La bataille des transfuges

Fatima Houda-Pepin, candidate libérale indépendante, affronte le nouveau libéral et ex-caquiste Gaétan Barrette dans La Pinière. «Je travaillerai jusqu’à la dernière minute, comme si mon élection dépendait d’un seul électeur.»
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Fatima Houda-Pepin, candidate libérale indépendante, affronte le nouveau libéral et ex-caquiste Gaétan Barrette dans La Pinière. «Je travaillerai jusqu’à la dernière minute, comme si mon élection dépendait d’un seul électeur.»
Brossard — Le style, c’est l’homme. Et la femme aussi. Jeudi, à l’heure du souper, la candidate indépendante Fatima Houda-Pepin s’est pointée pour une énième rencontre avec des électeurs potentiels dans une résidence pour retraités au bord du fleuve, dans Brossard, ville qui épouse parfaitement la circonscription de La Pinière. Le vote par anticipation se fait ce week-end. Ici, dans la tranche grise de l’électorat, la campagne est quasi terminée.

Une dame seule a commencé par lui parler de sa grave maladie, puis lui a chuchoté des mots à l’oreille. Mme Houda-Pepin est restée quelques minutes auprès d’elle avant de prendre son numéro, de promettre de l’aider. La représentante s’est ensuite laissé prendre en photo par son adjointe avec sa représentée, après lui avoir tendrement replacé les cheveux.

Cette fois, la députée n’a rien ajouté de partisan. Aux autres, elle a souvent répété le même laïus : « Votre vote va aider à choisir la meilleure personne. Vous avez le choix entre une vraie libérale authentique et un vire-capot. »

Le « vire-capot » en question, c’est bien sûr le Dr Gaétan Barrette, ex-président de la Fédération des médecins spécialistes, ex-candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Terrebonne en 2012, qui défend maintenant les couleurs libérales après avoir vertement critiqué Philippe Couillard et son parti. Bref, il remplace l’expulsée du caucus du PLQ en raison de sa dissidence sur la laïcité. Dans cette circonscription libérale rouge vif se joue finalement la bataille des transfuges, un volontaire et consentant, une malgré elle.

« Les gens me parlaient un peu de mon séjour à la CAQ au début, dit le Dr Barrette, suivi à l’entrée d’une épicerie. Maintenant c’est fini. Je suis reçu favorablement partout où je vais. La controverse est terminée. Parce qu’à la fin, les gens comprennent que c’est une élection référendaire avec des enjeux économiques. »

Un peu de temps passé en sa compagnie dans le commerce semble confirmer la force d’attraction du néoconverti. « Je vais voter pour vous, lance une dame au docteur candidat près des étalages de fruits. Je n’aimais pas Fatima et je votais quand même pour elle. Je suis libérale et c’est certain que je vais voter pour vous. »

Un sondage récent établissait pourtant que le Dr Barrette est l’une des personnalités politiques les plus controversées, avec des opinions favorables et défavorables en parts égales, autour de 45 %. « C’est un effet de mon ancien rôle, dit-il. Je suis considéré comme un batailleur. C’est correct. C’est le rôle que je jouais avant. Et c’est sûr que, si je reviens en politique, c’est pour défendre des dossiers. »

La candidate ou le parti

Mme Houda-Pepin a remporté l’élection par plus de 10 000 voix en 2012. Seulement, les électeurs optaient-ils pour la femme ou pour le parti ? La principale intéressée répète qu’elle est une « libérale indépendante » et son slogan demande de voter « par conviction ». Le principal intéressé réplique qu’il faut choisir le Parti libéral et lui-même en tant que membre d’une « équipe exceptionnelle ».

Le départ fracassant de Mme Houda-Pepin fin janvier a entraîné une division fratricide. Une partie de l’exécutif l’a suivie avec les listes de militants à jour, mais pas avec la cagnotte électorale d’environ 40 000 $. L’exclue dit avoir reçu « des torrents de courriels » d’appui depuis son expulsion le 20 janvier.

