L’indemnité de Barrette ne gêne pas Couillard

Gaétan Barrette, et le chef libéral, Philippe Couillard
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Gaétan Barrette, et le chef libéral, Philippe Couillard

Où est le problème ? Philippe Couillard s’est dit tout à fait « à l’aise » mercredi que son candidat Gaétan Barrette ait touché 1,2 million en indemnité de départ de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ). C’est même une bonne nouvelle pour les coffres de l’État, a-t-il dit.

 

« On vient de recevoir un chèque de près de 600 000 , a souligné Philippe Couillard au moment de défendre Gaétan Barrette, qui était à ses côtés mercredi matin. Le Journal de Montréal venait de révéler que l’ancien président de la FMSQ a reçu une indemnité de 1,2 million quand il a quitté son poste, juste avant le déclenchement des élections.

 

Cotisations

 

Le chef libéral a fait valoir que la prime reçue par M. Barrette découle d’une entente privée entre la fédération et son ancien président. Ce sont les membres de la fédération qui ont approuvé ce contrat, et qui l’ont payé par leurs cotisations.

 

Pour M. Couillard, il était important « que ce soit connu, ce qui est le cas ». Il a aussi soutenu que l’indemnité montre que son candidat « a coupé tous les liens avec la FMSQ ».

 

Gaétan Barrette a pour sa part expliqué que l’impôt a été prélevé à la source sur son chèque. Mais il ne sait pas combien il a touché au final. « Je dois avouer, le montant est déposé dans mon compte de banque, et compte tenu de l’intensité de la campagne, je n’ai pas encore pris le moment d’aller voir mon compte. »

 

Philippe Couillard aurait-il aimé apprendre plus tôt que son candidat avait touché un tel pactole ? « Ça n’aurait rien changé dans mon désir de recruter Gaétan Barrette dans mon équipe », a-t-il dit.

 

Legault critique

 

Pour le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, la situation est néanmoins injustifiable. Il estime que M. Couillard doit montrer la porte à Gaétan Barrette, ou le forcer à renoncer à son indemnité de départ « totalement inacceptable ».

 

M. Legault pense que le « maudit bon deal » conclu entre la FMSQ et Gaétan Barrette le « disqualifie d’une position gouvernementale ». L’indemnité de départ soulève « des questions sur ses capacités d’être vraiment neutre et objectif si jamais il devenait ministre et devait négocier avec la FMSQ », pense M. Legault.

 

Philippe Couillard a rétorqué que M. Legault était « très mal placé » pour porter des critiques. « En 2012 [quand M. Barrette était candidat caquiste], il ne lui avait pas demandé de démissionner » de la FMSQ, a-t-il rappelé.

 

Dans les règles

 

La Fédération des médecins spécialistes du Québec a refusé mercredi de donner plus de détails sur les conditions offertes au Dr Barrette lors de son départ. La porte-parole de la fédération a cependant confirmé qu’un courriel a été envoyé aux 9000 médecins membres pour les aviser que le Dr Barrette « n’avait pas bénéficié d’un traitement de faveur », et que les règles et politiques internes ont été appliquées « en bonne et due forme. »

 

Du côté des candidats péquistes Diane Lamarre et Daniel Lebel, respectivement anciens présidents de l’Ordre des pharmaciens et de l’Ordre des ingénieurs, aucun n’a reçu d’indemnité de départ, car ce n’est pas prévu aux règlements de ces organisations.

Périnatalité

Philippe Couillard a annoncé mercredi qu'il s'engage à présenter une nouvelle Stratégie de mise en oeuvre de la Politique de périnatalité pour «augmenter l'accès aux services de sages-femmes et aux maisons de naissance». 

La Politique de périnatalité a été mise en place par les libéraux en 2008 et a cours jusqu'en 2018. La Stratégie de mise en oeuvre 2009-2012 a été ensuite lancée pour accompagner le projet. C'est cet élément que les libéraux de Philippe Couillard entendent relancer pour «donner un nouveau souffle» à la Politique de périnatalité. 

M. Couillard a promis la création de 125 nouveaux postes de sages-femmes d'ici 5 ans (chacune d'entre elles peut s'occuper de 40 grossesses par année, calcule-t-on), et de 7 nouvelles maisons de naissance pour porter le réseau à une vingtaine d'adresses. À terme, les libéraux calculent que 10 % des bébés pourront naître dans cet environnement. 

Quelque 18,5 millions seront nécessaires pour mettre en oeuvre ces intentions. Les sommes seront financées à même les budgets actuels du ministère, dit-on. 

