Marc Bellemare veut un gouvernement péquiste

L'ancien ministre libéral Marc Bellemare
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir L'ancien ministre libéral Marc Bellemare

L’ancien ministre libéral Marc Bellemare estime qu’un retour au pouvoir des libéraux n’est « pas souhaitable » à l’heure actuelle, parce que le Parti libéral ne réussit pas le test de l’intégrité. Dans les circonstances, il invite les électeurs à voter pour le Parti québécois.

 

En froid avec les libéraux depuis plusieurs années, M. Bellemare a envoyé dimanche une lettre ouverte soutenant « qu’il faut éviter de remettre les rênes du pouvoir » à un parti « qui fait actuellement l’objet de nombreuses enquêtes criminelles ».

 

« L’enjeu le plus important de cette campagne, c’est l’éthique, indique M. Bellemare en entrevue. Que le parti soit souverainiste ou fédéraliste n’est pas important. La question, c’est de savoir si les valeurs morales sont bonnes. Elles le sont au Parti québécois. Et elles ne le sont pas au Parti libéral », juge-t-il, tout en se défendant de mener une vendetta personnelle contre son ancien parti.

 

M. Bellemare dit qu’il y a « trop de suspicion » autour du PLQ. Philippe Couillard est « un homme avec des qualités indiscutables », croit-il. « Mais il est à la tête d’un parti qui n’a pas fait les actes de contrition requis » depuis les élections de 2012.

 

Dans sa lettre, il écrit que « le poing levé de Pierre Karl Péladeau en faveur de l’indépendance du Québec [fut] un geste spectaculaire qui a fait basculer la campagne électorale dans une fausse élection référendaire. Les libéraux en ont profité pour tenter de faire oublier leur bilan désastreux au plan de l’éthique. » Or, « c’est essentiellement la même équipe que Philippe Couillard propose aujourd’hui pour diriger le Québec ».

 

Il rappelle que le gouvernement Charest a « ignoré pendant deux longues années la demande insistante de plus de 80 % des Québécois de mettre en place la commission Charbonneau ». Ce délai fait en sorte que l’élection 2014 se déroule sans que la commission ait pu étudier encore la question du financement des partis politiques, « là où logent les pires craintes », déplore Marc Bellemare.

 

« Entre le manque d’appétit du peuple québécois pour un troisième référendum […] et le risque de redonner le pouvoir aux libéraux sur lesquels reposent les soupçons les plus lourds, il n’y a, à mon avis, aucune hésitation à avoir. Le Québec ne peut d’aucune façon replonger dans le manque d’intégrité », fait valoir M. Bellemare.

 

Pas de référendum

 

Ce dernier estime que Pauline Marois, « de tous les chefs péquistes qui ont défilé depuis cinquante ans, est sûrement la plus raisonnable et le plus pragmatique sur la question nationale », ce qui le convainc qu’il n’y aura pas de référendum dans les quatre prochaines années.

 

« Le prochain gouvernement devra principalement se consacrer à remettre l’État et ses institutions sur le chemin d’une intégrité sans faille, poursuit-il. Pour l’heure, en attendant le rapport final de la commission Charbonneau, je suis convaincu que seul le Parti québécois est en mesure de mener à bien cette mission primordiale. »

 

M. Bellemare avait déjà indiqué en début de campagne qu’il souhaitait l’élection du Parti québécois. En 2012, il avait appuyé le candidat péquiste dans Sherbrooke, Serge Cardin.

 

Nomination des juges

 

Marc Bellemare a été ministre de la Justice pendant la première année du gouvernement Charest. En 2010, les allégations qu’il avait soulevées sur le processus de nomination des juges de la Cour du Québec avaient mené à la mise en place de la commission Bastarache. M. Bellemare disait avoir été au centre d’un trafic d’influence de collectes de fonds du PLQ.

 

L’affaire s’était aussi transportée devant les tribunaux, Jean Charest et Marc Bellemare se poursuivant mutuellement pour diffamation. Les deux se sont désistés en mars 2011.

À voir en vidéo

43 commentaires
  • Carole Jean - Inscrite 31 mars 2014 02 h 35

    Mêmes les libéraux devraient penser à deux fois avant d’appuyer Philippe Couillard.



    Avec Philippe Couillard, le PLQ a à sa tête un politicien qui a à peu près les mêmes idées rétrogrades que le conservateur Stephen Couillard. Mêmes les partisans libéraux, par conséquent, devraient y penser deux fois avant d’appuyer le Dr. Couillard, c.-à-d. quelqu’un qui se dit en désaccord avec la Révolution tranquille et pour qui la primauté de langue française au Québec est une affaire secondaire. Rien de moins !