À l’évidence, des forces vives ont été constituées des deux bords. Mme Houda-Pepin peut par exemple compter sur l’appui de quelques dizaines de bénévoles, certains souverainistes. Le PQ a décidé de ne pas présenter de candidat dans La Pinière dans l’espoir de nuire aux chances du Dr Barrette.

« Je n’ai rien demandé au PQ et cette décision lui appartient, dit-elle. Sauf que cette décision permet au Dr Barrette, un candidat parachuté, de raconter qu’un vote pour moi est un vote pour le Parti québécois et que je suis une fausse libérale. C’est une campagne de désinformation qui porte fruits dans la mesure où certains citoyens, surtout ceux de la communauté asiatique, ne veulent surtout pas de référendum. »

Jean Chen, chef de cuisine bien connu qui donne des cours de francisation aux membres de sa communauté depuis vingt-cinq ans, le confirme. « La communauté asiatique vote pour le Parti libéral, dit-il. Ses membres ont peur de l’indépendance du Québec et de la langue française. »

De la langue française ? « Oui, parce que pour les Chinois, c’est très, très difficile de l’apprendre », poursuit M. Chen, qui parle d’autorité en tant qu’enseignant.

Le français demeure la langue commune de la très cosmopolite La Pinière, rassemblant près de 70 communautés ethnoculturelles. Pourtant, les ghettos n’existent pas, il y a abondance de commerces exotiques et les emplois se concentrent dans le tertiaire.

La question de principe et de valeur au coeur de l’éviction de la députée libérale devait théoriquement se retrouver au centre de la campagne ici comme ailleurs. La proposition péquiste de charte de la laïcité comme les versions plus conciliantes de la libérale fédéraliste, avec la volonté de créer un centre de lutte contre l’intégrisme, ne semblent plus importantes, même pas pour la libérale indépendante.

« Je ne fais pas la campagne sur la charte, dit-elle, mais sur les véritables enjeux. Je suis aussi désolée qu’on sorte des slogans vieux de vingt ans au lieu de parler des vraies affaires. »

Son adversaire n’en pense pas moins. « La charte, c’est une non-issue [faux problème], sauf pour les péquistes, dit-il. Eux, ils me tombent dessus et ils me traitent de tous les noms. »

Mme Houda-Pepin se concentre sur les enjeux locaux, comme les garderies ou un bureau de projet pour le futur chantier de remplacement du pont Champlain. Le Dr Barrette parle de la proposition de super clinique de son parti, de la réfection du boulevard Taschereau. S’il est élu, il n’a pas l’intention de quitter Mont-Royal, parce que sa femme médecin travaille sur l’île.

« Il faut mettre les bouchées doubles, dit Mme Houda-Pepin. Si je dors cinq heures, je suis choyée. Mais je n’ai jamais rien tenu pour acquis. Je travaillerai jusqu’à la dernière minute, comme si mon élection dépendait d’un seul électeur. »
17 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 29 mars 2014 07 h 40

    Le beau comté de La Pinière

    Habitant le beau comté de La Pinière, je songe maintenant à déménager.

  • Pierre Brassard - Inscrit 29 mars 2014 09 h 54

    La Pinière restera libéral

    Si tout ce déroule bien, la machine libérale permettra de conserver La Pinière. C'est une évidence sociologique et organisationnelle.

  • Pierre Labelle - Inscrit 29 mars 2014 09 h 58

    La bataille....

    Cette Fatima a toute mon admiration, se battre contre la démagogie, contre l'argent et contre l'ignorance, quand ce n'est carrément l'indifférence des gens, faut le faire. Après 20 ans comme députée elle aurait pus dire: au diable la politique et surtout Couillard, moi je me retire dans mes terres. Mais non, elle a choisie de se battre encore pour faire triompher ses idées, sans agressivité, sans mesquinerie, sans argent et surtout sans la démagogie qu'utilise ses anciens collègue du PLQ. Mme Pépin est une femme honorable, en ce sens qu'elle refuse de baisser les bras devant un chef de parti qui ne sait vraiment pas de quoi il parle dans ce domaine des signes ostentatoires, elle, elle connaît les dangers que cours un pays qui n'a pas de guide, c'est comme un troupeau d'agneau sans berger, les loups ne sont jamais loin.... Je suis indépendantiste depuis plus de 50 ans, malgré cela, si j'habitais dans Lapinière, non seulement je voterais pour vous Madame mais je vous offrirais mes services pour vous aidez à battre ce transfuge et opportuniste, Barrette, et en même temps donner une leçon d'humilité à ce Couillard qui a des tendances à se prendre pour Dieu le père. Bonne chance madame.

