Les Québécois ont payé le «juste prix» pour le CUSM, soutient Yves Bolduc

Selon les informations recueillies par Le Devoir, M. Bolduc a été questionné sur le CUSM lors de sa rencontre avec l’UPAC, et ce, par le sergent-enquêteur de la SQ Jean-Frédérick Gagnon.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Selon les informations recueillies par Le Devoir, M. Bolduc a été questionné sur le CUSM lors de sa rencontre avec l’UPAC, et ce, par le sergent-enquêteur de la SQ Jean-Frédérick Gagnon.

Québec — Même si la construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) pourrait avoir été entachée par la plus grande fraude de corruption de l’histoire du Canada, les Québécois ont payé un « juste prix » pour le complexe hospitalier, soutient le ministre Yves Bolduc.

 

« Le chantier du CUSM a bien été, sauf qu’il y a une possibilité qu’il y ait eu de la malversation à un certain niveau. [Néanmoins] on a toujours payé le prix juste par rapport aux coûts de construction du CUSM », a déclaré M. Bolduc mardi midi lors d’un impromptu de presse dans les couloirs de l’Assemblée nationale. « Il y avait des mécanismes de protection. À ce niveau-là, tout a été respecté », a-t-il ajouté au lendemain d’une rencontre avec des agents de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

 

L’ancien ministre de la Santé et des Services sociaux a été interrogé lundi sur ce « cas particulier […] dans le domaine de la santé » par des enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ).

 

M. Bolduc a refusé de détailler la teneur des discussions, disant se plier aux consignes des enquêteurs. « Ils nous ont demandé de garder cela confidentiel », a-t-il dit, précisant toutefois du même souffle qu’il a été interrogé à titre d’ancien ministre de la Santé.

 

Selon les informations recueillies par Le Devoir, M. Bolduc a été questionné sur le CUSM, et ce, par le sergent-enquêteur de la SQ Jean-Frédérick Gagnon. « Les questions ont été très bonnes. Je pense que je les ai satisfaits au niveau de mes réponses », a fait valoir le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

 

M. Gagnon a décrit mardi devant la commission Charbonneau le chantier du CUSM comme le théâtre de « la plus grande fraude de corruption de l’histoire du Canada ». « Il a pu y avoir des tentatives [de faire gonfler la note], mais il n’y avait pas de failles [dans les systèmes de contrôle], parce qu’à la fin, on a payé le prix juste pour le coût de construction », a souligné M. Bolduc à l’entrée d’un caucus des élus libéraux. « On avait des mécanismes protecteurs qui ont été utiles dans ce cas-là. »

 

Le gouvernement du Québec aurait ainsi balayé du revers de la main une facture revue à la hausse — 1,7 milliard plutôt que 1,32 milliard — du consortium GISM, dirigé par SNC-Lavalin.

 

« Corruption pure »

 

Le chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, a tourné en dérision les assurances de M. Bolduc selon lesquelles l’État et par ricochet les contribuables en ont eu pour leur argent. Au CUSM, « on est dans la corruption pure » : 22,5 millions auraient été versés en pots-de-vin au Dr Arthur Porter et sept autres personnes. « Alors, si quelqu’un me dit qu’à partir de la corruption, on est capables d’avoir le “ juste prix ”, eh bien, c’est faux… les Québécois ont payé plus pour un chantier qui n’est pas terminé », a-t-il lancé à l’occasion d’un point de presse.

 

Aux yeux du chef intérimaire du Parti québécois, « les Québécois n’ont pas eu le juste prix » pour le CUSM. « Je pense que personne ne peut en douter. »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

38 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 21 mai 2014 02 h 43

    C'est clair...

    C'est clair, Monsieur Bolduc nous prend pour rien d'autres que de grosses valises...
    Certains se sont remplis les poches induement mmais ça n'a pas coûté plus cher que si tout le monde avait été honnête avec les factures : ben voyons mon Graton, c'est full logique !
    A force de nous prendre pour stupides, il m'étonne toujours que ce genre de personne ne voit pas la bêtise dans laquelle il s'enferme.
    Vive le Québec libre epropre et libre !

  • Guy Vanier - Inscrit 21 mai 2014 02 h 59

    C'est pas vraie...

    Il sort de ou bolduc? Il dit n'importe quoi. Si la corruption est si efficace nous devrions l'utiliser en permenance, non?
    D'un autre côté, Il a peut êtres raison, en tout les cas, ça semble efficace pour gagner des élections pour le PLQ.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 21 mai 2014 07 h 57

      Ils ont réussi à corrompre tous les électeurs qui ont indiqué la sortie au PQ après dix-huit mois d'insoutenable engagement à l'intégrité? Air connu chez les péquistes : quand les québécois votent pour le PQ, ils sont quelque chose comme un grand peuple, comme le disait le héro de la cause... une dignité qui leur est aussitôt refusée quand ils font d'autres choix. Dire que la corruption permet de gagner des élections, c'est manquer à ce peuple qui n'est ni si grand, ni si veule, selon ce que les circonstances permettent de fantasmer.

  • Marie-M Vallée - Inscrite 21 mai 2014 06 h 18

    Inquiétant...

    Un PM qui s'est laissé séduire par une sirène et un ministre de l'Éducation qui en remet...

    Que deviendra le Québec sous cette gouverne ?

    • Josée Duplessis - Abonnée 21 mai 2014 06 h 38

      Vous le savez ce que deviendra le Québec sous cette gouverne. Une petite zone provinciale vendue en PPP à ceux qui ont du gros fric.
      Nous le savions le 7 avril. Pas de vision le 7 avril.

  • Gaston Langlais - Inscrit 21 mai 2014 06 h 47

    SVP...

    Bonjour,

    Est-ce que ses confrèrfes médecins pourraient lui donner un peu d'oxygène? La réalité lui échappe.

    Gaston Langlis - Gaspé.

    • Daniel Gagnon - Abonné 21 mai 2014 09 h 30

      Oui... le docteur Arthur Porter et Philippe Couillard pourraient venir à la rescousse...

      Hum... avec un peu de poivre de cayenne dans le soluté...

  • Normand Carrier - Abonné 21 mai 2014 07 h 05

    Quel innocent ce Bolduc .....

    Ce projet en PPP est la plus importante magouille de construction d'hopitaux et a été entachés de stratagêmes frauduleux et notre ministre de la santé essai de nous faire croire que les contribuables Québécois en ont eu pour son argent !!!!! Pour qui ce ministre se prend-il ? Pour Houdini ..... Les seuls qui en ont eu pour leur argent furent le Docteur Porter l'ami et associé de Couillard et Elbaz son chargé des basses besognes .....

    • Gilles Théberge - Abonné 21 mai 2014 16 h 27

      Triste à dire mais c'est à ce genre de personnage que les Québécois ont donné le pouvoir le 7 avril dernier. Va falloir apprendre à vivre avec ça.

      Même si de toute évidence ce ministre, Bolduc donne tous les signes que l'on reconnaît chez ceux qui sont dans la situation de Peter. Il n'a pas les compétences pour être un ministre de l'Éducation.

      Quatre ans, c'est long quatre ans...