Charte: les opposants sur un pied d’alerte

Pauline Marois visitait mercredi après-midi un centre d’emploi de Montréal en compagnie de Diane De Courcy, candidate dans Crémazie.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois visitait mercredi après-midi un centre d’emploi de Montréal en compagnie de Diane De Courcy, candidate dans Crémazie.

Motivés par la sortie controversée de Janette Bertrand pour la charte de la laïcité, les opposants à ce projet phare du gouvernement Marois redoublent d’ardeur pour faire sortir le vote.

 

La charte de la laïcité, reléguée à l’arrière-plan au cours des dernières semaines, est redevenue un enjeu central du scrutin de lundi. Sans faire de bruit, les groupes opposés à la charte se mobilisent comme jamais auparavant pour motiver leurs membres à aller voter. Ce mot d’ordre risque de renforcer les appuis au Parti libéral du Québec (PLQ), indiquent nos sources, même si les opposants à la charte se gardent d’appuyer publiquement un parti.

 

« Nous n’avons pas été épargnés par les débats publics décevants entourant la controversée charte des valeurs québécoises proposée par le gouvernement que dirige le Parti québécois », indique un courriel interne de la Fédération CJA, l’organisation qui représente les communautés juives de Montréal, obtenu par Le Devoir.

 

« Nous encourageons les membres de la communauté à faire tout leur possible, le jour des élections, pour aller voter pour le parti de leur choix. Même dans les circonscriptions qui semblent gagnées d’avance, les bulletins ont tous leur importance, car le financement des partis politiques est calculé au prorata du nombre de votes reçus à l’élection précédente. […] En ces jours qui précèdent l’élection, jouez un rôle actif dans notre démocratie et encouragez ceux qui vous entourent à s’exprimer », ajoute le message signé par Susan Laxer, présidente, et Deborah Corber, chef de la direction de la Fédération CJA.

 

Le Parti québécois misait sur la charte de la laïcité pour faire le plein de votes chez les francophones dans les régions du Québec, en début de campagne. L’irruption de Pierre Karl Péladeau dans la caravane péquiste, le poing brandi en guise d’appui au « pays », a cependant mis le PQ sur la défensive. Des électeurs qui ne veulent pas d’un référendum — qui sont majoritaires — ont déserté le PQ. Depuis, la méfiance semble s’être installée envers le programme identitaire du Parti québécois.

 

Mercredi, Pauline Marois a dû préciser que personne ne perdrait son emploi bien que la charte interdirait le port de signes religieux ostentatoires aux employés de l’État et d’organisations subventionnées par le gouvernement. En entrevue au 98,5 FM avec Paul Arcand, Mme Marois a indiqué qu’une fois la charte de la laïcité adoptée, l’État pourrait aider un employé du secteur public qui persisterait à vouloir porter un signe religieux ostentatoire à se trouver un autre poste dans le secteur privé.

 

Congédier des gens, « ce n’est pas notre intention », a répété la chef péquiste. Des phases de transition sont déjà prévues, allant jusqu’à quatre ans dans le réseau de santé, par exemple. Pauline Marois a dit qu’elle était prête à envisager « un prolongement » de cette phase de transition.

 

Dérapages « xénophobes »

 

Ces précisions sont loin d’avoir rassuré le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CCRJI). Le Centre condamne le refus de Pauline Marois de prendre ses distances des propos jugés « xénophobes » de la candidate péquiste Louise Mailloux et de Janette Bertrand, venue en renfort de la chef péquiste. Mme Mailloux a dénoncé la soi-disant « taxe cachère », qui augmenterait le prix des aliments, et a décrit la circoncision des juifs et des catholiques comme un « viol ». Quant à Janette Bertrand, elle a laissé entendre sans aucune preuve que les « riches étudiants [musulmans] de McGill » refusent de se baigner dans la même piscine que des femmes.

 

Le débat sur la charte de la laïcité a ouvert la porte à ce genre de propos « xénophobes », croit Luciano Del Negro, vice-président du CCRJI. « La communauté juive a vécu la charte quasiment comme une remise en question du vouloir vivre ensemble au Québec », dit-il.

 

La charte est devenue l’enjeu central de la campagne, selon lui. « Les gens sont très motivés à aller voter », dit le représentant de la communauté juive. Il note que plus de 8000 citoyens (environ 15 % des électeurs inscrits) ont voté par anticipation dans la circonscription de D’Arcy-McGee, dans l’ouest de Montréal, où les trois quarts de la population ont une langue maternelle autre que le français.

