​Le lien de confiance entre la population et le PQ est brisé, dit Drainville

Bernard Drainville croit que la peur d'un nouveau référendum sur la souveraineté a surpassé l'intérêt des électeurs pour la charte.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Bernard Drainville croit que la peur d'un nouveau référendum sur la souveraineté a surpassé l'intérêt des électeurs pour la charte.
Québec — Le lien de confiance entre le Parti québécois et les citoyens est brisé, a conclu jeudi le parrain du projet de charte des valeurs, Bernard Drainville.

Avec ses collègues du conseil des ministres du gouvernement péquiste défait, M. Drainville a entamé à Québec l'examen post mortem de la débâcle électorale de lundi. La question du référendum, l'impact du projet de charte des valeurs sur le résultat du scrutin et les causes probables de la défaite sont au menu des discussions. Un nouveau chef intérimaire sera désigné en fin de journée ou en début de soirée.

Réélu dans sa circonscription de Marie-Victorin, M. Drainville a avoué, la mine déconfite, que le Parti québécois n'avait pas été en mesure de traduire l'appui majoritaire de la population pour la charte en appui au PQ. À son avis, la peur d'un nouveau référendum sur la souveraineté a surpassé l'intérêt des électeurs pour la charte.

Son collègue Jean-François Lisée, lui aussi réélu, s'est pour sa part distancié du projet de charte. Il a confié qu'il était de ceux, nombreux au caucus, qui auraient souhaité que l'interdiction du port des signes religieux ne s'applique que chez les nouveaux employés du secteur public.

M. Lisée a aussi indiqué qu'il ne voulait pas d'une campagne à la direction précipitée.

Pour bien saisir la signification du vote et mener les débats internes qui s'imposent, la course au leadership, selon lui, ne doit pas avoir lieu avant « plusieurs saisons ».

Candidat défait, Yves-François Blanchet a de son côté estimé que le Parti québécois était tombé dans le piège du référendum tendu par ses adversaires libéraux. Il aurait fallu, à ses yeux, que le PQ fasse savoir « plus vite » et de façon « plus claire » que le référendum ne figurait pas dans ses plans.

Par Martin Ouellet

À voir en vidéo