    • Rachel Taillon - Inscrite 30 mars 2014 16 h 55

      Mme Fatima Houda -Pépin est surtout très orguieilleuse et ne plie pas facilement, elle faisait partie du PLQ et le parti avait beaucoup de respect pour elle, bonne travaillante, rigoureuse et elle en menait large sur la Rive-Sud. Malheureusement Mme houda -Pépin a voulu tout avoir, pas de compromis sur sa position sur la charte de la laÏcité et elle croyait tout récupérer, l'argent qui a été amassé pour le parti et de plus elle se dit "libérale indépendante" MmE Houda- Pépin ou vous êres libérale ou vous êtes indépendante vous ne pouvez pas être les deux ...

      Rachel Taillon

  • Guy Lorrain - Inscrit 29 mars 2014 10 h 13

    Réélection

    Quoiqu'on dise, quoiqu'on pense et en dehors de toutes partisanneries, Mme Houda Pépin mérite grandement de siéger à l'Assemblée Nationale. À elle seule, elle représente ce qu'il y a de mieux, de la population du Québec. À tous les citoyennes/ens de ce comté en banlieu de Montréal, ne faites pas l'erreur de vous priver d'une femme d'un si grand talent. En passant je ne suis membre d'aucun parti politique.
    Guy Lorrain

    • Lucien Cimon - Inscrit 29 mars 2014 15 h 24

      «Mme Houda Pépin mérite grandement de siéger à l'Assemblée Nationale. À elle seule, elle représente ce qu'il y a de mieux, de la population du Québec.»
      C'est probablement pour ça que les libéraux vont tout faire pour qu'elle soit battue: elle risque grandement de leur donner mauvaise conscience, étant donné la qualité morale de leur équipe.
      Lucien Cimon

  • François Dandurand - Inscrit 29 mars 2014 10 h 33

    Madame Houda Pepin candidate péquiste?

    La réalité est que sans candidat du Parti Québécois dans la Pinière, madame Houda Pépin devient de facto leur candidate sans avoir l'honnêteté de se faire élire sous cette bannière. Et pour les péquistes qui regrettent la seule députée musulmane de l'Assemblée nationale, retournez deux ans en arrière pour lire ce que vous disiez d'elle! Si la présence d'une députée musulmane est si importante pour le Parti Québécois que le parti travaille à faire élire des candidates musulmanes. En passant, y a-t-il autant d'engouement à faire élire un candidat catholique? protestant? Encore une vision bassement électorale. Mais dans La Pinière ce que les électeurs vont élire c'est un député libéral et de plus un candidat nettement plus qualifié que madame Houda Pépin dont la seule qualité reconnue par le PQ est qu'elle soit musulmane!

    • Annick Métivier - Inscrite 29 mars 2014 16 h 50

      Ce commentaire est ridicule. Madame Houda-Pépin n'a rien d'une péquiste. Elle affirme encore haut et fort son appartenance aux valeurs du parti libéral.
      Évidemment, le PQ souhaite faire une jambette à Barette. C'est choquant pour les libéraux (pour s'en convaincre, on n'a qu'à lire votre commentaire) mais ça ne donne pas de siège au PQ qui n'en aurait pas gagné, de toute façon, dans ce comté.
      Puisque tout votre argumentaire réside sur une fausse prémisse, la suite de votre "spin" libéral ne vaut rien de plus que ce qu'il est : un billet bassement partisan.