Le PLQ entend aussi augmenter le nombre de centres de pédiatrie sociale en communauté dans les milieux défavorisés.

9 commentaires
  • Carole Jean - Inscrite 3 avril 2014 01 h 03

    La dance des millions$ de Couillard & Barrette et Cie.


    Incroyable comment ces médecins perdus en politique sont à l’argent. Pour eux, ce n’est jamais assez.

    Ce fameux $1,2 million versés à M. Barrette par la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), est-ce pour des services passés ou futurs ? Car, ces associations n’aiment rien de mieux que d’avoir leur lobbyiste à l’intérieur du gouvernement. Cela vaut son pesant d’or.

    Que le chef du Parti libéral de Québec (PLQ) n’y voit aucun conflit d’intérêts, advenant que le Dr. Barrette soit élu et nommé ministre de la Santé, est une autre preuve qu’il a l’éthique très, très élastique quand il s’agit d’argent.

    Comment ne point voir là un danger de retour d’ascenseur en pareil cas ? Le message que M. Couillard envoie à tous dans le climat de corruption qui prévaut présentement au Québec, c’est qu’il est disposé à « dealer ». Faites-lui des propositions et il est prêt à les considérer. Et on se demande pourquoi la population est si cynique à l’endroit des politiciens !

    Je me demande encore ce que vient faire en politique ce médecin déconnecté et à l’éthique personnelle plus que discutable.

    Est-ce qu’il y a encore une seule électrice et un seul électeur lucide capable de se fermer les yeux et de se boucher les oreilles, et de voter en toute bonne conscience pour M. Couillard et ses candidats ? Est-ce que 91/2 ans de corruption sous les libéraux de Jean Charest n’ont pas été suffisants ? Pourquoi en redemander davantage maintenant que la Commission Charbonneau nous a ouvert les yeux sur tous ces « rackets » occultes ?

    Et je dis à celles et à ceux qui seraient encore tentés de voter pour QS, dites-vous bien que par votre vote vous contribuerez à porter le Dr. Couillard au pouvoir. Il y a une dizaine de sièges, en effet, que les votes pour QS peuvent faire basculer dans le camp libéral. Est-ce vraiment ce que voulez ? Si oui, allez de l’avant, mais au moins faites-le les yeux ouverts.

    L’aveuglement volontaire, ça va faire !

    • Alain Lapierre - Inscrit 3 avril 2014 22 h 47

      Les libéraux sont convaincus qu’il y a assez de malades au Québec pour les réélire. Ils n’ont pas couru le risque en présentant trois médecins.

  • Sylvain Auclair - Abonné 3 avril 2014 07 h 50

    Les règles de l'économie

    M. Barrette aurait dit que c'est comme ça que l'économie réelle fonctionne. J'aimerais lui rappeller que 1,2 million de dollars, c'est 40 fois le salaire québécois (annuel, je précise pour M. Barrette, qui s'imaginerait sans doute autrement que ces gens gagnent 30 000$ par mois) médian (revenu de marché non nul, dans le jargon statistique).

    • François Dandurand - Inscrit 3 avril 2014 13 h 48

      Et combien de fois le salaire moyen québécois monsieur Péladeau gagne-t-il ? C'est de la boue tout ça

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 15 h 11

      Le salaire de M. Péladeau n'est pas pris à même les împots des Québécois M. Dandurand et pour ce qui est de la boue, plusieurs libéraux auraient intérêts à se regarder les mains.

  • François Dugal - Inscrit 3 avril 2014 08 h 03

    Chaise musicale

    La co-chef de QS, madame Françoise David, voudrait-elle s'assoir aux côtés du Dr Barette?

    • Tremblay Hugo - Inscrit 3 avril 2014 14 h 29

      Aucun probleme si c,est un libéral. C'est le PQ que QS déteste...

    • rene poirier - Inscrit 3 avril 2014 15 h 24

      M. Dugal, l'adversaire de QS n'est pas le PLQ mais le PQ et ce, qu'il soit au pouvoir ou dans l'opposition. La dialectique de QS est celle du parti communiste pour qui le PQ est bourgeois et, horreur, nationaliste. Avec le PLQ au pouvoir, QS est heureux car il peut rêver et critiquer.

  • Pierre Valois - Abonné 3 avril 2014 08 h 18

    Élu par ses pairs?

    Voilà quelque chose qui devient de moins en moins vrai. Barette, un pair des citoyens québécois?

    Aurons-nous donc sous peu notre Chambre des Lords? Et je m'abstiens de faire quelque jeu de mots que ce soit sur le dernier terme...