Arthur Porter appuie son «ami» Couillard

Arthur Porter dans sa résidence des Bahamas, avant son emprisonnement au Panama
Photo: Associated Press Jeff Todd Arthur Porter dans sa résidence des Bahamas, avant son emprisonnement au Panama

L’ex-directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Arthur Porter, s’immisce dans la campagne électorale québécoise à la faveur de son « ami » Philippe Couillard.

 

Dans une entrevue depuis la prison de La Joya, où il est incarcéré au Panama, M. Porter a affirmé que le chef du Parti libéral du Québec « ferait un bon premier ministre », étant « extrêmement intelligent », « versatile » et ayant « une bonne compréhension du monde ».

 

Cet entretien avec l’ex-journaliste Jeff Todd, qui travaille sur la biographie de M. Porter, a été publié mercredi sur un site Internet créé par la famille de l’ex-gestionnaire controversé du CUSM.

 

Questionné à propos de sa relation avec Philippe Couillard, M. Porter a indiqué que tous les deux « se connaissaient très bien » et qu’il considère toujours le chef libéral comme un ami.

 

Jeff Todd a confirmé au Devoir qu’il avait fait cette entrevue dimanche à partir d’un téléphone public à la prison. L’entrevue a été publiée mercredi « parce qu’auparavant, la famille était en train de mettre sur pied le site Internet ».

 

En entrevue au FM93 Québec, Philippe Couillard a reconnu son amitié avec M. Porter, mais a tenu à remettre les pendules à l’heure. « Est-ce que le fait que je l’ai connu permet au monde de m’associer à ce qui lui est reproché ? Clairement, non. »

 

En campagne à Montréal, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, s’est contentée de citer un proverbe que lui disait sa mère : « Qui se ressemble s’assemble. »

 

M. Couillard a « manqué de jugement » en s’associant avec le directeur général du CUSM, a déclaré le chef caquiste, François Legault, en marge d’un impromptu de presse à Montréal. Il a appelé une nouvelle fois, mercredi, M. Couillard à dévoiler le plan d’affaires derrière la Société Porter, Couillard et associés, mise sur pied par les deux médecins en 2010.

 

Arthur Porter est détenu au Panama en attendant son extradition liée aux 22 millions en pots-de-vin qu’il aurait reçus de la firme SNC-Lavalin pour l’octroi du contrat du CUSM. M. Porter conteste son extradition au Canada devant la justice panaméenne. La sortie de sa biographie, écrite par Jeff Todd, est prévue pour septembre.


Avec Marco Bélair-Cirino, Guillaume Bourgault-Côté et Robert Dutrisac

21 commentaires
  • Mario Leroux - Inscrit 3 avril 2014 04 h 11

    Rambo

    Et le fier-à-bras de la FTQ-Construction appuie le PQ.Chacun son boulet!

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 09 h 36

      M. Gauthier n'est pas en prison lui et n'a jamais été accusé de fraude. Mauvaise foi quand tu nous tiens.

    • Stéphane Laporte - Abonné 3 avril 2014 14 h 01

      Et madame Marois n'est jamais allée à la pêche avec lui.

  • Pierre Labelle - Inscrit 3 avril 2014 04 h 36

    Quel appuie!

    Arthur qui s'est soudainement souvenu de son bon ami Philippe, quel chanceux tu fais mon Philippe, un petit chausson aux pommes avec ça....

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 3 avril 2014 06 h 14

    Salut mon ami !

    Avez-vous déjà rencontré sur la rue un gars qui vous a déjà mis dans une mauvaise posture et qui vous salut à grand force de gesticulations et que vous avez pensé «À non, pas lui !» ? C'est à peu près comme ça que Couillard doit se sentir aujourd'hui.

    Maintenant, les journalistes devraient demander à Couillard qu'est-ce qu'ils voulaient faire avec leur compagnie qui n'a jamais marchée. Peut-être que s'ils appuient leur question avec un «Si vous ne répondez pas, on va aller le demander à votre chum» auront-ils un meilleur résultat; qu'en pensez-vous ? La porte est ouverte là, c'est juste le bon moment.

    Autre chose : Est-ce aujourd’hui que les journalistes vont décider que c’est fini les questions d’intégrité à propos de l’UPAC et de ses raids maintenant que c’est un des financiers des libs qui est visé ? On verra.

    Bonne journée.

    PL

    • Guy Desjardins - Inscrit 3 avril 2014 10 h 00

      M. Labelle votre jupon dépasse de plus en plus. Vous êtes en panique. Que pensez vous de "Rambo" qui appuit votre parti et Mme Marois qui disait hier "ce qui s'assemble se ressemble". On voit toujours la paille dans l'oeil de l'autre sans regarder la poutre dans son propre oeil.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 3 avril 2014 10 h 44

      M. Desjardins, dans le cas de Porter et de Rambo, la paille c'est Rambo et la poutre c'est Porter.

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 10 h 57

      M. Desjardins, M. Gauthier n'a jamais été partenaire d'affaire de Mme Marois, il n'a jamais été accusé d'avoir fraudé les Québécois, il n'est pas en prison et que vous l'aimiez ou non, il est très respecté dans son milieu. Je vous le demande M. Desjardins, est-ce que M. Porter, l'ami personnel de M. Couillard, est un homme respectable?

    • lise pelletier - Inscrit 3 avril 2014 16 h 19

      Comme disait l'autre à la Commission Charbonneau :

      Un chum c't un chum.

      Gâchis du CUSM et du CHUM

  • Anne-Marie Allaire - Abonnée 3 avril 2014 06 h 38

    Versatile

    Ca on s'en doutait M. Porter que M. Couillard était versatile...

  • Jean Lengellé - Inscrit 3 avril 2014 08 h 34

    Qui dit vrai? Qui dit faux? Et pourquoi?

    Curieux quand même que le "timing" de ces déclarations empoisonnées transmises par quelqu'un qui est payé pour écrire la biographie d'une personne accusée d'abus de confiance, de corruption, et qui tout à coup devient d'une crédibilité absolue, et qui peut affirmer sans preuves à peu près n'importe quoi?
    Si c'est aussi sérieux que la phase terminale du cancer auto-diagnostiqué...
    La façon est habile, pour caler quelqu'un on s'en déclare l'ami, pour encore mieux le compromettre.
    Et comme la calomnie est souvent impossible à prouver en cour, le mal est fait impunément.
    Mais, ceci dit, comme disent les Chinois ou les Anglais, "si tu lances de la boue, il y en a toujours qui te colle aux doigts".

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 11 h 12

      M. Porter n'a rien à perdre et ne veut pas couler tout seul. L'ancien ministre des finances du PLQ nous avait averti de la vulnéribilité de M. Couillard lors de la course à la chefferie. Je n'ai pas peur de l'indépendance du Québec et encore bien moins du simple mot référendum, mais la pespective de voir M.Couillard premier ministre est quelque peu inquiétante.