 

« La charte est l’enjeu principal du scrutin. Si t’es contre la charte, il faut aller voter », affirme de son côté Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du Quebec Community Groups Network, qui regroupe 41 organisations anglophones. Le groupe, qui est non partisan, mène une campagne sur les réseaux sociaux pour inciter les gens à aller voter.

 

Mme Martin-Laforge estime que la charte de la laïcité motive ses membres à aller voter encore plus que la possibilité d’un référendum sur la souveraineté du Québec.

 

« Il y a aussi de l’opposition à la charte chez les francophones, à Montréal et à l’extérieur de Montréal », dit Laurent Deslauriers, porte-parole du groupe Québec inclusif, formé dans la foulée de l’annonce du projet de charte par le ministre Bernard Drainville, l’automne dernier. Il estime que les 27 743 signataires du Manifeste pour un Québec inclusif considèrent la charte de la laïcité comme un élément important du programme péquiste, mais ne peut dire dans quelle mesure cela affectera le scrutin. « Les enjeux sont multiples et variés dans une élection générale », dit-il.

 

Avec Robert Dutrisac

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

79 commentaires
  • Yann Leduc - Inscrit 3 avril 2014 01 h 40

    " Une Charte garante d’un long avenir dans la diversité "



    " la neutralité de l'État et des institutions publiques n'est pas
    de soi anti-religieuse, elle n'est pas dirigée contre une religion en particulier,
    comme certains tentent pourtant aujourd'hui de le faire croire [...]

    face à la diversité religieuse, les institutions publiques doivent être
    neutres pour respecter les convictions de toutes les « clientèles » qui recourent à
    leur service [...]

    Une Charte de la laïcité, celle que propose le projet de loi 60, ne doit pas être entendue comme si elle n'avait pour but que de régler quelques problèmes ponctuels d'aujourd'hui. Cette nouvelle Charte, c'est pour un long avenir que le législateur l'adoptera. [...]

    le respect des convictions de toutes les clientèles qui s'adressent à toutes les institutions publiques doit inspirer notre législation [...]

    Toute projection que l'on peut faire sur l'évolution à venir de la société québécoise va dans le sens d'une diversification croissante à la fois culturelle, sociologique et
    démographique, de la population [...]

    Par conséquent, à ce moment-ci de notre histoire, le projet d'une Charte de la laïcité telle qu'elle est formulée dans le projet de loi 60 me paraît venir à point nommé pour clarifier ce que l'on entendra dans l'avenir, pour tous et pour toutes, ici au Québec, par la séparation de l'État et des religions [...]

    Il est donc impérieux que l'Assemblée nationale clarifie la neutralité religieuse de l'État québécois et de nos institutions publiques, comme le fait le projet de loi 60. La paix religieuse de l'avenir en dépend [...] "



    Mémoire présenté à la Commission Parlementaire sur le projet de loi 60

    Guy Rocher
    Professeur émérite de sociologie
    Université de Montréal
    Décembre 2013

    • Chantale Desjardins - Inscrite 3 avril 2014 10 h 16

      Comment se fait-il que des personnes ne comprennent pas le sens de cette Charte que M. Guy Rocher explique si bien?

    • Nicole Bernier - Inscrite 3 avril 2014 11 h 04

      Madame Desjardins,
      si vous êtes allée à l'université, vous savez très bien comment les professeurs ont l'art de dissimuler leurs vrais intentions derrière le discours de la neutralité

      M. Rocher justifie la Charte en utilisant la même stratégie que les professeurs universitaires qui dissimulent l'idéologie de leur plan de cours sous une fausse neutralité...

      J'aimerais bien voir les plans de cours de M. Rocher et de quelle manière il introduit le conflit des postmodernistes avec les modernistes, et comment il présente les conflits entre les fonctionnalistes, les structuralistes, les constructivistes et les humanistes. J'ai de la difficulté à imaginer qu'il parvient à introduire ces différents courants de pensée en restant neutre.

    • Patrick Boulanger - Abonné 3 avril 2014 11 h 09

      @ Mme Desjardins

      « Comment se fait-il que des personnes ne comprennent pas le sens de cette Charte que M. Guy Rocher explique si bien? (Mme Desjardins) »?

