évaluation environnementale stratégique globale (EESG) sur la filière des hydrocarbures, pétrole et gaz de schiste y compris.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir L’EESS à l’île d’Anticosti contribuera à alimenter l’évaluation environnementale stratégique globale (EESG) sur la filière des hydrocarbures, pétrole et gaz de schiste y compris.
Le gouvernement libéral donne son aval au programme de travaux d’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti tout en commandant une évaluation environnementale stratégique spécifique (EESS).

Les sociétés Pétrolia et Corridor Resources pourront effectuer au cours de l’été une quinzaine de sondages stratigraphiques conformément à l’entente conclue avec le gouvernement péquiste à la veille du scrutin du 7 avril dernier. « [Dans ces activités d’exploration nécessitant un investissement de 55 millions de dollars], il n’y a pas de fracturation hydraulique, c’est juste du carottage », a précisé la sous-ministre associée à l’Énergie, Suzanne Lévesque.

« Les travaux feront l’objet d’un suivi rigoureux », a fait valoir le ministre de l’Environnement, David Heurtel, lors de la présentation du plan d’action gouvernemental sur les hydrocarbures vendredi dans la région de la capitale nationale. « Exploration n’est pas synonyme d’exploitation », a-t-il ajouté.

L’équipe de Philippe Couillard se réserve le droit de demander à Pétrolia et à Corridor Resources de surseoir au forage de trois puits exploratoires avec fracturation hydraulique sur l’île d’Anticosti à la lumière d’une EESS, dont les résultats sont attendus en mars 2015.

Elle n’écarte pas la possibilité de torpiller à ce moment-là le contrat conclu entre les sociétés d’exploration pétrolière et le gouvernement péquiste en mars dernier. Pour l’instant, « on vit avec cette entente-là », a indiqué le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand. « Il n’y a pas de litige avec nos partenaires. »

En poursuivant le programme de travaux établi par le PQ, le PLQ joue-t-il à « Loto-pétrole » avec l’argent des Québécois ? « Il faut savoir s’il y a un potentiel ou non », a rétorqué M. Arcand.

L’EESS à l’île d’Anticosti contribuera à alimenter l’évaluation environnementale stratégique globale (EESG) sur la filière des hydrocarbures, pétrole et gaz de schiste y compris. Le transport des hydrocarbures — dont le pétrole issu des sables bitumineux — sera aussi analysé. Le ministre Arcand attend le rapport de l’EESG en 2015, après quoi il promet de déposer un projet de loi « complet » et « intégré » sur les hydrocarbures.

Par le biais de cette nouvelle EES, les libéraux tentent d’enfoncer la pertinence du développement du gaz de schiste dans le crâne des Québécois, soupçonne l’opposition officielle. « Après deux BAPE, puis une EES, on va commander une deuxième EES, jusqu’à temps que vous soyez convaincus. Les gens, ils n’en veulent pas ! » a lancé le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville. « On n’est pas dupes. Les libéraux souhaitent relancer la filière schiste dans la vallée du Saint-Laurent », a-t-il déploré.

Aujourd’hui, le projet de relancer l’exploration du gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent ne bénéficie pas de l’« acceptabilité sociale », a convenu M. Arcand.

Greenpeace partage les inquiétudes du Parti québécois. « Les annonces d’aujourd’hui laissent la porte ouverte à l’exploitation des énergies sales, alors que le Québec doit rapidement s’en départir et devenir un leader des énergies vertes. »

Reprise des activités de Pétrolia à Gaspé ?

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, fera connaître un règlement sur le prélèvement des eaux et de leur protection au cours du prochain mois, ce qui permettra vraisemblablement à Pétrolia de relancer ses activités à son puits Haldimand 4 à Gaspé. Le règlement fixera notamment des distances sécuritaires entre les puits de forages et les sources d’eau potable. « C’est un règlement qui va rassurer […] notamment à Gaspé », a-t-il fait valoir. La Fédération québécoise des municipalités (FQM) a applaudi.

Face aux préoccupations de municipalités concernant l’intégrité de leurs sources d’approvisionnement en eau — dont Gaspé, qui a forcé la suspension des activités de Pétrolia en adoptant un règlement municipal —, le gouvernement libéral veut uniformiser la réglementation pour tout le territoire.

À voir en vidéo