    Pour la première chose, il faut lire sa déclaration dans le Devoir, le 5 décembre 2012 (« Revenir aux sources de l’idée libérale ») ; et pour l’autre, il faut comprendre ce que M. Couillard a dit lors du deuxième débat télévisé avec sa profession de foi dans le bilinguisme « à la Canadian » sur les planchers des usines québécoises, et dans l’implantation de l’anglais pour tous les travailleurs québécois.

    M. Marc Bellemare connaît bien le Dr. Couillard car il a siégé avec lui dans le gouvernement Charest. Mais de nombreuses Québécoises et de nombreux Québécois ne savent pas combien M. Couillard est un radical.
    Avec Philippe Couillard, en effet, on a affaire à un politicien dangereux pour l’avenir du Québec. Tous ceux qui le connaissent bien le disent.

    Si on votait pour lui et s’il devenait Premier ministre du Québec, ce serait comme si on avait placé Stephen Harper à la tête du Québec. Le réveil le 8 avril au matin serait dur !

    • Rachel Taillon - Inscrite 31 mars 2014 07 h 42

      J'ai toujours hâte de lire votre commentaire... je crois que vous essayez d'écrire une fiction sur la politique mettant en vedette le "Méchant Dr.Couillard.".. bonne créativité mais revenez sur terre chère Madame.

      Rachel Taillon

    • Carole Jean - Inscrite 31 mars 2014 08 h 23

      Mes excuses.
      Il faut évidemment lire « Stephen Harper » et non pas « Stephen Couillard ».
      Vous comprendrez que l'on peut mélanger les deux.

    • Grace Di Lullo - Inscrit 31 mars 2014 09 h 28

      À Madame Jean,

      On peut certes mélanger les deux, mais vous comprendrez qu'un possède davantage de sens politique et de stratégies, l'autre, le docteur, je n'en suis pas si certaine.

    • Anne-Marie Courville - Abonnée 31 mars 2014 10 h 03

      M. Couillard a quitté le parti libéral pour s'enrichir dans l'entreprise privée. Il fut ministre de la santé??? pendant 5 ans et durant son mandat, il a menacé son chef de démission si le nouvel hôpital n'était pas construit sur le site de l'hôpital St-Luc ce qui fut un très mauvais choix, je crois... L'argent est plus important pour lui que le service du peuple.
      Il faut arrêter son élan en commençant par son compté de Roberval qui mérite plutôt que le député péquiste soit réélu.

    • Claude Champagne - Inscrit 31 mars 2014 10 h 15

      @Mme Taillon, êtes-vous un adepte du dr "no"Couillard, comme il dit "vous vivez dans l'imaginaire".

    • Nicole Virtue - Inscrite 31 mars 2014 12 h 00

      L'Amour rend aveugle...
      Mme Taillon, et tous ceux qui aiment aveuglément M. Couillard, je souhaite par ce qui suit, tout au moins, vous sensibiliser:

      Si M. Couillard devait prendre les rênes du pouvoir, le réveil serait dur surtout parce qu'il viendrait de la désillusion. Il serait trop tard et notre pays serait vendu aux plus offrants.

      Ce n'est pas de la science fiction... pour preuve. Sous son règne de ministre, le système de santé fut absorbé par le clan des médecins privés avec son aide et des lois faites pour eux et avec eux.

      Nous sommes maintenant les otages des médecins privés à 200$ la consultation (Trois-Rivières). De plus, les médecins ont quitté les hôpitaux pour les cliniques privées, étouffent le bon monde, et se sont aussi desengagés du système de médecin de famille.

      En plus, M. Couillard leur promet un minimum de 9% d'augmentation. Voyez comme il est déjà reconnaissant et généreux envers ses vrais amis, alors qu'il n'a pas encore les cordons de la bourse entre les mains.

      Les actions et choix d'un homme, en disent beaucoup plus sur lui que les paroles et les promesses qu'il fait.

      Gens du Québec, jugeons M. Couillard sur les faits et non sur son discours.

      M. Couillard ressemble plus à un perroquet criard au plumage bariolé des couleurs de l'Arabie Saoudite, qu'à un homme politique ayant à cœur le bien commun des citoyens du Québec.

      Malheureusement, ceux qui se bandent les yeux devant l'évidence et ne veulent pas voir M. Couillard comme ils est, c'est à dire, que ses antécédents, ses choix, ses actions et ses opinions dans sa vie, démontre qu'il est un être qui n'a que son petit confort et celui de son cercle restreint d'amis à cœur, mettent la demeure en péril: le Québec et ses habitants.