      Peut-être parce que le PQ a donné trop de place à des gens comme Mme Bertrand pour en faire la promotion auprès de la population? Qu'en pensez-vous?

    • Nicolas Vincent - Inscrit 3 avril 2014 11 h 50

      @Mme Desjardins: Peut-être parce que le PQ, afin d'augmenter ses appuis à sa charte, décide de sortir Mme Bertrand et ses piscines remplies d'étudiants riches de McGill?

    • Patrick Boulanger - Abonné 3 avril 2014 11 h 51

      @ Mme Desjardins

      J'aurais plutôt dû commencer mon commentaire précédent par ces mots Mme Desjardins : Peut-être EN PARTIE...

    • Tremblay Hugo - Inscrit 3 avril 2014 14 h 11

      @ Nicole Bernier

      Guy Rocher n'est pas neutre comme vous ne l'etes pas non plus avec votre discours multi-culturaliste inclusif qui fait preuve d'attentisme envers les problemes d'accomodements.

  • Sébastien Boisvert - Inscrit 3 avril 2014 03 h 31

    Vote sanction contre le PQ

    Le Parti québécois est allé trop loin avec la charte des valeurs. Ils doivent être sanctionnés. Espérons que Françoise David remporte plusieurs comtés lundi.

    • Chantale Desjardins - Inscrite 3 avril 2014 10 h 17

      Le PQ n'est pas allé trop loin. Ce parti doit être réélu le 7 avril.

    • Sylvain Auclair - Abonné 3 avril 2014 10 h 41

      Et que nous ayons quatre autres années de magouilles libérales?

    • Guay Pierre - Inscrit 3 avril 2014 10 h 52

      Vous ête aussi rêveur que moi comme souverainiste.

    • Olivier Mauder - Inscrit 3 avril 2014 11 h 36

      Vous vous trompez monsieur Boisvert. C'est le PLQ qui va en sortir gagnant. Voulez-vous d'autres années de pouvoir libéral ? C'est bien parti.

    • Yann Ménard - Inscrit 3 avril 2014 12 h 41

      Aux dernières nouvelles, la charte était appuyée par une majorité de la population. C'est plutôt la peur d'un référendum imaginaire et la peur du français, créées par les stratèges du PLQ, qui expliquent la situation.

    • François Dandurand - Inscrit 3 avril 2014 13 h 43

      Vous avez raison monsieur Boisvert, le parti Québécois est allé trop loin. Tellement loin que les électeurs ont décidé de réélire les Libéraux. Il est grand temps que le PQ arrête ses visions doctrinaires et écoute les Québécois. Ils auront quatre pour les écouter à l'opposition. Souhaitons que la leçon porte.

  • Mario Leroux - Inscrit 3 avril 2014 04 h 17

    La charte

    Ce qui devait être le projet porteur du PQ aura été ce qui le ramènera dans l°opposition;M.Drainville va regretter son métier de journaliste!

  • Sol Wandelmaier - Inscrite 3 avril 2014 04 h 58

    Trop tard, madame Marois!

    Vous n'avez aucune hésitation à dire un peu n'importe quoi pour gagner..

    " Mme Marois a indiqué qu’une fois la charte de la laïcité adoptée, l’État pourrait aider un employé du secteur public qui persisterait à vouloir porter un signe religieux ostentatoire à se trouver un autre poste dans le secteur privé."

    La définition d'un employé de l'État est tellement large qu'elle implique les balayeurs de rue, de l'entretien ménagé, les livreurs, les employés de cantine, les éducateurs des CPE, les brancardiers des hôpitaux, etc..etc...

    Êtes vous au courant des chiffres de chômage pour les gens sans qualification particulière, madame Marois? D'un autre côté de la médaille, êtes vous prête à laisser partir les professionels ultra-qualifiés qui ne se sentent plus désirés dans la province?

    C'est une grosse charge que vous vous mettez sur le dos, madame Marois...Sans oublier que si vous gagnez un référendum, vous devez relocaliser 150 000 à 200 000 fonctionnaires québécois du Fédéral dans une fonction publique québécoise déjà pléthorrique...

    Êtes vous certaine qu'il est si sage de déstabiliser l'équilibre social simplement pour des gains électoraux, au moment oû l'économie passe par des moments difficiles?

    J'ai bien peur que cette charte des valeurs, qui semblait réunir les conditions gagnantes ne se retourne contre vous comme un boomerang...

