Des dons illégaux tous azimuts par Roche

Au total, Roche donnait de 80 000 $ à 100 000 $ par année aux formations politiques, en parfaite violation de la Loi électorale, interdisant les dons des entreprises.
Photo: CEIC Au total, Roche donnait de 80 000 $ à 100 000 $ par année aux formations politiques, en parfaite violation de la Loi électorale, interdisant les dons des entreprises.
André Côté avait annoncé ses couleurs jeudi. Tous les partis politiques dépendaient de la générosité des firmes de génie-conseil pour atteindre leurs objectifs de financement. L’ex-vice-président de Roche a mitraillé la classe politique pour conclure son témoignage à la commission Charbonneau.

Pauline Marois, André Boisclair, Denis Coderre, Sam Hamad, Yves Bolduc, Germain Chevarie, Josée Verner, Régis Labeaume et consorts ont tous bénéficié de dons illégaux de la firme de génie-conseil, qui se révèle être une formidable machine à amasser de l’argent.

Entre 2001 et 2012, les employés de Roche ont versé aux partis provinciaux (PLQ, PQ et ADQ) près de 624 000 $.

La firme et les responsables du financement au PQ, Ginette Boivin, et au PLQ, Violette Trépanier, étaient engagés dans une relation de parfaite symbiose en matière de contributions illégales.

Mme Boivin et Mme Trépanier n’avaient pas besoin d’insister auprès de Roche pour obtenir des fonds, selon André Côté. La vice-présidente de la firme, France Michaud (aujourd’hui accusée de fraude), se rendait régulièrement à leurs bureaux pour s’enquérir de leurs besoins en financement. Mme Michaud revenait de ces rencontres avec des cibles et des commandes précises pour les dirigeants de Roche.

Bon an mal an, les sept vice-présidents de Roche versaient 10 000 $ chacun en dons illégaux. La firme utilisait ses employés comme prête-noms, et elle recourait aussi à un stratagème de fausse facturation pour dégager davantage de liquidités.

Au total, Roche donnait de 80 000 $ à 100 000 $ par année aux formations politiques, en parfaite violation de la Loi électorale, interdisant les dons des entreprises.

« C’est clair qu’on mettait les employés à contribution malgré eux. On était conscient que rembourser les employés, c’était illégal », a dit M. Côté. Il avait « un inconfort » d’autant plus prononcé qu’il était le principal responsable du financement illégal de Roche dans l’est du Québec, à la suite du départ de Marc-Yvan Côté, un ancien ministre libéral ciblé par l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Le projet Joug

La commission Charbonneau a joué dans les plates-bandes de l’UPAC avec le témoignage d’André Côté. De nombreux sujets traités vendredi par le témoin se retrouvent dans le projet « Joug », cette vaste enquête policière sur le financement illégal des partis politiques.

Ainsi, André Côté est l’auteur d’un mystérieux courriel de septembre 2008 dans lequel il exige « une mission impossible » de ses employés afin de financer un cocktail de la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, au restaurant le Louis-Hébert, à Québec.

L’UPAC enquête sur ce cocktail de financement qui aurait été entaché de fraudes, et de contributions d’entrepreneurs à la caisse électorale du PLQ.

« Cette activité est très importante pour Roche, et je vous de$ande [sic] une collaboration express pour activer des démarches en ce sens », écrit-il. Sachant très bien que la mission impossible est aussi illégale, M. Côté avise les dix destinataires du courriel de le détruire « immédiatement » après la lecture.

André Côté est également mêlé à la partie de l’enquête qui porte sur des activités de financement illégal au profit de deux candidats libéraux : Georges Mamelonet (défait en 2012) et Germain Chevarie (réélu aux Îles-de-la-Madeleine en avril dernier). Roche leur a donné chacun 5000 $ pour la campagne de 2008.

M. Côté a sollicité l’aide de l’entrepreneur Henri Ouellet pour trouver 2000 $ sur les 10 000 $ exigés pour les deux candidats. « Je compte sur ta bonne collaboration et je te trouve chanceux d’être en France plutôt qu’au Québec avec une gang de politiciens qui te courent après », écrit-il à Ouellet.

Des locaux pour Sam Hamad ?

M. Côté a aussi éclaboussé le ministre du Travail, Sam Hamad, en des termes vagues et peu convaincants. Lors de la campagne de 2008, Roche aurait prêté ses bureaux de Québec à l’organisation de M. Hamad afin que ses bénévoles puissent faire du pointage au téléphone. Le témoin ne peut affirmer avec certitude que les bureaux de Roche ont bel et bien été utilisés par l’équipe de M. Hamad, car il ne s’est pas occupé personnellement de l’affaire.

Enfin, il a admis avoir truqué les appels d’offres à Québec, confirmant en tous points le témoignage rendu par l’ancien vice-président de Tecsult (aujourd’hui AECOM) Patrice Matthieu.

Roche a donné 500 $ à la campagne 2009 du maire Régis Labeaume, à l’invitation d’un avocat de Heenan-Blaikie, Pierre Bellavance (voir autre texte en page A 9). En novembre 2013, il a été nommé juge à la Cour supérieure. La firme a été approchée de nouveau par l’équipe Labeaume en 2013, mais elle a refusé de contribuer.

André Côté a lancé une pointe au Directeur général des élections du Québec (DGEQ), en se disant « surpris » que les firmes de génie-conseil n’aient pas été ciblées plus tôt pour leurs contributions politiques illégales.

Le cerbère de la Loi électorale a dormi pendant de nombreuses années, si l’on se fie à son témoignage. Les dons des firmes de génie-conseil étaient si répandus qu’on ne peut pas vraiment parler d’un système occulte. « Tout le monde le faisait », a dit M. Côté.

Les firmes de génie-conseil se parlaient même entre elles de l’étendue du problème. Elles en arrivaient au même constat. « Tout le monde était un peu exaspéré par l’envergure des demandes », a-t-il dit.

Des correspondances entre André Côté et France Michaud le confirment. En 2007, un responsable du financement au PLQ, Denis Linteau, a demandé au président de la firme, Mario Martel, de participer à deux cocktails du premier ministre Jean Charest à quelques jours d’intervalle, à raison de 10 000 $ pour chacun des événements. « Ils exagèrent, ces libéraux », écrit André Côté à sa collègue France Michaud.

Roche n’a jamais su dire non, de peur de perdre ses entrées dans les cabinets ministériels.

***

Les hommes de la firme de génie-conseil Roche

Des notes internes de Roche révèlent l’identité de certains politiciens qui ont bénéficié du financement illégal de la firme par l’entremise de prête-noms. La liste comprend notamment l’actuel maire de Montréal, Denis Coderre, qui était député du PLC à l’époque (250$), celui de Québec, Régis Labeaume (500$), deux anciens chefs du PQ, Pauline Marois (7000$) et André Boisclair (4000$), la sénatrice Josée Verner (députée du PC à l’époque, 300$), l’ex-maire de Gaspé François Roussy (1500$) et cinq députés libéraux réélus en avril dernier: Robert Dutil (400$), Yves Bolduc (250$), Dominique Vien (400$), Laurent Lessard (800$) et Patrick Huot (150$).