      Je souhaite que les Québécoises et Québécois lui diront le 7 avril 2014, qu'elles et qu'ils n'ont pas été dupes devant ses manigances. Qu'elles et qu'ils ont préféré préserver leur peau, plutôt que de laisser entrer le loup dans la be

    • Johanne Bédard - Inscrite 31 mars 2014 13 h 35

      À Mme Jean - Enfin quelqu'un de lucide et qui voit clair ! Comme c'est réconfortant et encourageant ! Que d'incrédulité en regard de faits corrompus et biaisés prouvés à la Commission Charbonneau, par l'ex-parti au pouvoir. Les gens ne veulent tellement pas être dérangés, qu'ils nient la réalité afin de rester bien au chaud dans le confort et l'indifférence. L'avenir du Québec ça concerne tous les Québécois d'abord, parce que c'est nous qui, depuis des siècles, payont les impôts aux gouvernements qui se sont succédés. C'est nous qui savont ce qui est le mieux pour nous. Ne vous en déplaise Mme Taillon vous ne pouvez nier les faits réels comme quoi P.C. a gagné sa vie et tissé des liens avec l'Arabie saoudite, pays où la charia est pratiquée de la façon la plus violente, cruelle et sauvage de tous les pays musulmans. Il est évident que plusieurs personnes vivant au Québec, ne réalisent pas l'urgence d'agir et l'évidence du danger de la monté de l'intégrisme. Lisez sur ce qui se passe encore en France, et en Angleterre. Lorsque Mme Houda-Pépin mentionne que l'intégrisme s'installe de plus en plus chez nous, il faut la croire. Elle-même musulmane, c'est elle qui connaît le mieux ce peuple, et c'est elle qui sonne l'alarme ; réfléchissons-y...

      Je vous rappelle la façon dont le présent chef libéral a agit envers Mme H.-Pépin : il l'a traitée de façon inacceptable et grossière. Il est légitime de se demander ce qui l'a influencé pour inventer un stratagème afin de la « propulser » des rangs libéraux ? Il a été incapable de négocier avec l'opposition qu'elle apportait. Pouquoi P. C. rougit et se met en colère lorsque des questions sur son séjour en AS lui sont posées ; ses yeux se durcissent et il répond par des attaques. C'est la manifestation incontestable que ça le déstabilise et il invective ses adversaires en tenant des propos « boueux ». Il s'est trahï lui-même en se comportant de manière « dictatoriale » envers Mme H.-Pépin. Ne l'oublions pas le 7 avril prochain

    • Claude Champagne - Inscrit 31 mars 2014 15 h 51

      Merci Mme Nicole Virtue, j'adore ce sont des faits, j'aime les faits. C'est déplorable la quantité de commentaire, qui ne sont que de la désinformation. Merci encore Mme Virtue et j'invite d'autres avec des faits, de nous passer l'information.

    • danielle leblanc - Inscrite 31 mars 2014 16 h 58

      Superbe votre commentaire madame Carole Jean!!! Si tout le monde pensait avec son jugement et sa conscience avant d'aller voter, on pourrait voter à tous les 4 ans et cela coûterait moins cher!!! C'est sérieux voter et certaines personnes le font sans y penser et cela nous coûte cher à tous les niveaux!!! Prions pour que le peuple réfléchisse avant de voter, car ce gouvernement que nous élirons risque de plaire ou de déplaire et ... pour trop longtemps!!!

  • Marcel Bernier - Inscrit 31 mars 2014 04 h 51

    Un combat pour l'intégrité et la fierté...

    En utilisant la langue de chez nous, et pour le dire simplement, nous souhaitons une cinglante rebuffade du Parti libéral du Québec, le lundi 7 avril au soir, et une victoire indéniable du Parti québécois avec, comme trophée, un gouvernement majoritaire, et ce, pour le mieux-être de tous les Québécois et de toutes les Québécoises.

  • Claude Champagne - Inscrit 31 mars 2014 04 h 58

    le courage de le dire ou est-il un traite?

    Merci M.Bellemare d'avoir dénoncer ces libéraux, venant d'un de leurs ou ex. c'est beaucoup significatif. Vous brisez l'omerta, pour eux c'est la trahison, vous l'avez vu, entendu, vécu de l'intérieur le modus opérande, le pouvoir pour l'argent et l'argent pour le pouvoir. Bravo pour votre courage. Maintenant vous êtes deux, l'autre monsieur qui a osé en plein congrès, de lever la main et demander une discussion au sujet d'une commission d'enquête, le monsieur a été mis au rencart depuis.

    • Claude Champagne - Inscrit 31 mars 2014 09 h 07

      Quel lapsus de ma part, bien sûr pour des raisons très nobles et par conviction profonde, pour l'égalité homme-femme, et pour son vécu personnel Mme Fatima Houda-Pépin. Bonne chance Mme, votre élection ne peut que hausser la qualité des représentants-tes à l’Assemblée nationale. Vous avez eu le courage et la détermination de dénoncer malgré l'exclusion de votre ex parti, membre, militante et députée depuis vingt ans, la position molle de Couillard et de sont partis.

  • Gaston Langlais - Inscrit 31 mars 2014 06 h 06

    Un homme averti...