    • Pierre R. Gascon - Inscrit 3 avril 2014 10 h 12

      1. Une Charte sur la laïcité doit reconnaître les religions comme des partenaires et non des concurrents. Certes, s'il y a interdiction, elle doit être justifiée pour une raison de respect de l'ordre publique et non pas par une motivation antireligieuse.

      2. Il faut demander aux religions de ne pas vouloir imposer à l'ensemble de la société leurs propres normes communautaires et d'apprendre à distinguer la sphère de la loi religieuse de celle de la loi civile. Mais, il faut s'opposer à cette tendance visant à étendre la laïcité de l'État à l'ensemble de la société.

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 10 h 39

      L'économie passe par des moments difficiles Mme Wandelmaier? peut-être ne sommes-nous pas assez dépendant du fédéral. Avec un autre 4 ans d'un gouvernement du PLQ peut-être serons-nous encore plus dépendant.

    • Olivier Mauder - Inscrit 3 avril 2014 11 h 37

      Comment expliquez-vous que charte ou pas charte, la communauté maghrébine par exemple, composée de gens très diplômés, fait face à plus de 25 % de chômage.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 3 avril 2014 14 h 13

      @ M. Gascon...Le Québec a obtenu récemment seulement le contrôle de l'immigration; et, à ce titre, il a favorisé l'immigration maghrébine musulmane pour des raisons linguistiques.
      Brusquement, cette communauté devient trop visible dans la société québécoise et on doit légiférer pour supprimer les signes religieux ostantatoires...
      Peut-être que si les dirigeants avaient des connaissances un peu plus poussées des groupes qu'ils invitent à venir au Qc, ils sauraient que la religion fait partie intégrale de leur identité et qu'il y a peu de chance que ces immigrants se plient aux exigences d'un projet de loi 60...M. Lisée annonce qu'il va inviter plus d'infirmières du Maghreb..Dans quel établissement veut-il les mettre si elles persistent à porter leur foulard?

      Dans la communauté juive établie au Qc depuis plus d'un siècle, le pourcentage d'orthdoxes portant des signes religieux visibles n'est qu'une petite fraction de cette communauté et, à ce titre, le reste de la communauté ne se distingue pas de l'ensemble de la population...Il semble qu'il n'y ait pas eu lieu de légiférer à leur endroit dans le passé...

      @ M. Poirier...Dans "les affaires.com"58ème édition, on démontre que le QC est de plus en plus dépendant d'Ottawa depuis les 20 dernières années, avec chiffres à l'appui, quelque soit le gouvernement péquiste ou libéral en place. Les raisons économiques sont multiples et structurelles. Croyez-vous que cette situation va se régler par enchantement au lendemain d'une séparation? Dans le cas d'une économie instable, le risque est qu'il y ait une spirale descendante non controllable...
      C'est un "réfléchissez bien".

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 15 h 35

      Mme. Wandelmaier, la preuve n'est plus à faire que le Québec en tant que province s'enfonce de plus en plus, alors pourquoi ne pas devenir maître chez-nous? La confiance peut faire beaucoup mais je suis d'accord avec vous sur un point, il n'y aura pas de miracle.

    • Marc Provencher - Inscrit 3 avril 2014 15 h 55

      @ Sol Wandelmaier: «Dans la communauté juive établie au Qc depuis plus d'un siècle, le pourcentage d'orthdoxes portant des signes religieux visibles n'est qu'une petite fraction de cette communauté.»

      Oui et non, on peut porter la kippa à temps partiel ou même à temps plein sans forcément être orthodoxe. (Et je n'entends pas par là le cas du juif fieffé mécréant, mais qui veut dissimuler un début de calvitie pour mieux faire les yeux doux à la veuve X.)

      L'idée est en gros celle-ci: quand vous entrez à la synagogue, vous devez la mettre, votre kippa, quand bien même vous n'êtes pas orthodoxe ; à l'inverse, au moment d'entrer dans l'enceinte parlementaire - en imaginant que vous voyez élu dans une future élection - vous devez la retirer, pour la même raison qu'il ne doit pas y avoir sur les murs du Salon bleu de crucifix, ni non plus la chemise rouge portée par Arthur Buies lors de l'Expédition des Mille ; et partout ailleurs - c'est-à-dire presque partout au Québec - vous vous attriquez comme ça vous chante !

