Un ex-vp de Roche remet le financement politique sur la sellette

La juge France Charbonneau
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir La juge France Charbonneau
Après la parenthèse du CUSM, la Commission Charbonneau est revenue sur la question du financement des partis politiques, jeudi après-midi, avec un ancien vice-président de la firme de génie-conseil Roche, André Côté.

M. Côté, qui a été vice-président principal pour le municipal et le bâtiment, a été catégorique : tous les partis politiques provinciaux, fédéraux et municipaux l’ont sollicité, que ce soit le Parti libéral du Québec, le Parti québécois, l’Action démocratique du Québec, le Parti libéral du Canda, le Parti conservateur ou les partis municipaux.

Ils lui demandaient d’acheter des billets pour un cocktail de financement, un tournoi de golf ou autre. Et il a parfois emmené un maire, et parfois aux frais de Roche.

Roche était particulièrement active dans l’est du Québec. D’ailleurs, avant de devenir vice-président, M. Côté avait été directeur du bureau régional de Rivière-du-Loup.

M. Côté a quitté Roche à l’automne 2013 dans le cadre de la mise au jour d’un système de collusion à la ville de Québec. Il avait été convenu qu’il quitte la firme pour protéger son image et sa réputation dans le cadre de la Loi 1 sur l’intégrité. Il soutient que malgré ce que certains médias de Québec ont rapporté, il est parti en toute cordialité.


D'autres détails suivront.

Par Lia Lévesque

À voir en vidéo