    Bonjour,

    "Si Franco t'a dit de les nommer, nommes-les" Les paroles de M. Jean Charest au Ministre de la Justice qu'était Me. Marc Bellemare. Il s'agissait de la nomination de juges. Me. Bellemare est un homme courageux qui a alors quitté sa fonction de Ministre. Peu de politiciens peuvent en faire autant. Me. Bellemare est solide, fiable et persistant.

    Gaston Langlais - Gaspé.

    • Anne-Marie Courville - Abonnée 31 mars 2014 10 h 07

      M. Bellemarre est un homme de parole et il ne pouvait siéger sous la gouverne de Jean
      charest et encore moins sous Couillard. Lisez le texte de François Bourque paru dans le Soleil de Québec. Vous trouverez son texte sur Google et vous serez étonné d'apprendre qui est ce Philippe...Couillard.

    • Claude Champagne - Inscrit 31 mars 2014 17 h 41

      La douleur est insupportable, quand un de leur trahis, fait faux bond. L'omerta brisée, ils ont le coeur brisé $$$$$, ne faut pas dire ce que tu vois, assis comme une statue, pendant de longues années à l’Assemblée nationale comme un vrai soldat, Pierre Paradis est un héros, un joueur d'équipe libérale dans tout son fond.

  • Raymond Chalifoux - Inscrit 31 mars 2014 06 h 21

    Comme dirait madame Bazzo...

    "Merci monsieur Bellemare, fort intéressant tout ça!"

    PS: On le savait nous aussi que Pauline mariée Blanchette était la plus "raisonnable" des souverainistes étant passés à la tête du PQ depuis sa fondation. Oui, encore plus raisonnable que Lucien B.

    Mais nous non plus, nous ne lui en tiendrons pas rigueur "because" comme vous l'avez dit "L'ENJEU SUPÉRIEUR" c'est d'éviter que l'équipe pas du tout renouvelée, pas encore expurgée, pas encore « nouvelle et améliorée par un bénéfique parce que LONG passage dans l'opposition », ne revienne à la tête d'un Québec qui n'a encore rien entendu de la bouche de la Charbonneau...

    Encore merci monsieur Bellemare car comme dirait Yogi "C'est pas fini tant que c'est pas fini!" (Pis allez un peu demander à une certaine Marie-Philip Poulin, ce qu'elle ne pense de la célèbre phrase de Yogi... Tout ça pour bien souligner qu'il y a toujours des opinions qui sont plus valables que d'autres... "Thanks", monsieur Bellemare. Oui, oui, du fond du cœur!)

    • Rachel Taillon - Inscrite 31 mars 2014 07 h 39

      Quand les péquistes sont obligés de faire l'éloge de Marc Bellemarre pour s'attirer des votes c'est signe qu'il y a péril en la demeure au PQ...Peut-être avez-vous oublié que Marc Bellemarre a une grande rancoeur contre le parti libéral...La Commission Bastarache n'a pas dit ce que M. Bellemarre voulait entendre ...de plus il ne va nulle part avec l'abolition du "no fault" à la SAAQ... il est prèt à dire n'importe quoi pour avoir l'attention sur sa petite personne...

      Rachel Taillon

    • Anne-Marie Courville - Abonnée 31 mars 2014 10 h 12

      Le PQ ne fait l'éloge de M. Bellemarre mais de son texte qui en dit long sur son ancien parti. Il ne veut pas régler ses comptes mais avertir le peuple que les libéraux sont sous la tutelle de la loi et le vrai visage de ce parti viendra avec la retour de la commission Charbonneau qui nous apprendra la vérité.

    • Claude Champagne - Inscrit 31 mars 2014 10 h 29

      La panique chez les libéraux plutôt Mme Taillon. Du début de l'élection je me souviens pas d'un intervenant, au lieu de me vendre l'idée du pourquoi et du meilleur à venir avec les libéraux "la poursuite du pouvoir et le pouvoir pour l'argent version 2014". Juste du mépris, de la haine du dr."no" Couillard le premier soir électorale, ridiculisée Mme Marois, désinformations, propagandes, soupçons de trafic du vote dans cinq bureaux de vote. Aller Mme soyez vendeuse, personne à ce jour ne me donne une raison sérieuse pour changer mon vote. Bien à vous

    • Michel Savard - Inscrit 31 mars 2014 12 h 17

      Bien d'accord avec madame Taillon ! Marc Bellemare , ce narcissique en mal de publicité dans le genre '' m'as-tu-vu'' , carbure à la rancoeur et à l'amertume après la dégelée bien méritée que le parti libéral lui a fait subir. Et flatteurs péquistes d'applaudir !

      On se croirait à une représentation de Tout le Monde en Parle où il est de rigueur que ti-namis péquistes s'auto-congratulent et cassent du sucre sur le dos des libéraux !