      Car seule, la neutralité laïque dans la sphère restreinte de l'État (appliquée symboliquement et non pas mur à mur) peut à terme assurer la concorde entre les différentes formes que prend la vie spirituelle des ciotyens dans la vaste sphère de la vie sociale.

      Cette défaite annoncée de mes ennemis du PQ - enenmis à un double titre: séparatistes et nationalistes - va être l'occasion de battre cette contrefaçon de laïcité appellée "Charte des valeurs" pour lui en substituer une autre, plus digne de notre patrie, selon le principe de l'Égalité de tous les cultes proclamé par le grand Mazzini.

      Autrement dit, citoyen Wandelmaier, le fait de battre le PQ ne signifie pas que vous en ayez terminé avec la laïcité !

  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 3 avril 2014 05 h 22

    Un mauvais cheval de bataille

    Je crois que le PQ a fait une grave erreur stratégique en voulant mettre la charte des valeurs au cœur de leur campagne. Je ne crois pas que l'adoption imminente d'une charte protégeant entre autres nos régions (???) contre l'intégrisme soit un argument assez convaincant pour persuader même le plus aguerri des francophones de leur faire confiance dans l'isoloir lundi. Soyons un peu réalistes, la menace de l'integrisme ne plane pas le moindrement à l'extérieur des grands centres qui arrivaient d'ailleurs à trés bien " vivre ensemble" sans l'adoption de cette charte qui sous- entend notre inconfort et notre incompréhension des mœurs étrangères notamment celle des musulmans qui à entendre le discours de madame Bertrand semblent encore inspirer beaucoup de craintes aux francophones blancs et laïcs ou catholiques d'une certaine génération. Cependant pour toute nation touchée par cette charte, il me semble que le choix libéral devient évident, obligatoire. Quand j'ai entendu madame Marois revenir avec sa charte comme cheval de bataille, j'ai pensé:"en voilà une qui vient de se tirer dans le pied" mais ce ne sont que supputations, nous verrons bien le 7 avril au soir.

    • Clermont Domingue - Abonné 3 avril 2014 09 h 48

      Mme Bouchard, je crois que vous avez raison et j'en suis bien malheureux.
      Au cours de ce débat,j'avais vu un moyen d'affirmation nationnale pour nous.(affirmation mal habile,mais affirmation quand mème)Il m'apparait aujourd'hui que nous sommes incapables. Incapables de nous unir, de nous tenir debout, de nous reconnaìtre, de nous affirmer.Trop aveugles pour nous reconnaìtre nous-mèmes, pourquoi les autres nous reconnaìtraient-ils? Au train où vont les choses. ils finiront par nous avaler faute de les avoir intégrés ou assimilés.Tel est le sors des faibles.
      Clermont Domingue

    • Réal Trépanier - Inscrit 3 avril 2014 11 h 23

      Les libéraux nous prennent pour des imbéciles, et je pense qu'ils ont
      raison.

    • Olivier Mauder - Inscrit 3 avril 2014 11 h 41

      Le problème a été de parler de charte des valeurs plutôt que charte de la laïcité. Les valeurs, ce ne sont pas uniquement celles des québécois d'origine canadienne-française. Par contre, il est possible de s'entendre sur la laïcité qui est tout le contraire de la discrimination. Une vraie laïcité favorise le vivre-ensemble et évite précisément la discrimination.

      Je réinvite les citoyens à lire par exemple les termes utilisés dans la charte pour le milieu scolaire que l'ex-ministre de l'éducation français Vincent Peillon avait mis en place. Dans sa charte, tous les termes sont positifs.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 3 avril 2014 14 h 27

      @ Madame Bouchard..Vous avez totalement raison..La charte était et demeure un mauvais cheval de bataille...Mais, pour de nombreuses semaines, cela semblait, d'après les sondages, des conditions gagnantes du point de vue électoral...

      Et, à ce moment, madame Marois a prêché par excès de confiance; elle a commencé à découvrir ses cartes et à contruire le château de sable de la souveraineté en donnant des détails: par exemple:"Nous adopterons le dollar canadien et demanderont un siège d'observateur à la Banque Centrale du ROC". Clairement, une position de faiblesse pour un nouvel état..

      C'était une erreur stratégique majeure et, à partir de ce jour, les sondages ont commencé à être en défaveur pour le PQ. Je l'avais d'ailleurs souligné immédiatement dans ce forum.