Le «ratoureux» de la Saskatchewan dit adieu à Pauline Marois

Regina — Le premier ministre de la Saskatchewan, qui a été qualifié de «ratoureux» le mois dernier par la première ministre Pauline Marois, a dit adieu, mardi, à ses «amis» du Parti québécois.

Dans un message publié sur Twitter, Brad Wall a fait ses «sincères adieux» à ses «amis» péquistes, en signant «Le Ratoureux».

Mme Marois avait utilisé ce terme pour décrire son homologue des Prairies comme une personne sournoise qui tente toujours de la faire trébucher.

À l'époque, le premier ministre saskatchewanais s'était aussi servi de Twitter pour dénoncer les propos de Mme Marois, et avait affirmé que la seule chose qu'il voulait faire trébucher, c'était l'opposition officielle de sa province.

Les élections québécoises de lundi ont été marquées par la défaite du Parti québécois, Pauline Marois ayant même perdu son siège dans sa circonscription de Charlevoix–Côte-de-Beaupré.

Et la frontière?

De son côté, l'ancien premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Danny Williams a déploré, lui, que les cartes électorales présentées par les médias, lundi soir, ne reconnaissaient pas la frontière du Labrador déterminée par le Conseil privé de Londres en 1927.

Il réagissait ainsi à la publication en ligne par plusieurs grands médias, dont La Presse canadienne, d'une carte électorale fournie par le Directeur général des élections du Québec, dans laquelle le territoire québécois empiète sur la frontière du Labrador.

Cela a rappelé à M. Williams certaines de ses rencontres avec les premiers ministres de l'est du pays, lors desquelles des responsables québécois avaient sorti une carte de la province qui incluait le Labrador. Des responsables terre-neuviens l'avaient alors retirée.

Le Québec n'a jamais reconnu la décision du Conseil privé, qui fixe la frontière sud du Labrador au 52e parallèle.
5 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 8 avril 2014 16 h 46

    Intrusion inappropriée dans la vie politique québécoise !

    On n'en a que faire des remarques désobligeantes du surnois et discourtois PM de la Saskatchewan qui a l'évidence manque de civilité envers Madame Marois. Cette arrogance révélatrice du Canada anglais ne contribue en rien à rapprocher les deux solitudes.

  • Guy Desjardins - Inscrit 8 avril 2014 17 h 02

    Pardon M. Gélinas?

    Ai- je bien compris M. Claude Gélinas que les remarques de M. Brad Wall PM de la Province de la Saskatchewan du Canada, sont désobligeantes envers Mme Marois de la Province du Québec Canada et ceux de Mme Marois excellentes? Faudrait m'expliquer un jour votre mentalité du respect d'autrui.

  • Michel Bernier - Inscrit 8 avril 2014 17 h 47

    Le ratoureux pareil...

    Leratoureuxareil!

  • Mark Osterman - Abonné 8 avril 2014 18 h 06

    Qui sème le vent...

    Voyons, M. Gélinas! Le commentaire désobligeant de Mme Marois, à l'égard de M. Wall, a ouvert la porte à ce "retour d'ascenseur". Cessez d'y voir, encore une fois, l'arrogance du ROC.

    Il est temps que le PQ se regarde dans le mirroir: le blâme pour cette déconfiture repose aux pieds de Mme Marois, ses conseillers et ses ministres séniors. Les problèmes du Québec sont des problèmes qui nous sont internes et que nous pouvons corriger. Mais seulement si on en assume la responsabilité et on arrête de blâmer les autres.

    Mark Osterman

  • François Dandurand - Inscrit 9 avril 2014 22 h 20

    MDR LOL

    Même l'humour ne passe pas chez les Péquistes. Frabchement, il ne faut pas voir de l'ingérance du ROC dans tout. Les Canadiens peuvent avoir de l'humour et de l'amour pour le Québec.